Classe moyenne inférieure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Stratification sociale.

La classe moyenne inférieure est une classe de la société dont les membres perçoivent des revenus que l'on peut considérer comme relativement modestes.

Classement par pays[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Les personnes catégorisée dans la classe moyenne inférieure perçoivent un revenu de l'ordre de 14 000 à 18 000 euros par an[1],[2]. On y trouve notamment des professions intermédiaires (techniciens, infirmières...), ainsi qu'une partie des employés administratifs. Depuis le début 1975, avec l'arrivée de la crise[Laquelle ?], la classe moyenne inférieure se distingue de plus en plus de sa fausse jumelle, la classe moyenne supérieure ; la première étant caractérisée par son déclassement, l'autre par son ascension sociale.

Suisse[modifier | modifier le code]

Le revenu est utilisé comme critère de classification et non la profession. Ainsi, une personne exerçant une profession libérale à temps partiel peut appartenir à cette classe sociale.

En 2016, l'Office fédéral de la statistique range dans la classe moyenne les personnes vivant seules et ayant un revenu annuel brut compris entre 47 364 CHF et 101 484 CHF[3] et les couples jusqu'à deux enfants ayant un revenu annuel brut compris entre 99 456 CHF et 213 120 CHF[4]. La classe moyenne inférieure concerne toute la moitié inférieure de ces deux intervalles, soit de 47 364 CHF à 74 424 CHF[5] par année pour les personnes seules et de 99 456 CHF à 156 288 CHF[6] par année pour les couples[7]. Cette catégorie représente 28 % de la population du pays. Les personnes dans cette catégorie sont à la limite de la précarité. En effet, bien souvent cette population dispose de revenus trop élevés pour bénéficier d'aides de l'État, mais n'arrive pas forcément à couvrir ses frais[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les classes moyennes
  2. Les classes moyennes sous pression
  3. approx. 44 164 EUR et 94 627 EUR
  4. approx. 92 736 EUR et 198 720 EUR
  5. approx. 44 164 EUR et 69 395 EUR
  6. approx. 92 736 EUR et 145 728 EUR
  7. François Pilet, « Classes moyennes : la rupture », L'Hebdo,‎ (lire en ligne)
  8. Hughes Firmann et Joël Boissard, « La classe moyenne inférieure est à la limite de la précarité », RTS Info,‎ (lire en ligne)