Concerto pour piano nº 23 de Mozart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Concerto pour piano no 23
en la majeur
KV. 488
Image illustrative de l'article Concerto pour piano nº 23 de Mozart
Mozart par Doris Stock en 1789.

Genre Concerto pour piano
Nb. de mouvements 3
Musique Wolfgang Amadeus Mozart
Effectif Orchestre symphonique, piano
Durée approximative environ 26 minutes
Dates de composition 1786 à Vienne
Partition autographe Partition autographe à la BnF[1]

Le Concerto pour piano no 23 en la majeur, K. 488, est un concerto pour piano du compositeur classique Wolfgang Amadeus Mozart. Le second mouvement Adagio figure parmi les œuvres les plus connues du compositeur.

Création[modifier | modifier le code]

Mozart réside à Vienne lorsqu'il compose cette œuvre, au printemps 1786, à la même période que son opéra Les Noces de Figaro.

Structure[modifier | modifier le code]

Comme les concertos de forme classique, le Concerto pour piano no 23 en la majeur, comporte trois mouvements :

  1. Allegro, en la majeur, à 4/4, cadence à la mesure 297, 313 mesures
  2. Adagio, en fa-dièse mineur, à 6
    8
    , 99 mesures
  3. Allegro assai, en la majeur, à alla breve, 524 mesures.
  • Durée : environ 26 minutes.

Olivier Messiaen qualifie ce concerto ainsi : « Il se place au tout premier rang des 22 concertos pour piano ; c'est sûrement le plus parfait de tous, si non le plus beau ! »[2]. Ce que ne contredisent pas Girdlestone lorsqu'il la considère comme « l'une des créations les plus personnelles du musicien »[3] ou Jean-Victor Hocquard qui écrit : « Sur le double plan de l'écriture et de l'invention mélodique, c'est un pur chef d'œuvre »[4].

Allegro[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement, de forme sonate, est de structure assez rythmée, rapide, en tonalité de la majeur. L'orchestre introduit dès le début les thèmes du soliste, qui les reprend ensuite, dans le même ordre.


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}
upper = \relative c' {
  \clef treble 
  \key a \major
  \time 4/4
  \tempo 4 = 130
  %\override TupletBracket.bracket-visibility = ##f

   %%Mozart — Concerto 23 mvt 1, th. 1
   << { e'2~ cis d4. fis8 b,( d) gis,( b) < a cis, >4( < gis e > < fis d > < e cis >) q4. < gis e >16 < fis d > < e cis >4 r4 } \\ { < e cis >2( < g e >) < fis d >4( < a fis > < fis d > < d b >) e, } >>

}

lower = \relative c {
  \clef bass
  \key a \major
  \time 4/4

   a'4 a a a a a a a
   << { a4 r4 r2 a2. } \\ { r4 r2 a4 r4 d,4 a' a, } >>
}

  \header {
    piece = "Allegro"
  }

\score {
  \new PianoStaff <<
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
  \midi { }
}

Le second thème, en mi, ressemble à un sujet de fugue, que Mozart semble traiter comme une synthèse des langages de Bach et de Haydn[5]. Une cadence suivie d'une coda conclut le premier mouvement, mais Mozart fait réentendre avant la cadence « la belle et noble mélodie » du second thème[5].


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c'' {
    \key a \major
    \time 4/4  
    \tempo 4 = 125
    \override TupletBracket #'bracket-visibility = ##f 

     %%Mozart — Concerto 23, mvt 1, th. 2
     \partial 2 gis2~ gis4 fis8. gis16 a4 fis dis b b'2~ b4 e8. cis16 a2~ a4 gis2 fis8. e16 dis4 e a4.\trill gis16. a32 gis4

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi {}
}

Adagio[modifier | modifier le code]

Le second mouvement, dans la tonalité de fa-dièse mineur — unique dans l'œuvre de Mozart[5] —, constitue le cœur de l'œuvre[6]. La première partie expose une mélodie simple à laquelle sa couleur sombre et son rythme lent confèrent un caractère mélancolique. Une seconde mélodie, plus soutenue et rapide, mais dans la même tonalité, ajoute un caractère particulièrement dramatique à l'œuvre. Henri Ghéon écrit que « la beauté de ce chant ne souffre pas de discussion : bien desséché qui n'en serait ému aux larmes »[7].


