Cocotte (prostituée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cocotte.
Une cocotte, Bertall ; La Comédie de notre temps : études au crayon et à la plume, Plon, Paris, vol. 2, 1875.

Les cocottes sont en France, sous le Second Empire, des prostituées de luxe (auparavant désignées sous le terme de courtisanes) connues pour ruiner leurs riches amants en dépenses somptuaires : fêtes, bijoux, maisons, etc. Par extension, le terme est employé aux époques suivantes, notamment lors de la Belle Époque.

La demi-mondaine désignait à l'origine les femmes du monde tombées dans la prostitution puis a fini par désigner également les cocottes de basse ou haute condition, appelées aussi « Grandes Horizontales »[1].

Parmi les autres appellations désignant une cocotte, on trouve, avec des acceptions plus ou moins différentes : danseuse, lorette, fille de noce, grisette, fille de brasserie, buveuse, trotteuse, pierreuse, lionne[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

On peut citer comme « cocottes » célèbres Cora Pearl (1835-1886) avec le Prince Napoléon ou Laure Hayman (1851-1932) avec Karageorgévitch ou Paul Bourget. Il est à noter que plusieurs hôtels particuliers de Paris ont été construits pour des « cocottes », comme celui de la Païva sur les Champs-Élysées.

Nana, d’Émile Zola, décrit la vie et le destin tragique d’une de ces cocottes, qui rend fous d’amour et mène à la ruine les hommes puissants qu’elle rencontre. Pour certaines femmes du peuple, devenir une cocotte était aussi un moyen d’arriver à l’aisance financière avant de se ranger. Certaines ont su gérer leur fortune, d’autres sont mortes jeunes et dans la misère, d'autres enfin, comme Sarah Bernhardt, qui à ses débuts était une cocotte, sont devenues des actrices adulées.

« Sentir, puer la cocotte » signifie sentir un parfum de mauvaise qualité comme ceux dont usaient les cocottes de bas étage et a donné le verbe « cocotter ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Virginia Rounding, Grandes Horizontales : The Lives and Legends of Four Nineteenth-Century Courtesans, Bloomsbury USA, , 352 p. (ISBN 1-58234260-1)
  2. [http://www.arte.tv/guide/fr/057413-000/cocottes-et-courtisanes-dans-l-oeil-des-peintres Documentaire Cocottes et courtisanes dans l’œil des peintres diffusé sur Arte