Deidameia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Deidameia
Titres de noblesse
Reine
Princesse
Biographie
Naissance
Décès
Famille
Éacides (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Phthia d'Épire (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Enfant
Alexandre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Deidamia (en grec Δηιδάμεια) est une princesse d'Épire du IVe siècle av. J.-C..

Biographie[modifier | modifier le code]

Deidameia est la fille de Phtia et d'Éacide, souverains d'Épire, et la sœur de Pyrrhus Ier[1].

Enfant, elle est fiancée à Alexandre IV, le fils de Roxane et Alexandre le Grand[2]. Quand Alexandre IV s'enfuit en Macédoine avec sa tutrice Olympias, Deidameia l'accompagne et se retrouve assiégée à ses côtés à Pydna en 316 av. J.-C.[3]. Elle ne l'épousera cependant jamais, car celui-ci est assassiné à l'âge de 13 ans en 309 av. J.-C, tout comme sa mère[1].

Elle épouse ensuite Démétrios Ier Poliorcète[4], cette union représentant pour ce dernier l'occasion de renforcer ses liens avec Pyrrhus alors qu'il tente d'établir son autorité en Grèce[1]. De ce mariage, Deidameia a eu un fils, du nom d'Alexandre, dont Plutarque dit qu'il aurait vécu en Égypte[5], probablement en captivité[1].

Deidameia demeure à Athènes lorsque Démétrios se rend en Asie afin de soutenir son père Antigone le Borgne contre les autres Diadoques, Ptolémée, Séleucos, Cassandre et Lysimaque. Après la défaite de son mari lors de la bataille d'Ipsos en 301 av. J.-C., les Athéniens lui retirent leur soutien et Deidameia est exilée à Mégare[6]. Peu après, elle rejoint Démétrios en Cilicie, où ce dernier vient d'offrir la main de sa fille Stratonice au roi Séleucos.

Rapidement après son arrivée, elle tombe malade et meurt[7] en 300 av. J.-C.[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Smith, William (éd.), Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology, « Deidameia (1) », Boston, 1867.
  2. Plutarque, Pyrrhus, 4.
  3. Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée, XIV, 6.
  4. Plutarque, Démétrios, 25.
  5. Plutarque, Démétrios, 53.
  6. Plutarque, Démétrios, 30.
  7. Plutarque, Démétrios, 32.

Sources antiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]