Christian Clot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Christian Clot
Description de cette image, également commentée ci-après
Christian Clot
Naissance
A Neuchâtel en Suisse
Nationalité Drapeau de la Suisse SuisseDrapeau de la France France
Profession

Christian Clot est un explorateur, chercheur[1],[2] et écrivain français et suisse, né à Neuchâtel en Suisse en 1972, principalement connu pour ses expéditions en Patagonie et en cordillère Darwin, dont il a réalisé en solitaire la première exploration de la partie centrale en 2006, ainsi que ses expéditions ADAPTATION 4X30 JOURS en milieux climatiques extrêmes. Il dirige l’institut de recherche « Human Adaptation Institute[3]». Membre depuis 2005 de la Société des explorateurs français, il en est le vice-président depuis 2010[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Clot s'est dans un premier temps dirigé vers une carrière de comédien et de metteur en scène, après des études au conservatoire suisse de Lausanne. Pratiquant de sport nature comme la montagne, l'escalade ou le parachutisme, il s'est tourné vers des rôles de cascadeur[5].

Parallèlement, depuis l'âge de seize ans, Christian Clot a commencé à voyager par ses propres moyens. En 1999, lors d'un tour du Népal à pied, il découvre sa vocation d'explorateur. Il entreprend des travaux d'exploration à visée scientifique. Il mène alors des expéditions en Asie et en Amérique du Sud, avec une prédilection pour la Patagonie.

En 2006, après deux expéditions préalables menées avec des collègues explorateurs et des scientifiques, il entre dans le centre de la chaîne de montagne de la cordillère Darwin en Terre de Feu chilienne[6]. Durant trois mois, il y a effectué une boucle et des recherches scientifiques. Il raconte cette expérience dans le livre Ultima Cordillera, la dernière terre Inconnue aux éditions Arthaud[7].

Il a mené de nombreuses expéditions en Asie centrale, Afrique de l’est, à la recherche des sources du Nil, à la recherche de peintures rupestres ou de marqueurs d‘évolutions humaines. Il a également, réalisé une dizaine expéditions en Patagonie, dans les canaux marins, les montagnes sou les pampas, sur les traces des anciens peuples de ces régions. Il collabore également avec différents laboratoires sur divers thématiques comme la glaciologie, la météorologie ou l'entomologie [réf. nécessaire].

Parallèlement (2005-2018), il mène  plusieurs travaux de soutien lors de contextes de crises (tsunamis, tremblement de terre) ou en accompagnant des groupes de migrants.

Ces différentes expéditions et travaux l’on amené à observer et questionner les capacités adaptatives des personnes vivant ces situations dramatiques, et de comment aider les humains à mieux vivre ces situations de changements profonds.

Ses expéditions d’exploration se portent alors sur la capacité de l'homme à s'adapter à un milieu et sur des études psycho-physiologique concernant la prise de décision en situation extrême et à risque (avec Cécile Vallet, Maison des Sciences de l'Homme) [réf. nécessaire].

En 2014-2015, il crée le Human Adaptation Institute[3] qui a pour but de mieux comprendre les mécanismes cognitifs et physiologiques de l’adaptation humaine face aux changements, qu’ils soient rapides ou sur du long terme. Ces études sont menées lors de situations de vie réelles, uniquement sur des humains, de manière paritaire et en tenant compte de l’ensemble des paramètres écosystémiques, physiologiques et cognitifs impactant la notion d’adaptation.

Les résultats permettent de mieux nous préparer au futur autant que de proposer des leviers d’actions en amont afin de réduire nos impacts possibles.

En 2016-2017 il accomplit une première mondiale en réalisant la traversée successive des 4 milieux climatiques les plus extrêmes de la planète. Du Dasht-e-Lut en Iran, en plein été, aux monts Verkhoïansk de Yakoutie, en hiver, en passant par les canaux marins de Patagonie et la forêt tropicale du Brésil, il va vivre des températures, à l’ombre, de +60 °C à −60 °C; des taux d’ humidité de 2% à 100% et des vents dépassant les 130 km/h. Ces milieux splendides offrent des émotions hors normes. Au-delà des traversées qu’il mène sans aucun moyen de communication ni balise de suivi, Christian a réalisé, plusieurs heures par jour, un protocole complet d’études sur le terrain, complété par des travaux en laboratoires sur machines lourdes, comme des IRM, pour mieux comprendre les capacités humaines d’adaptation et poser les bases d’études à grande échelle.

