Abdelkebir Ouaddar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abdelkebir Ouaddar
CHI Genève 2013 - 20131213 - PAbdelkebir Ouaddar et Quickly de Kreisker.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Montures

Abdelkebir Ouaddar (né le ) est un cavalier de saut d'obstacles marocain. Arrivé tardivement dans le milieu du sport de haut niveau, il connait une « ascension fulgurante » à partir de 2012, devenant le premier Marocain de l'histoire à participer aux Jeux équestres mondiaux en 2014. Participant aux épreuves olympiques de saut d'obstacles à Rio, en 2016, il est alors le porte-drapeau olympique de la délégation marocaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Abdelkebir Ouaddar, surnommé Kebir, est natif d'une ville proche de Marrakech, Aït Ourir[1], parmi une famille de cinq enfants[2]. Fils d'un père puisatier[1] et d'une mère prénommée Khadija[2], sa famille, plutôt modeste, est étrangère au monde du sport équestre[3]. Il joue au football de rue dans son village natal lorsqu'il est remarqué par l'une des sœurs du roi Hassan II, la princesse Lalla Fatima Zohra[2]. Elle propose de l'élever, ce que sa mère refuse dans un premier temps, son père estimant au contraire qu'il s'agit d'une « chance inespérée »[2].

Il est élevé par Lalla Fatima Zohra, qui a rencontré sa famille[1], et qui le traite ensuite comme s'il avait été son propre enfant[3]. Alors qu'il avait peur des chevaux à l'origine, il apprend l'équitation vers 12 ans grâce à la famille royale marocaine, en particulier à la princesse Lalla Fatima Zohra, qui lui permet de monter à cheval deux fois par semaine[4],[3]. La princesse Lalla Amina, tante du roi Mohammed VI, l'envoie en stage chez le cavalier brésilien Nelson Pessoa, alors à Chantilly en France, pour apprendre l'équitation de compétition en saut d'obstacles[3]. Il est âgé de 14 ans[4].

Accès au sport de haut niveau[modifier | modifier le code]

Abdelkebir Ouaddar participant aux Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro, avec Quickly de Kreisker.

Abdelkebir Ouaddar remporte six titres nationaux marocains, et participe aux Jeux méditerranéens en 1997, 2005 et 2009[2]. Il accède tardivement au haut niveau, grâce au soutien du roi Mohammed VI. Il devient ainsi le cavalier personnel du roi, avec sa monture Quickly de Kreisker[4]. En 2013, il remporte le Morocco Royal Tour. Installé à Bois-le-Roi, il est entraîné par Marcel Rozier[4].

Le , il remporte les masters de Stuttgart[4]. Cette victoire imprévue met les organisateurs de la compétition dans l'embarras, car le drapeau marocain apparaît tardivement sur le terrain[4]. En 2014, à l'âge de 52 ans, il est le premier Marocain de l'Histoire à participer aux Jeux équestres mondiaux[4],[3]. En octobre 2014, il remporte pour la 3e fois le Grand Prix du CSI3* de Tétouan, étape du Morocco Royal Tour[3]. En 2015, Abdelkebir Ouaddar et Quickly de Kreisker sont sacrés meilleur couple cavalier-cheval du monde en saut d'obstacles, par le Jumping Owners Club[1]. En 2016, le couple décroche le saut Hermès[5]. Pour les Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro, Abdelkebir Ouaddar est choisi pour porte-drapeau olympique des athlètes marocains[1].

Durant le prix Boehringer-Ingelheim à Equita'Lyon en novembre 2017, il chute du dos de sa monture Saphir du Talus[6]. Après une absence de plusieurs mois, le couple participe au saut Hermès en mars 2018, marquant le retour d'Abdelkebir Ouaddar sur la scène sportive internationale[7],[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le père de Soukaina Ouaddar, également cavalière de haut niveau[9].

Ses chevaux[modifier | modifier le code]

Abdelkebir Ouaddar montant Saphir du Talus à l’International Longines Horse-Show de Lausanne en 2016.

Quickly de Kreisker est le premier cheval de sport de haut niveau qu'a monté Abdelkebir Ouaddar, lequel l'avait repéré sur un concours[4]. Le roi achète cet étalon Selle français au cavalier breton Benjamin Robert à la fin de l'année 2012, et le lui confie[4]. Quickly devient le cheval n°1 mondial de saut d'obstacles au classement de la WBFSH en juillet 2014, place qu'il a perdue, puis regagnée pour la période allant du 1er octobre 2014 au [10].

En mars 2014, le roi fait l’acquisition de l'étalon Selle français Quebec Tame[11].

Un troisième Selle français, Saphir du Talus, est acheté le par Sa Majesté le roi du Maroc Mohammed VI, toujours sur les conseils de Marcel Rozier, afin d'aider Abdelkebir Ouaddar à étoffer son piquet de chevaux de sport de haut niveau, qui ne compte alors que Quickly de Kreisker[12].

Héritage[modifier | modifier le code]

Très médiatique au Maroc (et très aimé en France), Abdelkebir Ouaddar a suscité des vocations équestres parmi les enfants marocains[4],[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Albertelli 2016.
  2. a b c d et e Marouf 2016.
  3. a b c d e et f Simon 2014.
  4. a b c d e f g h i et j Bisson 2014.
  5. « Abdelkebir Ouaddar remporte le Grand Prix du Saut Hermès » (consulté le 6 août 2016).
  6. « Ainsi va la vie du jumping », sur www.lecheval.fr, (consulté le 28 avril 2019).
  7. Ibtissam Ouazzani, « Équitation: Trois Marocains au Saut Hermès 2018 », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 28 avril 2019)
  8. « Abdelkebir Ouaddar de retour sur la scène internationale », sur Equnews fr (consulté le 28 avril 2019).
  9. « Soukaina Ouaddar, la cavalière étoilée qui galope dans les pas de son père », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 26 mai 2019).
  10. (en) « Quickly de Kreisker back on top as the best horse in the world », World of Show Jumping, (consulté le 28 avril 2015).
  11. « Quebec Tame rejoint Abdelkebir Ouaddar », sur Stud For Life (consulté le 10 mai 2019).
  12. Marie de Pellegars-Malhortie, « Une nouvelle recrue pour Abdelkebir Ouaddar », sur GrandPrix-replay.com, (consulté le 28 avril 2019).
  13. Libbrecht 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]