Éacide (roi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Grèce antique
Cet article est une ébauche concernant la Grèce antique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Éacide
Biographie
Naissance
Décès
Père
Frère
Enfants
Deidameia (en)
Pyrrhus IerVoir et modifier les données sur Wikidata

Éacide, en grec ancien Αἰακίδης, (né en 361 av. J.-C. et mort en 313 av. J.-C.) est le fils d’Arymbas. Il fut roi des Molosses, peuplade d'Épire, où il régna de 322 av. J.-C. à 317 av. J.-C. et en 313 av. J.-C.. Il fut le père du célèbre conquérant grec Pyrrhus.

Règne[modifier | modifier le code]

Mettant à profit les combats entre Cassandre de Macédoine et les villes du Péloponnèse fidèles à Polyperchon, Éacide ramène sa cousine germaine Olympias d'Épire dans sa capitale de Pella, en Macédoine. Mais bientôt, Cassandre accourt du Péloponnèse et contraint Éacide à rentrer en fuyard dans son pays. Il ne parvient pas à sauver la vieille reine assiégée dans Pydna qui est tuée par Cassandre en 316 av. J.-C.. Éacide doit ensuite faire face à une insurrection de ses soldats, fatigués et déçus par sa déroute, peut-être aussi travaillés par des émissaires de son ennemi ; cette révolte l'oblige à quitter l'Épire pour l'Étolie, afin d'échapper à la mort. Les Épirotes font alors revenir Néoptolème II, le fils d'Alexandre Ier d'Épire en 317 av. J.-C..

Grâce aux conflits entre les Étoliens alliés d'Antigone le Borgne et Cassandre, il peut reconquérir pour un temps en 313 av. J.-C. son pouvoir royal. Mais blessé lors d'un combat à Oiniadai contre les soldats de Philippe frère de Cassandre, il meurt peu après[1],[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

Éacide épouse Phthia, fille de Mémon, Thessalien « homme fort renommé du temps de la Guerre Lamiaque »[3] dont il a trois enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Cloché, La dislocation d'un Empire. Les premiers successeurs d'Alexandre le Grand, Payot, Paris, 1959, p. 243.
  2. Pausanias, Livre I chapitre 11.
  3. Plutarque, Vie de Pyrrhos chapitre II, p. 866.

Voir aussi[modifier | modifier le code]