Jean-Victor Hocquard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Victor Hocquard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Nationalité
Activité

Jean-Victor Hocquard (Obernai) est un musicologue français spécialiste de Mozart.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Victor Hocquard effectue ses études secondaires à Metz et passe sa licence de philosophie à Nancy. Il est successivement professeur à Wissembourg, Sélestat et Sarreguemines. Pendant la guerre, il sert sur la ligne Maginot. Fait prisonnier, libéré, ré-emprisonné, il s'évade de Metz, à la Noël 1940. Après la guerre, il est professeur de philosophie aux lycées de Grenoble, Tournon, Tanger et Altkirch[1].

Il passe un Doctorat ès lettres de l'Université de Paris en 1956. Sa thèse est consacré à La pensée de Mozart[2], publiée partiellement deux ans plus tard au Seuil, avec en outre, un petit livre de la collection « Solfèges », réédité modifiée dès 1964 lors de sa quatrième réimpression et en 1970 pour la deuxième édition, et ensuite réimprimé régulièrement.

Il enseigne la philosophie, mais consacre l'essentielle de son énergie à l’approfondissement de la connaissance du musicien viennois. Son nom est d'ailleurs considéré comme « indissociable de celui de Mozart », plus encore qu'Alfred Einstein, Jean et Brigitte Massin[3]. Ces auteurs ayant traité d'autres études à Beethoven ou Schubert par exemple ; Jean-Victor Hocquard en une dizaine d'ouvrages, s'est investi entièrement pour Mozart.

De sa thèse, il conserve tout au long de ses diverses études, l'idée que la spécificité de Mozart réside dans une pensée au « caractère intrinsèquement musical »[3]. Allant jusqu'à consider Mozart comme un guide initiatique qui, à travers les idéaux esthétiques, « feraient de sa musique une œuvre de « vérité » »[4].

Pour cela, il démonte d'abord les « surcharges interprétatives » accumulées sur la personne et l'œuvre mozartienne[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La pensée de Mozart, Seuil, 1958 ; rééd. 1991, 740 p.  (OCLC 164778503 et 837788163). L'ouvrage est dédié en hommage à Henri Davenson et à la mémoire de Georges de Saint-Foix, biographe de Mozart.
  • Mozart, Paris, Seuil, coll. « Solfèges » (no 8), (1re éd. 1958, 2e éd. 1970), 185 p. (ISBN 2020194554)
  • Mozart : l'amour, la mort, Paris, Archimbaud/Lattès, coll. « Musiques et musiciens », 1992 (1re éd. 1987, Librairie Séguier), 810 p. (ISBN 2-7096-1179-1, OCLC 264101476, notice BnF no FRBNF35546538)[5]
  • Écrits et propos du Mozart, Librairie Séguier, 1988
  • Mozart, l'unique, Librairie Séguier, 1989
  • Mozart dans ses airs de concerts, Librairie Séguier, 1989
  • Mozart de l'ombre à la lumière, Lattès/Archimbaud, 1993 (ISBN 2709613239)
  • Les opéras de Mozart, Les Belles Lettres/Archimbaud, 1995, 971 p.  (ISBN 2-251-44053-4), (notice BnF no FRBNF35764235) Reprend les parutions suivantes :
    • Les Noces de Figaro, coll. « Les grands opéras de Mozart », Aubier Montaigne, 1979 (ISBN 2-7007-0134-8)
    • Don Giovanni, coll. « Les grands opéras de Mozart », Aubier Montaigne, 1978
    • Cosi Fan Tutte, coll. « Les grands opéras de Mozart », Aubier Montaigne, 1978
    • La Flûte enchantée, Paris, Aubier Montaigne, , 254 p. (ISBN 2-7007-0154-2, OCLC 461816541)
    • La Clémence de Titus et opéras de jeunesse, coll. « Les grands opéras de Mozart », Aubier Montaigne, 1986
  • L'enlèvement au sérail, coll. « Les grands opéras de Mozart », Aubier Montaigne, 1980
  • Idoménée, coll. « Les grands opéras de Mozart », Aubier Montaigne, 1982 (ISBN 2700702980)
  • Mozart, Musique de vérité, Les Belles Lettres/Archimbaud, 1996
  • Mozart, ou La Voix du Comique, Maisonneuve et Larose/Archimbaud, 1999 (ISBN 2-7068-1392-X)

Notices discographiques[modifier | modifier le code]

  • Mozart, Cosi Fan Tutte - Elisabeth Schwarzkopf, Nan Merriman, Leopold Simoneau, Rolando Panerai, Lisa Otto, Sesto Bruscantini, Chœur et orchestre Philharmonia, dir. Herbert von Karajan, EMI (1981)[6]
  • Mozart, Les Noces de Figaro - Elisabeth Schwarzkopf, George London, Irmgard Seefried, Erich Kunz, Sena Jurinac, Elisabeth Höngen, Chœur de l'Opéra de Vienne, Orchestre philharmonique de Vienne, dir. Herbert von Karajan, EMI
  • Mozart, Don Giovanni - Chœurs et orchestre Philharmonia, dir. Carlo Maria Giulini, EMI (1983)
  • Mozart, Concertos pour piano nos 5 et 6 / Rondo KV.382 - Mitsuko Uchida, English Chamber Orchestra, dir. Jeffrey Tate, Philips (1991)
  • Mozart, Concertos pour piano nos 8 et 9 - Mitsuko Uchida, English Chamber Orchestra, dir. Jeffrey Tate, Philips (1992)
  • Mozart, Concertos pour piano nos 11 et 12 - Mitsuko Uchida, English Chamber Orchestra, dir. Jeffrey Tate, Philips (1990)
  • Mozart, Concertos pour piano nos 13 et 14 - Mitsuko Uchida, English Chamber Orchestra, dir. Jeffrey Tate, Philips 422 359-1 (1988)
  • Mozart, Sonates pour piano KV 282, 310 & 545 - Sviatoslav Richter, piano (Philips 1990)
  • Mozart, Don Giovanni, Dramma Giocoso, KV. 527 - Colin Davis, Philips 422 541-2 (1991)
  • Mozart, Le Nozze Di Figaro, Opera buffa, KV. 492 - BBC Symphony Orchestra, dir. Colin Davis, Philips 422 540-2 (1991)

Articles et préfaces[modifier | modifier le code]

Jean-Victor Hocquard a participé à des numéros de L'Avant-scène dans les années 1980 et 1990.

  • « La finta giardiniera, commentaire musical et littéraire », L'Avant-scène Opéra.
  • «  Mithridate, commentaire musical et littéraire », L'Avant-scène Opéra, 1983.
  • « L'enlèvement au Sérail, commentaire musical et littéraire », L'Avant-scène Opéra, 1991
  • « Don Juan, commentaire musical et littéraire » (suivant le livret traduit par Pierre Malbos), L'Avant-scène Opéra, Paris, no 24,‎ , p. 29–118 (ISSN 0764-2873, OCLC 715992975).
Préfaces 

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de 1958 de l'auteur de La pensée de Mozart, au Seuil.
  2. Notice BnF no FRBNF35963169t : trois volumes, 1026p. 
  3. a, b et c Dermoncourt 2005, p. 391.
  4. Dermoncourt 2005, p. 392.
  5. Un extrait en ligne [PDF]
  6. Crédits livrets sur discogs.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]