En 2020, lors de l’expansion de la pandémie de Covid-19 et de la crise sanitaire en Europe, il lance avec l’Institut et les chercheurs et chercheuses associés au projet une vaste étude scientifique sur nos capacités d’adaptation, la gestion sociale et l’identification des troubles psychologiques provoqués par la crise du Covid-19[8],[9].

Spécialiste de l’adaptation face aux changements et de la gestion de crise il intervient régulièrement en entreprise pour préparer et accompagner les organisations dans toutes les situations.

En 2012, il crée et dirige la collection de bandes dessinées Explora, aux éditions Glénat [10] et dont il scénarise certains albums dont Magellan sorti en mars 2012 et Darwin publié en 2016.


Principales expéditions[modifier | modifier le code]

En 2016 et 2017, il réalise la mission ADAPTATION 4X30 JOURS SOLO : une succession de 4 expéditions en solitaire dans les 4 milieux les plus extrêmes de la planète pour étudier la capacité humaine d'adaptation[11].

Avant, cela, Christian Clot entreprend en 2012-2014 une expédition intitulée : «  Les Mythes du Nil » : 6 mois à pied dans le haut bassin du Nil (Tanzanie, Burundi, Rwanda, Ouganda), dont ascension du Mont Stanley-Rwenzori (5 109 m), puis 2 mois à pied en Éthiopie et Somaliland pour finaliser des recherches sur les peuples du Nil[12].

En 2011 il effectue une reconnaissance et une expédition scientifique dans le désert du Dasht-e-Lut (Iran).

En 2009, il retourne en Patagonie (Chili et Argentine) avec l’expédition Hielo Continental : 6 mois d'immersion à pied et en Kayak avec Mélusine Mallender sur les traces des indiens de Patagonie (Kaweskars and Tehuelches)[13].

Entre 2005 et 2010 : Travaux sur la motivation et l’adaptabilité corticale au cours d’expéditions glaciaires et marines de différentes durées (MSHN-Paris13).

Entre 2002 et 2006, il mène plusieurs expéditions pour explorer la partie centrale de la Cordillère Darwin (Chili), mais c’est en 2006, que ces expéditions aboutissent, à la première incursion et exploration mondiale connue de la partie centrale de la Cordillère Darwin (Chili) avec des études sur l'impact physiologique et psychologique des environnements extrêmes sur l'homme (en collaboration avec la Maison des Sciences de l'Homme et l'Université Paris VIII)[6]

Entre 1999 et 2000, il mène une expédition dans les Vallées Api et Saipal au Népal, 2 000 km à pied à la recherche des groupes ethniques vivant en autonomie totale et sans contact avec le monde extérieur.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Essais

  • Explorer demain, comment être explorateur du XXIe siècle. Robert Laffont (2019)

Récits d'exploration

  • Au cœur des extrêmes. Braver les quatre milieux les plus hostiles de la planète pour éprouver les capacités humaines d’adaptation, Robert Laffont (2018) [14]
  • Ultima Cordillera, la dernière terre Inconnue, Arthaud, 2007[7]
  • Amérique du Sud, solitude des terres extrêmes, avec K. Meuzard (dessin), éditions Aventure du Bout du Monde et Ultimaterra, 2005

Histoire

  • 100 ans d'exploration, Editions Glénat, 2007 (2009, réedition en 2017[15])
  • Missions exploration, 35 découvertes au bout du monde (de Stéphane Frattini et Yannick Robert, sous la direction de Christian Clot), Editions Glénat, 2016.

Biographie

  • Moi, Christian Clot explorateur, Editions Glénat, 2017[16]

Bandes dessinées

  • Darwin T1, à bord du Beagle, bande dessinée (avec Fabien Bono (dessin)), Editions Glénat, 2016
  • Alexandra David-Néel - Les chemins de Lhassa (préface), bande dessinée avec Christian Perrissin (scénario) et Boro Pavlovic (dessin), Editions Glénat, 2016 [20]
  • Tenzing, sur le toit du monde avec Hillary, bande dessinée avec JB Hostache (dessin)), Editions Glénat, 2013
  • Magellan, jusqu'au bout du monde, bande dessinée (avec T. Verguet (dessin) et B. Orenge (dessin)), Editions Glénat, 2012
  • Burton T1&2, bande dessinée (avec A. Nikolavitch et D.Dim), Editions Glénat, 2012

