Cheval marocain de sport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cheval marocain de sport
Région d’origine
Région Drapeau du Maroc Maroc
Caractéristiques
Morphologie Cheval de sport
Registre généalogique (en) Fédération royale marocaine des sports équestres
Taille Environ 1,68 m
Autre
Utilisation Saut d'obstacles

Le cheval marocain de sport, ou Selle marocain, est un stud-book de chevaux de sport marocains, destinés au sport équestre, et tout particulièrement au saut d'obstacles. Récent, ce stud-book reste en cours de sélection, en particulier à Sidi Berni, acceptant de larges croisements. Il compte environ 100 naissances annuelles, dans trois élevages principaux implantés dans les régions de Rabat et d'Agadir, au Maroc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ces chevaux sont répertoriés sous différents noms, en effet le CIRAD les enregistre sous celui de « cheval de Selle marocain », correspondant à la traduction en anglais « Moroccan riding horse »[1], tandis que le guide Delachaux (2014)[2] et Cheval magazine (2013)[3] ont opté pour « Cheval de sport marocain » et « Cheval marocain de sport ».

Le stud-book est créé en 1985 au Maroc[4], au domaine de Sidi Berni, près de Rabat[2], dépendant de la Fédération royale marocaine des sports équestres[1]. Cet élevage est un souhait de la princesse Lalla Amina. Son but est d'élever des chevaux de sport de grande taille, par croisements sur la jumenterie marocaine[2]. Ce programme d'élevage retient le Hanovrien pour sa taille, le Selle français pour sa masse, et le Pur-sang pour son énergie[1]. Il est alors prévu d'officialiser la race en 1996[1].

La tentative de fixer cette race s'est effectuée par croisement initial entre des juments locales Arabe-barbe, Anglo-arabe et Anglo-arabe-barbe, et des étalons Hanovrien[4]. Ensuite, les juments issues de ce premier croisement ont été re-croisées avec des étalons Pur-sang et Selle français[4]. Seules les juments montrant des qualités sportives ont été conservées dans le programme de sélection, ce qui a fait passer le cheptel de 85 juments au départ à 35 juments[4].

Emmanuelle Brengard indique (2013) que ce stud-book a intégré la World breeding federation for sport horses (WBFSH)[4], cependant, en avril 2019, le cheval de sport marocain ne figure pas dans la liste des membres affiliés à la WBFSH[5].

Description[modifier | modifier le code]

Un cheval marocain de sport naît par croisement entre une jument locale, d'assez petite taille, et un étalon de sport de race Hanovrien, Selle français ou Pur-sang[1]. La taille recherchée est d'environ 1,68 m, couplée à un tempérament, solide, courageux et énergique[1].

Il n'existe pas de standard de race, par ailleurs les croisements autorisés sont très ouverts aux autres stud-books sportifs[3]. Ces animaux sont habitués à la vie en extérieur, et semblent acclimatés au Maroc, si ce n'est que les pics de chaleur entraînent des crises de coliques[4]. À Sidi Berni, ces dernières sont prévenues par la distribution d'un mash, deux fois par semaine[4].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Cavalier sportif (de saut d'obstacles ou de concours complet) à Agadir.

Le cheval marocain de sport est sélectionné en priorité pour le saut d'obstacles[1],[2]. L'un des chevaux propriété de la princesse Lalla Amina, Floresco, a participé aux Jeux olympiques d'été de 2008 et de 2012[6].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Ces chevaux propres au Maroc se trouvent essentiellement à Sidi Berni, qui voit naître entre 20 et 25 poulains chaque année[4], ainsi que dans deux haras privés dans les régions de Rabat et d'Agadir[3]. Le stud-book compte en 2013 environ 600 sujets inscrits, pour 100 naissances annuelles[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Meyer.
  2. a b c et d Rousseau 2014, p. 394.
  3. a b c et d Brengard 2013, p. 68.
  4. a b c d e f g et h Brengard 2013, p. 69.
  5. « The Members and Associate Members - www.wbfsh.org », sur www.wbfsh.org (consulté le 2 mai 2019).
  6. « Yessin Rahmouni aux Jeux Olympiques avec le cheval de Lalla Amina », sur Bladi.net (consulté le 2 mai 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Brengard 2014] Emmanuelle Brengard (dir.), « Cheval marocain de sport », dans 60 races de chevaux de selle, Glénat, (ISBN 978-2-7234-9212-6), p. 68-69. 
  • [Rousseau 2014] Élise Rousseau (ill. Yann Le Bris), Tous les chevaux du monde, Delachaux et Niestlé, , 544  p. (ISBN 2-603-01865-5), « Maroc et Algérie », p. 394-395Voir et modifier les données sur Wikidata