Debiopharm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Groupe Debiopharm
logo de Groupe Debiopharm

Logo de Debiopharm

Création 1979
Fondateurs Dr Rolland-Yves Mauvernay
Personnages clés
  • Dr Rolland-Yves Mauvernay, Fondateur et co-président,
  • Thierry Mauvernay, Co-président et délégué du conseil d'administration,
  • Dr Bertrand Ducrey, CEO Debiopharm International SA,
  • Dr Cédric Sager, CEO Debiopharm Research & Manufacturing SA,
  • Valérie Calvayrac, CEO Debiopharm Investment SA
Forme juridique Société anonyme
Slogan «We develop for patients »
Siège social Drapeau de Suisse Lausanne (Suisse)
Activité Industrie pharmaceutique
Produits

Eloxatin/Elplat,
Decapeptyl/Trelstar/Pamorelin,

Moapar/Salvacyl
Sociétés sœurs

Debiopharm International SA,
Debiopharm Research & Manufacturing SA,
Debiopharm Diagnostics SA,

Debiopharm Investment SA
Effectif 350[1]
Site web www.debiopharm.com

Debiopharm group, généralement appelé simplement Debiopharm, est un groupe pharmaceutique suisse fondé en 1979 et dont le siège se situe à Lausanne, dans l'Immeuble administratif André & Cie S.A.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rolland-Yves Mauvernay a fondé Debiopharm en 1979 à Martigny[2]. En 1981, le laboratoire Cytotech est créé en Suisse et il devient après quelques années Debio Recherche Pharmaceutique (R.P.). Au départ, la société travaille sur l'interféron et, en 1982, elle commence à se concentrer sur la triptoréline (en), après avoir acquis les droits pour son développement auprès de l'Université Tulane. La première autorisation de mise sur le marché de la triptoréline est obtenue en France en 1986[3]

En 1989, Debiopharm acquiert la licence pour l'oxaliplatine de l'Université de Nagoya City. Le médicament est approuvé en premier lieu en Europe en 1996.

En 2002, le groupe Debio se compose de trois entités distinctes : Debiopharm (basé à Lausanne) qui identifie et développe des substances « à fort potentiel pharmaceutique », le laboratoire Debio R.P. (à Martigny) et la société Debioclinic qui gère les études cliniques et l'enregistrement des médicaments créés[4].

Le siège de Debiopharm Group à Lausanne.

En septembre 2004, après avoir occupé différents locaux à Lausanne, Debiopharm Group déménage son siège à l'adresse actuelle. En 2016, le groupe emploie 350 personnes[1] .

Structure[modifier | modifier le code]

Le groupe Debiopharm est organisé, en 2016, en quatre entreprises sœurs, toutes dépendantes de la société Debiopharm Holding SA, enregistrée dans le canton de Fribourg[5].

Debiopharm International[modifier | modifier le code]

Debiopharm International SA, siège du groupe et basé à Lausanne, acquiert des licences sur des produits biologiques ou des petites molécules prometteurs qui pourraient être enregistrés globalement[6]. Une fois développés, les produits sont commercialisés à travers l'octroi de licences à entreprises pharmaceutiques partenaires pour assurer une plus large commercialisation[7].

Debiopharm Research & Manufacturing[modifier | modifier le code]

Debiopharm Research & Manufacturing, précédemment appelée Debio R.P. et basée à Martigny, est à la fois un laboratoire de recherche appliquée sur des molécules et des systèmes de délivrance de médicaments et un site de développement et de production de ces mêmes médicaments[8]. Le site, qui emploie en 2016 près de 150 personnes, a été entièrement rénové et agrandi en 2015[9]. Il est certifié par Swissmedic et l'Agência Nacional de Vigilância Sanitária (Brésil) et est régulièrement inspecté par la FDA (États-Unis) et la KFDA (Corée du Sud)[10].

Debiopharm Diagnostics[modifier | modifier le code]

Debiopharm Diagnostics SA, tout d'abord appelée Debioinnovation SA et basée à Villars-sur-Glâne, a pour objectif de financer les investissements du groupe dans différentes entreprises de diagnostic, parmi lesquelles on retrouve l'entreprise belge de Biocartis[11], la société genevoise GenePOC[12], la start-up de l'EPFL Spinomix[13], ou encore Agendia, une spin-off du Netherlands Cancer Institute (en)[14].

Depuis sa création en 2008, Debiopharm Diagnostics a investi plus de 85 millions de dollars dans 13 sociétés[12].

Debiopharm Investment[modifier | modifier le code]

Debiopharm Investment SA, basée à Lausanne, est la société du groupe chargée de soutenir la croissance du groupe en assurant des entrées régulières d'argent aux autres entreprises du groupe[15]. Pour cela, l'entreprise investit dans différentes entreprises par capital-investissement, en prenant une part minoritaire du capital de jeunes entreprises, en particulier actives dans les domaines de l'innovation informatique, des cleantech et dans le service aux particuliers[16]. Ainsi, ces dernières années, Debiopharm Investment a pris des parts dans les sociétés françaises Delta Solar et Eco Delta (gestion de fermes photovoltaïques)[17], l'entreprise de service BPA Solutions (spécialiste dans le développement de solutions basées sur Microsoft SharePoint)[18], la startup vaudoise Skioo[19], ou encore la société foncière française CeGeREAL (jusqu'au début 2016)[20].

Debiopharm Investment est également propriétaire de plusieurs bâtiments à Zurich, dans le canton de Vaud, ainsi que, depuis 2013, d'un immeuble à Corsier[21].

Produits[modifier | modifier le code]

Produits actuellement commercialisés[modifier | modifier le code]

Les produits développés par Debiopharm et actuellement commercialisés sont dérivés de l'oxaliplatine, pour le traitement des cancers du côlon et du rectum, sous les noms d'Eloxatin (commercialisé par Sanofi), Elplat, Dacotin ou Dacplat[22] et de la triptoréline (en), pour le traitement des cancers de la prostate ou du sein et commercialisé sous les noms Decapeptyl, Neo Decapeptyl, Trelstar et Pamorelin[23]. Cette dernière molécule est également commercialisée dans plusieurs pays d'Europe sous les noms de Salvacyl et Moapar sous forme de traitement de trois mois pour traiter des cas de déviance sexuelles graves[24].

Pipeline[modifier | modifier le code]

En février 2016, les produits dans le pipeline du groupe sont les suivants[25] :

Produit Étape du développement
Développement Phase pré-clinique Phase I Phase II Phase III
G-SOX Terminé Terminé Terminé Terminé En cours
Debio 8206 CPP Terminé Terminé Terminé Terminé En cours
Debio 025/Alisporivir Terminé Terminé Terminé En cours
Debio 1450, ABSSSI Terminé Terminé Terminé En cours
Debio 1143 Terminé Terminé Terminé En cours
Debio 1450 Terminé Terminé En cours
Debio 1143 Terminé Terminé En cours
Debio 1347 Terminé Terminé En cours
Debio 025 Terminé En cours
Debio 0930B En cours
Debio 1453N En cours
Debio 1454 En cours

Actions de parrainage[modifier | modifier le code]

Debiopharm finance une chaire à l'École polytechnique fédérale de Lausanne[26] portant sur le « transduction des signaux dans l’oncogenèse »[27] ; en 2015, le titulaire de cette chaire est le professeur associé allemand Jörg Huelsken[28].

En partenariat avec la Japan Cancer Association (JCA)[29], l'entreprise remet chaque année depuis 2004 un prix appelé « JCA-Mauvernay Award ». Ce prix récompense deux chercheurs japonais de moins de 50 ans pour leur contribution dans la recherche oncologique[30].

De 2008 à 2012, l'entreprise sponsorisait un « prix Debiopharm Valais » qui visait à encourager le développement d'activités innovantes dans le domaine des sciences et des technologies du vivant en Valais et récompensant « une innovation répondant à un besoin du marché en aidant son auteur à mettre sur le marché le résultat de son travail et à créer de l’emploi »[31]. Enfin, jusqu'en 2013, la société sponsorisait également plusieurs prix en collaboration avec l'EPFL : le « Debiopharm Group Life Sciences Award » doté de 50 000 francs et deux « Junior Debiopharm Group Life Sciences Awards » de 25 000 francs chacun (depuis 2012)[32]. Ces prix récompensaient des travaux de « recherche dans le domaine des maladies infectieuses et de l’immunologie »[33].

Parallèlement, Debiopharm collabore avec la Fondation Téléthon Action Suisse (au travers de l'opération « Attitude Téléthonique » lancée en 2015), avec l'association Helvetas (pour l'apport d'eau potable en Mauritanie), avec l'action « Les Pinceaux magiques » dans le canton du Valais et contribue a financer un orphelinat en Bolivie[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Debiopharm Group - At a glance » (consulté le 11 février 2016).
  2. « Debiopharm investit. “J’ai fondé cette entreprise à Martigny”, se souvient Rolland-Yves Mauvernay », sur canal9.ch (consulté le 19 février 2016)
  3. (en) « Debiopharm International SA Announces Phase III Positive Results for Triptorelin 6-month Formulation in the Management of Central Precocious Puberty (CPP) », PR Newswire,‎ (lire en ligne)
  4. Kaestli, Françoise, « Le confort du patient passe par la galénique », Tracés : bulletin technique de la Suisse romande, Société suisse des ingénieurs et des architectes, vol. 128, no 7,‎ , p. 18-22 (lire en ligne)
  5. « Debiopharm Holding SA », sur Registre du commerce du canton de Fribourg (consulté le 19 février 2016)
  6. (en) « Debiopharm International SA », sur swissbiotech.org (consulté le 24 février 2016)
  7. (en) [vidéo] Debiopharm Corporate Film sur YouTube
  8. (en) « Debiopharm Research & Manufacturing S.A. », sur debiopharm.com (consulté le 23 février 2016)
  9. « Debiopharm Group™ inaugure son site de production et son laboratoire de recherche après 18 mois de travaux, à Martigny », sur debiopharm.com (consulté le 23 février 2016)
  10. (en) « Debiopharm and Vifor Pharma sign an exclusive agreement », sur viforpharma.com (consulté le 23 février 2016)
  11. Pierre-Alexandre Sallier, « Passée par l’EPFL, Biocartis vaut un demi-milliard », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  12. a et b « Debiopharm Diagnostics mène un tour d'investissement dans la société GenePOC avec Emerillon Capital », PR Newswire,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « Who we are », sur spinomix.com (consulté le 23 février 2016)
  14. (en) « Agendia Raises $65 Million in a Private Round of Equity Financing », sur agendia.com (consulté le 23 février 2016)
  15. (en) « Debiopharm Investment S.A. », sur debiopharm.com (consulté le 23 février 2016)
  16. (en) « Debiopharm investment S.A. », sur startup.ch (consulté le 23 février 2016)
  17. (ats/nxp), « Debiopharm investit dans les énergies renouvelables », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  18. (en) « BPA Solutions get Investment Funds from Debiopharm Investment », sur y-parc.ch (consulté le 23 février 2016)
  19. Ghislaine Bloch, « Des investisseurs norvégiens financent la société vaudoise Skioo », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  20. « CeGeREAL : Debiopharm Holding SA a vendu », sur boursedirect.fr (consulté le 19 février 2016)
  21. Roland Rossier, « Des entrepreneurs vaudois investissent 30 millions à Genève », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  22. (en) « Eloxatin®, Elplat®, Dacotin®, Dacplat® », sur debiopharm.com (consulté le 7 mars 2016)
  23. (en) « Decapeptyl®, Neo Decapeptyl®, Trelstar®, Pamorelin® », sur debiopharm.com (consulté le 7 mars 2016)
  24. (en) « Salvacyl®,Moapar® », sur debiopharm.com (consulté le 7 mars 2016)
  25. (en) « Pipeline », sur debiopharm.com (consulté le 24 février 2016)
  26. Bilan : le privé finance près de 10 % des chaires à l'EPFL
  27. « Chaire Debiopharm en Transduction des Signaux dans l’Oncogenèse », sur epfl.ch (consulté le 19 février 2016)
  28. « Professeur Associé Jörg Huelsken », sur epfl.ch (consulté le 19 février 2016)
  29. (ja) Japanese Cancer Association, « 日本癌学会|日本癌学会学術賞 JCA-Mauvernay Award [JCA-Mauvernay Award: list of past winners] » (consulté le 8 septembre 2012)
  30. (en) « 10th Anniversary of the JCA-Mauvernay Award », sur stofficetokyo.ch (consulté le 19 février 2016)
  31. « Prix Debiopharm », sur bioalps.org (consulté le 19 février 2016)
  32. (en) (en) « Debiopharm Life Science Awards », Swiss National Center of Competency in Research - Chemical Biology,‎ (lire en ligne)
  33. ATS/TDG, « Distinction: Un professeur de l’université de Genève reçoit le prix Debiopharm », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  34. « Prendre moins l'ascenseur, une attitude "téléthonique" socialement responsable », sur cvci.ch (consulté le 19 février 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]