Corps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Core, Cor, The Corrs et KOR.

Sur les autres projets Wikimedia :

Architecture[modifier | modifier le code]

Art[modifier | modifier le code]

Préhistoire :[modifier | modifier le code]

Les représentations du corps pendant la préhistoire montrent des femmes rondes aux formes adipeuses. Pour répondre au désir de fécondité et au besoin de perpétuer l’espèce, les formes étaient exagérées. Les premières représentations de nus sont nées en même temps que l’art lui-même. Les statuettes nous renseignent sur les mentalités de l’époque: nécessité de se nourrir et de se reproduire. Les femmes enceintes sont  fortes et leurs attributs bien marqués.

Antiquité :[modifier | modifier le code]

L’Antiquité va baser l’idée d’un corps robuste et athlétique à l’image d’Hercule en instaurant le culte des héros et d’un corps bien proportionné pour les femmes. Ces corps féminins harmonieux étaient des signes de bonne santé, mais c’est la forme du squelette, et en particulier de larges hanches, qui donnent l’assurance d’avoir des capacités reproductives, ça reprend donc les critères de l'Antiquité. La représentation des corps est soumise à des règles strictes de proportions. La nudité à l’époque était associé à la perfection.[1]

Moyen-Age :[modifier | modifier le code]

Au Moyen-âge, les privations alimentaires s’associent au spirituel afin de vivre à l’image du Christ et de d’enraciner dans les esprits la peur de l’enfer. Ainsi, pour le haut Moyen-âge, les miniatures de Van Eyck ou de Van der Goes montrent des corps féminins effilés, maigres, souvent blêmes; rappelant la déchéance d’Adam et Ève. Les corps n’étaient pas représentés pour être contemplés mais pour faire naître chez le spectateur un sentiment de compassion. La peinture se rapproche de la sculpture avec le rendu des ombres et des lumières, des volumes, des modelés. Les personnages divins sont représentés à une échelle supérieure

Renaissance :[modifier | modifier le code]

A la Renaissance, l’humanisme place l’homme au centre de toutes les préoccupations philosophiques, religieuses et artistiques. Le relâchement des règles théologiques s’associe au retour de la philosophie antique. La femme doit être belle, jeune et saine pour pourvoir aux besoins de fécondité et de perpétuation de l’espèce. Les artistes de la Renaissance rejettent les normes médiévales et réintègrent les canons de la sculpture grecque. Les sciences, la médecine… basées sur l’expérimentation s’intéressent à l’anatomie et au fonctionnement du corps humain qui se voit découvert, ouvert, écorché, disséqué.. Les musculatures sont davantage proches de la réalité. Les portraits de grandes ampleurs étaient souvent réservés aux personnes riches ou puissantes. ( ex : Louis XIV).

Baroque :[modifier | modifier le code]

Le corps à l'époque Baroque se traduit par un retour au naturalisme. Le mouvement est mis plus en valeur. L'émotion y est d'autant plus présente.

Classique: Les corps sont idéalisés par les peintres classiques. Les vêtements permettent de représenter des étoffes nobles et les peintres excellent dans leur rendu. Les peintres cherchent la beauté du dessin représentant des corps idéalisés avec des courbes parfaites. Ils retrouvent les modèles de l’Antiquité et l’harmonie des Anciens. A partir de 1850, Courbet instaure une nouvelle vision du portrait en peignant des personnages ni riches ni puissants.

Romantisme:[modifier | modifier le code]

Le romantisme apparaît en peinture comme mode d’expression de sentiments intérieurs, ceux-là même que le rococo s’appliquait tant à dissimuler, mais désormais assumés au point d’en devenir l’objectif principal de l’artiste :il faut extérioriser ses sentiments, au point de surpasser si besoin l’aspect esthétique de l’œuvre. il sacrifie les couleurs pour la perfection de la ligne.

XX :[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, la peinture livre des images de corps morcelés, mutilés, déformés, démantelés… Le corps se fait peinture, mesure, action, geste, outil, trace, etc.

En conclusion les représentations du corps reflètent bien les mentalités de chaque époque avec le besoin de fixer des normes de vie et de pensées. [2]

Biologie[modifier | modifier le code]

  • Corps : un tout biologique chez l'homme (le corps humain) comme chez l'animal.
  • Corps : cadavre d'une personne décédée.

Mathématiques[modifier | modifier le code]

En mathématiques, un corps est une structure algébrique dans laquelle il est possible d'additionner, de multiplier et de calculer des inverses pour la multiplication. On est amené à distinguer :

  • les corps commutatifs, dont la multiplication est une opération commutative, tels le corps des nombres réels, le corps des nombres rationnels ou les corps finis. Ils sont omniprésents en mathématiques ;
  • les corps gauches, dont la multiplication est « en principe » non commutative.

Militaire[modifier | modifier le code]

Sciences[modifier | modifier le code]

  • Corps : une entité, par exemple un corps solide, en physique
  • Corps, en physique classique (et en philosophie naturelle, par exemple chez Descartes) : substance étendue (l'âme étant, pour Descartes, une substance dotée de l'attribut de la pensée)
  • Corps, en sciences humaines est considéré selon la définition de Michel Bernard (Le Corps, 1974, p. 141), « comme le symbole dont use une société pour parler de ses fantasmes ». Lacan le définit dans Télévision comme « de ce qui perdure de perte pure à ce qui ne parie que du père au pire » et Jacques Gleyse, dans l'Instrumentalisation du corps en 1997 affirme que « Le corps c'est de la chair et du verbe incarné ».

Technologie[modifier | modifier le code]

  • Corps : qualité d'une boisson telle que le vin ou le whisky
  • Corps, en informatique : ce qui est placé entre les balises d'une fonction ou d'une procédure
  • Corps, en typographie : la taille des caractères d'imprimerie

Toponymie[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Entités administratives[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Le corps vu par la philosophie et à travers les époques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Biologie[modifier | modifier le code]

Autres sciences[modifier | modifier le code]

  • Corps chimique : la molécule en chimie :
  • Corps gras, en chimie organique : substance composée de molécules ayant des propriétés hydrophobes
  • Corps noir, en physique : un objet de référence pour les spectres électromagnétiques

Religion[modifier | modifier le code]

  • Corps mystique : selon la doctrine catholique de la communion des saints, l'Église est le « corps mystique du Christ ». L'apôtre saint Paul affirme en effet dans ses épîtres que Jésus de Nazareth est la tête de ce corps mystique, et que l'ensemble des baptisés de toutes les époques en représentent les membres.

Divers[modifier | modifier le code]