Abdelkebir Ouaddar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abdelkebir Ouaddar
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Taille
1,74 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Masse
67 kgVoir et modifier les données sur Wikidata
Sport
Discipline sportive
Montures

Abdelkebir Ouaddar (né le ) est un cavalier de saut d'obstacles marocain. Arrivé tardivement dans le milieu du sport de haut niveau, il connait une « ascension fulgurante » à partir de 2012, devenant le premier Marocain de l'histoire à participer aux Jeux équestres mondiaux en 2014.

Participant aux épreuves olympiques de saut d'obstacles à Rio, en 2016, il est alors le porte-drapeau olympique de la délégation marocaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Abdelkebir Ouaddar, surnommé Kebir, est natif d'une ville proche de Marrakech, Aït Ourir[1], parmi une famille de cinq enfants[2]. Fils d'un père puisatier[1] et d'une mère prénommée Khadija[2], sa famille, plutôt modeste, est étrangère au monde du sport équestre[3]. Il joue au football de rue dans son village natal lorsqu'il est remarqué par l'une des sœurs du roi Hassan II, la princesse Lalla Fatima Zohra[2]. Elle propose de l'élever, ce que sa mère refuse dans un premier temps, son père estimant au contraire qu'il s'agit d'une « chance inespérée »[2].

Il est élevé par Lalla Fatima Zohra, qui a rencontré sa famille[1], et qui le traite ensuite comme s'il avait été son propre enfant[3]. Alors qu'il avait peur des chevaux à l'origine, il apprend l'équitation vers 12 ans grâce à la famille royale marocaine, en particulier à la princesse Lalla Fatima Zohra, qui lui permet de monter à cheval deux fois par semaine[4],[3]. La princesse Lalla Amina, tante du roi Mohammed VI, l'envoie en stage chez le cavalier brésilien Nelson Pessoa, alors à Chantilly en France, pour apprendre l'équitation de compétition en saut d'obstacles[3]. Il est âgé de 14 ans[4].

Accès au sport de haut niveau[modifier | modifier le code]

Abdelkebir Ouaddar participant aux Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro, avec Quickly de Kreisker.

Abdelkebir Ouaddar remporte six titres nationaux marocains, et participe aux Jeux méditerranéens en 1997, 2005 et 2009[2]. Il accède tardivement au haut niveau, grâce au soutien du roi Mohammed VI. Il devient ainsi le cavalier personnel du roi, avec sa monture Quickly de Kreisker[4]. En 2013, il remporte le Morocco Royal Tour. Installé à Bois-le-Roi, il est entraîné par Marcel Rozier[4].

Le , il remporte les masters de Stuttgart[4]. Cette victoire imprévue met les organisateurs de la compétition dans l'embarras, car le drapeau marocain apparaît tardivement sur le terrain[4]. En 2014, à l'âge de 52 ans, il est le premier Marocain de l'Histoire à participer aux Jeux équestres mondiaux[4],[3]. En , il remporte pour la 3e fois le Grand Prix du CSI3* de Tétouan, étape du Morocco Royal Tour[3]. En 2015, Abdelkebir Ouaddar et Quickly de Kreisker sont sacrés meilleur couple cavalier-cheval du monde en saut d'obstacles, par le Jumping Owners Club[1]. En 2016, le couple décroche le saut Hermès[5]. Pour les Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro, Abdelkebir Ouaddar est choisi pour porte-drapeau olympique des athlètes marocains[1].

Durant le prix Boehringer-Ingelheim à Equita'Lyon en , il chute du dos de sa monture Saphir du Talus[6]. Après une absence de plusieurs mois, le couple participe au saut Hermès en , marquant le retour d'Abdelkebir Ouaddar sur la scène sportive internationale[7],[8].

Il remporte la médaille d'or en saut d'obstacle individuel et par équipes aux Jeux africains de 2019.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le père de Soukaina Ouaddar, également cavalière de haut niveau[9].

Ses chevaux[modifier | modifier le code]

Abdelkebir Ouaddar montant Saphir du Talus à l’International Longines Horse-Show de Lausanne en 2016.

Quickly de Kreisker est le premier cheval de sport de haut niveau qu'a monté Abdelkebir Ouaddar, lequel l'avait repéré sur un concours[4]. Le roi achète cet étalon Selle français au cavalier breton Benjamin Robert à la fin de l'année 2012, et le lui confie[4]. Quickly devient le cheval n°1 mondial de saut d'obstacles au classement de la WBFSH en , place qu'il a perdue, puis regagnée pour la période allant du au [10].

En , le roi fait l’acquisition de l'étalon Selle français Québec Tame[11].

Un troisième Selle français, Saphir du Talus, est acheté le par Sa Majesté le roi du Maroc Mohammed VI, toujours sur les conseils de Marcel Rozier, afin d'aider Abdelkebir Ouaddar à étoffer son piquet de chevaux de sport de haut niveau, qui ne compte alors que Quickly de Kreisker[12].

Héritage[modifier | modifier le code]

Très médiatique au Maroc (et très aimé en France), Abdelkebir Ouaddar a suscité des vocations équestres parmi les enfants marocains[4],[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Albertelli 2016.
  2. a b c d et e Marouf 2016.
  3. a b c d e et f Simon 2014.
  4. a b c d e f g h i et j Bisson 2014.
  5. « Abdelkebir Ouaddar remporte le Grand Prix du Saut Hermès » (consulté le ).
  6. « Ainsi va la vie du jumping », sur www.lecheval.fr, (consulté le ).
  7. Ibtissam Ouazzani, « Équitation: Trois Marocains au Saut Hermès 2018 », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le )
  8. « Abdelkebir Ouaddar de retour sur la scène internationale », sur Equnews fr (consulté le ).
  9. « Soukaina Ouaddar, la cavalière étoilée qui galope dans les pas de son père », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le ).
  10. (en) « Quickly de Kreisker back on top as the best horse in the world », World of Show Jumping, (consulté le ).
  11. « Quebec Tame rejoint Abdelkebir Ouaddar », sur Stud For Life (consulté le ).
  12. Marie de Pellegars-Malhortie, « Une nouvelle recrue pour Abdelkebir Ouaddar », sur GrandPrix-replay.com, (consulté le ).
  13. Libbrecht 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]