Claude-Clair Francin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude-Clair Francin
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
Bourg-la-ReineVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
François-Alexis Francin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Éléonore Coustou (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Angélique Lepautre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Guillaume Francin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Claude-Clair Francin est un sculpteur français, né à Strasbourg, le 5 juin 1702, mort à Bourg-la-Reine, le 18 (ou 19) mars 1773.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christ à la colonne

Il est venu enfant à Paris et a dû suivre l'enseignement de la sculpture de son oncle Guillaume Coustou. Grâce à cet enseignement, il est autorisé à concourir au prix de sculpture qui lui est adjugé en 1731. Arrivé à Rome le 27 novembre 1731, il a passé six années à l'Académie de France à Rome. Il est de retour à Paris, en 1737.

Il est agréé par l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1737.

Il travaille à Paris jusqu'en 1747, en particulier pour l'église Saint-André-des-Arts et l'église de l'Oratoire et à l'église Saint-Roch. Il travaille ensuite à Bordeaux, entre 1748 et 1765[1].

Il est reçu par l'Académie le 31 janvier 1767. Il est nommé adjoint à professeur de l'Académie en 1769 et reçoit la seconde médaille de l'Académie, en 1771.

Il est le fils du sculpteur François-Alexis Francin (né avant 1670 - mort avant 1726) et le neveu par sa mère, Éléonore Coustou (Lyon, vers 1672-Paris, le 6 septembre 1727), de Nicolas Coustou et Guillaume Coustou.

Il s'est marié le 19 janvier 1740 avec Angélique Lepautre, fille de Pierre Lepautre, sculpteur ordinaire du roi, recteur de l'Académie royale de Saint-Luc.

Il a eu trois enfants de son mariage, Marie-Angélique (née en 1740, morte en 1814), Guillaume (baptisé le 21 octobre 1741 - mort le 8 janvier 1830), André (né en 1743). Seul Guillaume Francin a été sculpteur. Il est connu pour un buste de Gluck et un buste de d'Alembert (musée de Versailles), la sculpture Pan jouant de la flute (musée du Louvre), oncle d'Achille-Etna Michallon (Guillaume Francin avait épousé en secondes noces sa grand-mère maternelle).

Sculptures[modifier | modifier le code]

  • Christ à la colonne, au musée du Louvre, sculpture de réception à l'Académie royale de peinture et de sculpture, le 31 janvier 1767. Un modèle en plâtre avait été présenté au Salon de 1737[2]
  • Entre 1748 à 1755, il réalise le fronton central et les quatre frontons de la place de la Bourse : Minerve, Mercure ;
  • Ganymède, au Walters Art Museum de Baltimore[3] ;
  • Baptême du Christ pour la façade de l'église de l'Oratoire, à Paris, disparu en 1792 ;
  • Deux groupes de pères de l'église, à l'église Saint-Roch, à Paris ;
  • Bustes de Jean Goujon, au musée de Versailles.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Thomas, Fernand, Le séjour à Bordeaux de Claude Francin (1748-1765), Bordeaux, Impr. Gounouilhou, , 7 p. (lire en ligne)
  2. Notice no 4364, base Atlas, musée du Louvre
  3. Walters Art Museum : Ganymède