Clément de Laage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Laage.
Clément de Laage
Clément de Laage.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Fermier généralVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Enfant
Anne du Ruey (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Membre de

Clément de Laage (1724 † 1794), seigneur de Bellefaye, conseiller secrétaire du roi près la cour des aides de Paris, en 1752, receveur général des domaines et bois de la généralité d’Orléans, fermier général en 1762, doyen des fermiers généraux sous la Révolution[1], a été condamné à mort par jugement du 19 floréal an II (), puis exécuté le jour même, à Paris, sur la place publique de la Révolution[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Clément de Laage de Bellefaye est né à Saintes[2] l’an 1724. Il est le 10e enfant de Élie Jacques de Laage, conseiller du Roi, receveur des tailles de Poitiers, (né le 6 août 1676 à Jonzac[3] ) et de Marie Madeleine de Roffay. Clément de Laage naît donc à Saintes en 1724, au début du règne de Louis XV. À l’âge de 30 ans, il est nommé receveur des domaines de la généralité d’Orléans. En 1752, Clément démissionne de sa charge de receveur des tailles d’Orléans en faveur de son frère Jérôme, le 7e enfant. Il est nommé receveur des domaines et bois d’Orléans. Puis secrétaire du Roi à la Cour des aides et enfin lieutenant des chasses de la capitainerie et Duché d’Orléans. Bien en cour, il épouse Marie-Madeleine de Heere dans les salons de la marquise de Pompadour, au château de Versailles, le 22 août 1758.

Durant cette période, Clément de Laage se lie d’une grande amitié avec son cousin Étienne de Silhouette (éphémère Controleur général des finances et Ministre d'État en 1759) qui le rendra plus tard légataire universel.

Aidé par ses relations dans le domaine de la finance, et notamment par Étienne de Silhouette, Clément de Laage acheta une charge de fermier général.

Il s’installe à Paris en 1763. En 1763, au moment où Clément de Laage de Bellefaye est nommé fermier général, la situation politique de la France est bien sombre, les impôts sont élevés, les disparités sont accentuées, la situation géopolitique et économique française est désastreuse.

Clément de Laage héritera donc de la fortune d’Étienne de Silhouette et fit embellir le château de Bry notamment en créant des jardins à la française avec le concours des paysagistes les plus réputés. Il devint ainsi seigneur de Bry. En 1780, il s’installe dans un hôtel particulier place Vendôme. Propriétaire de la seigneurie de Bellefaye, il agrandit les terres et favorise son développement. Il acquiert également le château de Beauregard à Villeneuve-Saint-Georges, situé dans l'actuel département du Val-de-Marne.

Il devient membre de la Société philanthropique en 1784.

Sous la Révolution[modifier | modifier le code]

Les événements révolutionnaires vont mettre un terme à ses privilèges. Le 1er janvier 1793, une commission composée de six fermiers généraux dont Clément est chargée de liquider la ferme générale.

Louis XVI, également dans une position complexe, fait part de ses projets de s’enfuir hors du territoire national à l’administrateur du trésor royal, Joseph Duruey, qui était aussi le beau-père de son fils aîné[4].

En 1793, les fermiers généraux sont écroués, dont son fils aîné. Ils seront transférés à l’hôtel de la ferme pour y achever leurs comptes.

Jugement du 19 floréal an II[modifier | modifier le code]

Clément de Laage est mis à mort à Paris le 19 floréal an II (), à 17 heures, en exécution du jugement visant également 27 autres fermiers généraux, dont le célèbre scientifique Antoine Lavoisier[2]. Âgé de 70 ans, Il était le doyen des fermiers généraux.

À la Conciergerie, sur la liste des guillotinés, une erreur de transcription le fait inscrire sous le nom de Clément Delorge.

Titulature[modifier | modifier le code]

Il avait formé la branche de Bellefaye et s’appelait seigneur ou baron de Bellefaye. Cette baronnie lui fut adjugée en 1769.Elle avait été acquise par son oncle Jacques de Laage en 1720.Le château de Bellefaye (bien conservé jusqu'à nos jours) se situe dans le Limousin sur la commune de Nouhant (Creuse). Il était aussi connu comme seigneur de Brie-sur-Marne, de Gaumont et de la Barre[5].

Notice généalogique[modifier | modifier le code]

Son épouse, Marie-Madeleine de Heere[5], était la sœur du chevalier d’Heere, dont il nous reste un portrait de Carmontelle lorsqu’il était capitaine au régiment Colonel-général[6]. Elle lui donna trois enfants : leur fils aîné, Clément-François-Philippe (1764 † 1824), également fermier général[5], échappa de justesse à la guillotine. Il avait reçu en avance son diplôme de licencié en lettre, puis avait épousé Anne-Jeanne-Josèphe-Antoinette Duruey[5], dont le père avait médité avec Louis XVI quelques projets de fuite hors de France ; leur fille Marie-Thérèse (1767 † ?), a été mariée au marquis de Villeneuve de Vence, pair de France sous Louis XVIII[5]; enfin leur dernier fils, Fortuné (1780 † 1824), passé plus tard aux colonies[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Frotier de La Messelière, Filiations bretonnes : 1650-1912, recueil des filiations directes des représentants actuels des familles nobles, de bourgeoisie armoriée ou le plus fréquemment alliées à la noblesse, d’origine bretonne ou résidant actuellement en Bretagne, depuis leur plus ancien auteur vivant en 1650, vol. 3e, Saint-Brieuc, René Prudhomme [réédition imprim. J. Floch, 1965], (présentation en ligne), p. 337 ;
  2. a b et c Alcide de Beauchesne, La vie de Madame Elisabeth, sœur de Louis XVI (1869), t. 2e, Paris, Henri Plon, imprimeur-éditeur, (lire en ligne), p. 330 ;
  3. Élie de Laage est né en 1625 à Jonzac, où son père, Jacques de Laage, exerce la fonction de procureur fiscal
  4. Clément-François-Philippe de Laage, baron de Bellefaye, né le Ier mai 1764, fermier général en 1784, émigré, mort à Paris le 12 juin 1824. Il avait épousé, le 11 mai 1784, Jeanne-Josèphe-Antoinette Duruey. Parmi les différentes versions sur la fuite du roi à Varennes, on a dit que Joseph Duruey aurait avancé au roi toute sa fortune personnelle, en lui fournissant de quoi organiser sa fuite, et qu'il aurait été suivi en cela par quelques amis proches, dont Clément de Laage. (Se reporter à l'article consacré à Joseph Duruey)
  5. a b c d e et f Léon Audebert La Morinerie, La noblesse de Saintonge et d’Aunis convoquée pour les États-généraux de 1789, Paris, J.-B. Dumoulin, (lire en ligne), p. 318 ;
  6. Léon Audebert La Morinerie, Chantilly : Les portraits de Carmontelle, Paris, J.-B. Dumoulin, (lire en ligne), p. 120 ;

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adrien Mentienne, Histoire de Bry-sur-Marne des temps préhistoriques au XXe siècle
  • Philippe-Joseph-Benjamin Buchez, Histoire Parlementaire de la Révolution française, ou Journal des Assemblées Nationales, depuis 1789 jusqu’en 1815, contenant la narration des évènements... précédée d’une introduction sur l’histoire de France jusqu’à la convocation des Etats généraux
  • Baron Henri Kervyn de Lettenhove, Quelques Portraits de Famille

Autres sources[modifier | modifier le code]

  • Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, Paris, 2007, par Régis Valette.
  • Table Générale de L’A.N.F, Paris. 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]