Christian Dornier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant la criminologie
Cet article est une ébauche concernant la criminologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Christian Dornier est un agriculteur français né 15 juillet 1958 à Baume-les-Dames (Doubs), auteur de la Tuerie de Luxiol en 1989.

Tuerie de Luxiol[modifier | modifier le code]

Le , Christian Dornier, un agriculteur du village sans antécédents judiciaires, pris d'une folie soudaine, abat quatorze personnes. Aîné de la famille, il aurait dû reprendre l'exploitation familiale comme le souhaitait son père, mais, conscient de ses limites, c'est finalement sa mère qui reçoit la propriété. Il n'a pas assisté au mariage de sa sœur mariée quatre jours plus tôt. Célibataire, il est suivi par un médecin pour son état dépressif. À 14 h 10, il tire avec la carabine de chasse emprunté à son père, tuant sa sœur et sa mère dans la ferme familiale, blessant son père Georges Dornier. Il prend ensuite son véhicule et abat au hasard des personnes qu'il croise dans le hameau et sur la route qui le mène à Autechaux, village avoisinant. Huit autres personnes seront blessées, dont le commandant de la compagnie de gendarmerie de Baume-les-Dames René Sarrazin. Légèrement blessé de deux balles et maîtrisé à 14 h 45 par les gendarmes de Baume-les-Dames, le dément est finalement arrêté, dans un état d'amnésie[1].

Les experts psychiatres diagnostiquent chez lui une schizophrénie évolutive (selon des rapports, il ne supportait pas sa calvitie précoce sur laquelle il aurait fait l'objet de mauvaises avanies, par ailleurs la décision supposée qu'il ne reprendrait pas l'exploitation familiale l'avait lésée). Le 2 mars 1994, en vertu de l'article 122-1 du code pénal sur l'irresponsabilité des crimes, la juge Anne Caron prononce une ordonnance de non-lieu (Christian Dornier étant déclaré victime d'un trouble psychique ayant aboli son discernement), au grand dam des familles des victimes qui voulaient un procès. Depuis avril 1991, Christian Dornier est interné et soigné à l'hôpital psychiatrique de Sarreguemines, dans une unité pour malades difficiles[2]. Il y serait décédé en octobre 2014 selon certaines sources restées secrètes.

Victimes[modifier | modifier le code]

Les quatorze morts de cette tuerie de masse sont[3] :

  • Jeanne Dornier, 57 ans, mère de Christian Dornier
  • Corinne Maillard, 26 ans, sœur de Christian Dornier
  • Marcel Lechine, inséminateur de bovins venu travailler dans la ferme, 45 ans
  • Yoan Robez-Masson, 10 ans
  • Johnny Robez-Masson, 14 ans
  • Stanislas Périard, 79 ans
  • Marie Périard, 81 ans, sœur de Stanislas Périard
  • Louis Cuenot, 67 ans
  • Louis Liard, 50 ans
  • Pauline Faivre-Pierret, 5 ans
  • Louis Girardot, 47 ans
  • Georges Pernin, 40 ans, professeur à Autechaux
  • Marie-Alice Champroy
  • Pierre Boeuf

Références[modifier | modifier le code]

  1. Solène Haddad, 50 affaires criminelles qui ont marqué la France, City Edition, , p. 57
  2. La tuerie de Luxiol, scène de crime
  3. Pascal Michel, 40 ans d'affaires Criminelles 1969-2009, Pascal Michel, , p. 81-82

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Michel, 40 ans d'affaires Criminelles 1969-2009 (chapitre : La tuerie de Luxiol) pages 81 à 83, 17 avril 2009, 208 pages, (ISBN 978-1-4092-7263-2)

Articles de presse[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]