Charles de Groux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles de Groux
Auguste Danse - Portrait of Charles de Groux.JPG
Naissance
Décès
Nationalité
français
Activité
Enfant

Charles de Groux, né à Comines (France)[1] le et mort à Saint-Josse-ten-Noode (Bruxelles) le [2], est un peintre, graveur, lithographe et illustrateur français. Comme toute sa carrière a eu lieu en Belgique il est généralement désigné comme un artiste belge. Ses représentations de scènes de la vie des personnes défavorisées et de la classe inférieure de son temps le désignent comme le premier peintre du réalisme social en Belgique[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

L'adieu, vers 1853

Charles de Groux est né à Comines, une commune limitrophe de la Belgique dans le département du Nord (59). Son père Jean Baptiste Joseph de Groux est un fabricant de rubans. Charles est le 7ème des 10 enfants. Sa famille déménage à Bruxelles en novembre 1833. Malgré plusieurs tentatives de devenir un citoyen belge naturalisé, il reste français tout au long de sa vie. Charles de Groux suit une formation à l'Académie des beaux-arts de Bruxelles auprès de François-Joseph Navez de 1838 à 1849[3]. En 1849, il épouse Jeanne Geyssens de Bruxelles. Le couple aurait cinq enfants, dont Henry, qui devient un peintre symboliste éminent[4].

En avril 1851, il part pour Düsseldorf où il reste un an. Vers 1853, de Groux obtient son premier succès avec L'Ivrogne (Musées royaux des beaux-arts de Belgique) (une autre version dénommée L'adieu sur le marché de l'art en 2017). Cet œuvre représentant une femme mourante, son mari ivre et leurs jeunes enfants dans une chambre exiguë et mal éclairée marque une rupture avec le style noble et élégant et les sujets de son maître Navez[3].

Il devient illustrateur pour le périodique Uylenspiegel fondé par Félicien Rops. Rops et lui rencontrent Gustave Courbet à plusieurs reprises lors des expositions de ce dernier en Belgique, Allemagne et aux Pays-Bas. L'influence de Courbet sur les choix esthétiques de Groux est manifeste dès 1853[5].

Il est membre de la Société belge des aquarellistes fondée en 1856[6] et est l’un des membres fondateurs en 1868 de la Société libre des beaux-arts[7].

Œuvre[modifier | modifier le code]

La Bénédicité

Charles de Groux a travaillé dans différents médias, y compris la peinture à l'huile, l'aquarelle, le pastel, la gravure et la lithographie. Il commence comme peintre de l'histoire et des scènes religieuses dans le style romantique alors répandu en Belgique. Il se développe plus tard son propre style réaliste qui montre l'influence de Courbet aussi bien que des peintres de genre du 17ème siècle[3].

Les œuvres sociales réalistes de de Groux contiennent de nombreuses connotations et références religieuses. Ceci est évident dans La Bénédicité dont il a peinte multiples versions. L'œuvre montre une description solennelle d'une famille paysanne disant la grâce avant le souper. La composition est étroitement liée aux représentations chrétiennes de la Cène[8] .

Charles de Groux a marqué de son influence plusieurs jeunes peintres réalistes, parmi lesquels son élève, Constantin Meunier et Eugene Laermans[3]. Vincent van Gogh admirait La Bénédicité de Groux et son Les Mangeurs de pommes de terre s'inspire de cet œuvre de de Groux[8].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plusieurs sites le renseignent né à Comines
  2. « Charles Corneille Auguste de Groux » sur geneanet
  3. a, b, c, d et e Leclercq, Émile, Charles de Groux, Brussels: Imprimerie de Ve Parent et fils, 1871
  4. Charles Corneille Auguste De Groux sur geneanet
  5. « 1853 : L’Ivrogne par Charles de Groux », Connaître la Walllonie.
  6. Edmond Picard, Exposition rétrospective de la Société royale belge des Aquarellistes. Au Cercle Artistique et Littéraire., dans: La Belgique Artistique et Littéraire, Tome Quatrième Juillet ~ Août — Septembre 190, pp. 153-156
  7. Arto: Aperçus historiques}
  8. a et b Jared Baxter Davidson, Van Gogh’s Last Supper: Transforming the guise of observable reality, in: Anistoriton Journal, vol. 14 (2014 ‐ 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]