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Ne te dégonfle pas, Amérique du Sud, de M. Mallender et C.Clot, 4 x 52 min, Darwin Production – Voyage (2020)
  • Au Cœur des Extrêmes, de Christian Clot et Mélusine Mallender, 1x90 min et 1x65 min, Darwin Production - Ushuaïa TV (2019)
  • Ne te dégonfle pas, Les Voix de la Liberté, de M. Mallender et C.Clot, 1 x 52 min, Darwin Production – Voyage (2019)
  • Ne te dégonfle pas, Asie du sud-est, de M. Mallender et C.Clot, 4 x 52 min, Darwin Production – Voyage (2018)
  • Jusqu'au bout du monde : en Patagonie, avec Adriana Karembeu. Réalisateur Gilles Beauché. Production Bonne Pioche Production (2015)
  • Ne te dégonfle pas, Afrique de l’est, de M. Mallender, C. Clot et N. Thomä (montage), 3 × 52 min, Darwin Production – Voyage (2014).
  • Un jour il faut partir, de M. Mallender, C. Clot et N. Thomä (montage), 56 min, Darwin Production – Voyage (2014).
  • Les Routes Persannes, de M. Mallender, C. Clot et N. Thomä (montage), 58 min, Darwin Production – Voyage (2014)
  • Ne te dégonfle pas, Amérique du Sud, de M. Mallender et C.Clot, 4 x 52 min, Darwin Production – Voyage (2020)
  • La Trace des Hommes de C. Clot et N. Tomä / 3 × 26 min. Production Gedeon Programmes (2010)
  • Aux origines du monde Ultimaterra (2007)
  • Ultima Cordillera, au cœur des tempêtes Delcor production (2005)
  • Profession Explorateur d'Alain Tixier (MC4-Voyage), 26 min sur Christian Clot et ses expéditions

Distinctions[modifier | modifier le code]

Christian Clot en cordillère Darwin

Pour ses expéditions ainsi que pour ses livres et ses films, Christian Clot a reçu la médaille de la Géographie française, le prix René Caillié, le prix Antoine de Caunes, le grand prix des Angles entre autres[réf. nécessaire]. Il est vice-président de la Société des explorateurs français et membre de la Royal Geographical Society ainsi que de la Société de géographie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Luc Le Vaillant, « Christian Clot, thermo-maître », sur Libération.fr, (consulté le 12 mai 2020)
  2. « Christian Clot - Who's Who », sur www.whoswho.fr (consulté le 12 mai 2020)
  3. a et b « Adaptation Institute », sur Adaptation Institute (consulté le 12 mai 2020)
  4. « Fonctionnement – Société des Explorateurs Français » (consulté le 12 mai 2020)
  5. Luc Le Vaillant, « Christian Clot, thermo-maître », sur Libération.fr, (consulté le 2 juin 2020)
  6. a et b « La cordillère Darwin en images », sur France Culture, (consulté le 2 juin 2020)
  7. a et b « Ultima Cordillera, la dernière terre inconnue », sur Babelio (consulté le 2 juin 2020)
  8. « Participez à l'étude COVADAPT ! », sur Adaptation Institute, (consulté le 12 mai 2020)
  9. Sabrina Champenois, « Confinement : «Certaines personnes se sont créé une bulle mentale» », sur Libération.fr, (consulté le 22 mai 2020)
  10. L. Gianati, « À la découverte de la collection Explora - Entretien avec Christian Clot », sur BD Gest',
  11. Paris Match, « Faire face aux extrêmes de la planète » (consulté le 2 juin 2020)
  12. unmondedaventures, « Les mythes du Nil, la nouvelle expédition de Christian Clot », sur Un Monde d'Aventures, (consulté le 2 juin 2020)
  13. « RFI - Radio France Internationale », sur www1.rfi.fr (consulté le 2 juin 2020)
  14. Julia Zimmerlich, « Christian Clot, explorateur des frontières de l’humain », sur Le Monde,
  15. 100 ans d'explorations NE, (lire en ligne)
  16. Moi, Christian Clot, explorateur, (lire en ligne)
  17. Jean-Laurent Truc, « Albert Ier de Monaco, un défenseur des océans », sur Ligne claire,
  18. Denis Sergent, « le livre Albert Ier de Monaco, le prince explorateur », sur La Croix,
  19. Jean-Laurent Truc, « Rimbaud, voyage au bout de l’enfer », sur Ligne claire,
  20. Fabien Deglise, « Alexandra au Tibet », sur Le Devoir,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]