Conseil pour l'avenir du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Conseil pour l'avenir du monde
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Siège social
Pays
Organisation
Site web

Le Conseil pour l'avenir du monde (« World Future Council ») est une fondation indépendante de droit allemand, financée par des dons, née d'une idée émise en l'an 2000 par Jakob von Uexkull (fondateur du « Prix Nobel alternatif »). Cette idée est devenue réalité en 2004, grâce à la collaboration de Herbert Girardet.

Le « Conseil pour l'avenir du monde » est composé de 50 personnalités venant de gouvernements, de parlements, de la société civile, d’universités, artistes et créateurs dites « faiseurs de changement »[1], que le fondateur souhaite intègres sur le plan éthique, respectées et jouissant d'un grand crédit dans l'opinion publique[2]. Ce Conseil cherche à exprimer et défendre les intérêts des générations futures en les (re)mettant au centre de la politique de décision, afin de « transmettre aux générations futures une planète en bonne santé et des sociétés justes, en favorisant l’identification et la diffusion de solutions efficaces, orientées vers l’avenir »[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le « Conseil pour l'avenir du monde » a été fondé par l'écrivain et militant politique suédois Jakob von Uexkull en réaction aux politiques à travers le monde souvent dominées par le court terme et la pensée économique. L'idée de créer un conseil mondial a d'abord été diffusée à la radio allemande en 2000 ; idée immédiatement reprise par la télévision allemande exprimant son intérêt dans la diffusion des séances du Conseil.

En octobre 2004, l'organisation a été officiellement lancée à Londres avec des fonds provenant de donateurs privés d'Allemagne, de Suisse, des États-Unis et du Royaume-Uni.

Depuis 2006, le siège social est basé à Hambourg, où le Conseil pour l'avenir du monde est enregistré comme une fondation de bienfaisance.

Des filiales sont implantées à Londres, Bruxelles, Delhi et Washington, D.C., le Conseil, qui joue aussi le rôle d'un Think tank s'est réuni pour la première fois en mai 2007 à Hambourg. Ce Conseil travaille en étroite collaboration avec des réseaux internationaux (environ 25 000 parlementaires et 8 000 organisations de la société civile) afin d'identifier et de diffuser des solutions à long terme aux problèmes mondiaux du jour.

Campagne climat[modifier | modifier le code]

Le changement climatique est le thème fondamental qui est abordé à l'heure actuelle. La mission du Conseil est de définir clairement la stabilisation du climat comme nécessité fondamentale et la responsabilité humaine pour un monde plus juste, pacifique et durable pour les générations futures. Les activités du Conseil sont axées sur la transformation des systèmes énergétiques mondiaux.

L'objectif de la campagne est de proposer une transition pour des énergies renouvelables propres et sûres d'origine décentralisées pour tous, tout en réduisant la demande mondiale totale d'énergie. D'autres thèmes abordés dans la campagne climat sont : les villes durables, les systèmes alimentaires durables, la conservation de la forêt tropicale et la création d'une Agence internationale de l'énergie renouvelable.

Cette campagne a abouti à des actes concrets :

Conseillers[modifier | modifier le code]

Ces conseillers travaillent comme «la voix des générations futures» et contribuent par leurs expériences à faire des propositions visant à s'assurer de la transmission d'un monde sain et agréable à nos descendants[4] :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Herbert Girardet et Jakob Von Uexkull (trad. Stéphanie Alglave), Creating the World Future Council, Green Books, , 79 p. (ISBN 978-1-903998-46-5)
  • (en) Herbert Girardet et Miguel Mendonca (trad. Stéphanie Alglave), A Renewable World: Energy, Ecology, Equality: A Report for the World Future Council, Green Books, , 208 p. (ISBN 978-1-900322-49-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  • (fr) von Lüpke / Erlenwein le "Nobel" alternatif, 13 portraits de lauréats, La Plage, Sète, 2008
  • Autres sources

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geseko von Lüpke et Peter Erlenwein, "Nobel" alternatif, 13 portraits de lauréats, Sète, La Plage, , 213 p. (ISBN 978-2-84221-191-2), p. 205 à 213

Autres sources[modifier | modifier le code]

Sites en français[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]