Rolpe Dorje

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rolpe Dorje
Description de cette image, également commentée ci-après

Représentation du 4e karmapa au musée de Saynshand en Mongolie.

Naissance 1340
A-la Rong, Kongpo (Drapeau du Tibet Tibet)
Décès 1383
Tibet oriental
École/tradition Karma-kagyu

Karmapa

Rolpe Dorje (tibétain : རོལ་པའི་རྡོ་རྗེ་ེ་, Wylie : rol pa'i rdo rje), 1340-1383, fut le 4e Karmapa.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rolpe Dorjé est né à A-la Rong dans la province de Kongpo au Tibet le 8e jour du 3e mois de l'année du tigre de fer (1340)[1]. Dès sa naissance, il se serait levé et aurait récité le mantra de Tchenrézi Om mani padme hum. Le secrétaire du précédent Karmapa, Rinchen Pal, découvrit l'enfant en se basant sur des instructions concernant la prochaine réincarnation.

À l'âge de 12 ans, lors d'un voyage au Tibet central, il rencontra Yungtön Dorjé Pal qui était l'héritier spirituel du 3e Karmapa, et l'un des maillons du Rosaire d'Or. Le jeune Karmapa lui raconta plusieurs événements relatif à son précesseur. Cela persuada Yungtön que le garçon était l'authentique réincarnation de son Maître. Rolpe Dorjé reçut de Yungtön les transmissions formelles des lignées Kagyupa et Nyingmapa.

À 19 ans, il accepta l'invitation de Toghon Temur pour se rendre en Chine. Après un long voyage et de nombreuses étapes où il donna des enseignements, il arriva au palais impérial. Lors de son séjour et voyage en Chine, il enseigna durant 3 ans et y établit de nombreux temples et monastères.

À son retour au Tibet, pendant qu'il se trouvait dans la région de Tsongkha, le 4e Karmapa conféra l'ordination laïque à un enfant dont il prédit qu'il aurait une grande importance pour le bouddhisme tibétain. Il s'agit de Kunga Nyingpo — "Tsong Khapa" - le futur fondateur de l'école Gelugpa, célèbre pour les dalaï-lamas.

Lorsque Temur mourut, la dynastie mongole prit fin et fut remplacée par la dynastie Ming. Le nouvel empereur invita en Chine le 4e Karmapa, qui déclina l'invitation mais y envoya un grand Lama. Le 4e Karmapa composa de merveilleux chants mystiques au cours de sa vie, et il fut un poète accompli, fondé dans la poésie indienne.

Il est mort le 15e jour du 7e mois de l'année de la truie d'eau (1383)[2].

On s'en souvient aussi parce qu'il créa une immense peinture (thangka) en suivant la vision d'un de ses étudiants, qui avait imaginé une représentation du Bouddha sur 100 mètres.

Un monastère célèbre du 4e Karmapa[modifier | modifier le code]

Sharstong Ritreu ou Shadzong Ritro, un des monastères les plus célèbres du Tibet, a été fondé par le 4e Karmapa sur une montagne dominant le village de Taktser, dans l’ancien province tibétaine de l’Amdo[3]. Ce monastère a été construit sur un escarpement d’un pic de 150 mètres. C’est en ce lieu que le 4e Karmapa conféra les premiers vœux (Upāsaka) à Tsongkhapa (1357-1419), le futur réformateur du bouddhisme tibétain. Lors de cette cérémonie, le Karmapa coupa une mèche de cheveux de l’enfant, puis la lança sur un rocher proche de la grotte où il vivait, créant une fissure dans la roche. Un genévrier exhalant une odeur de chevelure humaine et encore visible de nos jours aurait poussé dans l’anfractuosité [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nik Douglas, Meryl White, Karmapa: The Black Hat Lama of Tibet, 1976, p. 54 : « Rolpe Dorje was born on the eighth day of the third month of the male iron tiger year (1340), at sunrise, in A-la Rong of the Kongpo province. »
  2. Nik Douglas, Meryl White, op. cit., p. 59 : « beginning on the fourth day of the seventh month of the female water pig year (1383) he showed signs of being indisposed. On the night of the fifteenth of that month he performed a ceremony, packed up all his personal books and ritual items, explaining that they should be carefully preserved for his future incarnation who would be reborn in Nyang Dam, circumambulated the Holy Objects fifty-five times and passed away. »
  3. Roland Barraux, Histoire des Dalaï Lamas, Quatorze reflets sur le Lac des Visions, Albin Michel, 1993. Réédité en 2002, Albin Michel, ISBN 2-226-13317-8.
  4. Michael Harris Goodman, Le dernier Dalaï-Lama ? Biographie et témoignages, Editeur Claire Lumière, 1993, (ISBN 2-905998-26-1).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ken Holmes, Karmapa, Altea Publishing, 1995, (ISBN 0-9524555-4-4)
  • Lama Kunsang & Marie Aubèle, L'Odyssée des Karmapas, La grande histoire des lamas à la coiffe noire, Ed. Albin Michel (2011). (ISBN 978-2-226-22150-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :