Daniel Ceppi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Ceppi
Daniel Ceppi, BD-FIL 2013, 13th September 2013 2.jpg

Daniel Ceppi à BD-FIL en septembre 2013.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Daniel Ceppi est un auteur de bandes dessinées, né le 3 avril 1951 à Genève en Suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un vitrail remarqué, La Vierge à l'Enfant, à Carouge, place de Sardaigne, pour Noël 1967, Daniel Ceppi, dessinateur formé à l'École des Arts décoratifs de Genève puis autodidacte, autoédite en 1977 son premier album : Le Guêpier. Son héros Stéphane Clément, à qui il arrive toujours toutes sortes de galères, est né. Les Humanoïdes associés repèrent ce nouveau talent, rééditent en 1978 Le Guêpier, accueillent la suite des aventures de Stéphane Clément dans le magazine Métal hurlant[1], et sortent bientôt deux nouveaux volumes de la série. Les quatrième, cinquième, sixième et septième aventures de Stéphane Clément paraissent dans (À suivre) [2] de 1981 à 1985 et les albums correspondants sont publiés par Casterman qui réédite aussi les trois premiers, dans une nouvelle version en couleurs.

Les histoires complètes réalisées par Ceppi et son scénariste Vépy pour différents journaux ou ouvrages collectifs sont réunies et paraissent en 1986 sous le titre Croco & co.

En 1993, Ceppi retrouve les Humanoïdes associés et signe un thriller désabusé en deux volumes, Corps Diplomatique. Trois ans plus tard, en 1996, Stéphane Clément sort de l'hibernation dans laquelle Ceppi l'avait plongé depuis 10 ans. En 1998, Les Humanoïdes associés entreprennent la réédition de tous les albums de Stéphane, sous le nom Stéphane Clément, Chroniques d'un voyageur, et en 2011 paraît, toujours aux Humanos, la première intégrale de Stéphane Clément, qui réunit les trois premiers volumes de la série dans leur version originale en noir et blanc.

Daniel Ceppi est l'arrière-arrière-petit-fils de l'inventeur Georges-Auguste Leschot.

Prix[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  1. Le Guêpier, Éditions sans Frontière, 1977.
  2. À l'Est de Karakulak, Les Humanoïdes Associés, coll. « Mirage », 1978.
  3. Le Repaire de Kolstov, Les Humanoïdes Associés, coll. « Métal hurlant », 1980.
  4. Les Routes de Bharata - La Malédiction de Surya, Casterman, coll. « Un auteur (A SUIVRE) », 1983.
  5. L'Étreinte d'Howrah, Casterman, coll. « Un auteur (A SUIVRE) », 1984.
  6. Captifs du chaos, Casterman, coll. « Un auteur (A SUIVRE) », 1986.
  7. Pondicherry, filiation fatale, Casterman, coll. « Un auteur (A SUIVRE) », 1995.
  8. Belfast, l'adieu aux larmes, Les Humanoïdes Associés, 1997.
  9. Vanina business, Les Humanoïdes Associés, 1999.
  10. L'Or bleu, Les Humanoïdes Associés, 2001.
  11. L'Ivoire de Sheila Mac Kingsley, Les Humanoïdes Associés, 2003.
  12. L'Engrenage turkmène, Le Lombard, 2010.
  13. Le Piège ouzbek, Le Lombard, 2012.
  • L'Ombre de Jaïpur (dessin), avec Juan Martinez (scénario), Dargaud, coll. « Pilote », 1981.
  • Croco & co (dessin), avec Vepy (scénario), L'Essai, 1986.
  • La Nuit des clandestins (dessin), avec Pierre Christin (scénario), Les Humanoïdes Associés, 1992.
  • Les Aventures de Natrix (dessin), avec Juan Martinez (scénario), Fondation culturelle Elapsoïda, 1993.
  • Corps diplomatique, deux tomes, Les Humanoïdes Associés, 1991. Édition intégrale, Les Humanoïdes Associées, 1995.
  • Confidentiel, Le Lombard :
  1. Nom de code : Pandore, 2006.
  2. Nom de code : Voltaire, 2007.
  3. Nom de code : Mata Hari, 2008.
  • Lady of Shalott, Le Lombard, 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ceppi dans Métal hurlant », sur bdoubliées.com (consulté le 3 avril 2017)
  2. « Ceppi dans (A suivre) », sur bdoubliees.com (consulté le 3 avril 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Daniel Ceppi (int. Bruno Canard), « Entretien avec Daniel Ceppi », dans L'Indispensable n°1, juin 1998, p. 35-39.

Lien externe[modifier | modifier le code]