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c'' {
    \key fis \minor
    \time 6/8  
    \tempo 8 = 82
    \override TupletBracket #'bracket-visibility = ##f 

     %%Mozart — Concerto 23, mvt 2, th. 1
     cis8. d16 cis8 cis fis a a b, gis' \clef bass eis,,,8 \clef treble b'''4~ b16 a fis'4~ fis8 gis, d' fis,4 eis32 fis gis fis eis8 r8 r8

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi {}
}

Allegro assai[modifier | modifier le code]

Le troisième mouvement est composé de nombreuses mélodies rapides avec de fréquents changements de tonalité, qui apportent à l'œuvre un caractère brillant. « L'un des morceaux les plus entraînant et les plus contagieux qui aient jamais jailli de Mozart, débordant d'une énergie et d'une vie non méconnaissable, et pas seulement agité […]. C'est le finale le plus réussi et le plus puissant de toute la série » des concertos pour piano « nous ne pouvons lui égaler que celui du concerto en fa, K. 459 »[8].


\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {

  }
<<
  \relative c'' {
    \key a \major
    \time 2/2  
    \tempo 2 = 120
    \override TupletBracket #'bracket-visibility = ##f 

     %%Mozart — Concerto 23, mvt 3, th. 1
     e4 r4 a, r4 a'2. gis8 fis fis e d cis d b cis a cis b a gis fis e dis e

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi {}
}

Orchestration[modifier | modifier le code]

Orchestration du Concerto pour piano no 23
Clavier
piano
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos,
violoncelles, contrebasses
Bois
1 flûte, 2 clarinettes en la, 2 bassons
Cuivres
2 cors en la

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Dans son livre sur Mozart, Bernhard Paumgartner donne cette brève description du Concerto no 23[9] : « avec le merveilleux adagio en fa dièse mineur et l'ennuyeux finale ».
  • Le 2e mouvement a été abondamment utilisé comme musique de film (ex : L'Incompris réalisé par Luigi Comencini ou Le nouveau monde de Terrence Malick). Il est également présent dans l'acte III du ballet Le Parc d'Angelin Preljocaj, dans la scène de l'Abandon.
  • Lors des 23e Victoires de la musique classique 2016 (diffusées le 24 février 2016, sur France 3), le 2e mouvement de ce concerto fut interprété par le pianiste Adam Laloum. Frédéric Lodéon parle de ce 23e concerto en ces termes : « ...Un des passages les plus touchant, c'est le 23e concerto. Alors les deux mouvements extrêmes sont vivants, joyeux, lumineux, c'est le Mozart qui veut avoir du succès qui donne des académies, c'est-à-dire des concerts, on achète des billets sur souscription. Et puis brusquement il y a comme une sorte de confession, il y a quelque chose : Mozart met son âme à nu dans cet adagio il montre sa solitude. Finalement il a souvent été très seul et même à la fin de sa vie complètement perdu : il demandait de l'argent à ses frères francs-maçons dans des lettres déchirantes, son épouse était partie à Baden... Enfin bref, et puis il reprend dans le final évidemment la joie de vivre. Mais ce moment de confession est absolument unique et c'est vraiment l'esprit mozartien qui s'exprime au plus haut niveau là. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF no FRBNF424371915
  2. Messiaen 1987, p. 81.
  3. Girdlestone 1953, p. 384.
  4. Hocquard 1992, p. 433.
  5. a, b et c Hocquard 1992, p. 434.
  6. Einstein 1991, p. 394.
  7. Ghéon 1932, p. 259.
  8. Girdlestone 1953, p. 395.
  9. Bernhard Paumgartner (trad. de l'allemand par Paule Pascali), Mozart, Paris, Gallimard, coll. « Leurs Figures », 1951 (1re éd. 1932 (de)), 526 p. (OCLC 721356865, notice BnF no FRBNF32512430), p. 308.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]