Charles Yriarte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Yriarte
Yriarte, Charles.jpg

Charles Yriarte, portrait gravé par Henri de Montaut (1864).

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Charles Yriarte, né le à Paris où il est mort le , est un homme de lettres, journaliste et dessinateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille d’origine espagnole, il se découvre très tôt des talents artistiques.

Il obtient un emploi au ministère d'État et devient inspecteur des Asiles nationaux, puis inspecteur de l'Opéra de Paris. Parallèlement, il collabore à divers journaux français et étrangers auxquels il contribue à la fois sous forme d'articles et d'illustrations. En 1859, il se joint à l'état-major du corps d'armée espagnol mené par Leopoldo O'Donnell au Maroc et se fait remarquer pour la série d'articles et de dessins qu'il envoie au Monde illustré. De retour en France, il renonce à ses fonctions administratives pour se consacrer exclusivement à ses occupations littéraires et artistiques.

En 1860, il fait une nouvelle série de reportages en Italie, où il se joint aux troupes de Garibaldi en Sicile et visite l'Ombrie et les Marches. Il devient ensuite rédacteur en chef du Monde illustré, dont il dirige également la partie artistique. Il contribue en outre à un grand nombre d'articles au Figaro, à La Vie parisienne et au Grand Journal, soit sous son nom, soit sous les pseudonymes de « Junior » ou de « marquis de Villemer ». Les portraits qu'il fait paraître sous le nom du marquis de Villemer sont particulièrement appréciés. Il traduit plusieurs ouvrages de l'espagnol et publie des portraits parisiens, des livres de voyage et des biographies d'artistes, dont certaines font l'objet de luxueuses éditions.

Publications notoires[modifier | modifier le code]

  • La Société espagnole, 1861
  • Sous la tente : Souvenirs du Maroc, récits de guerre et de voyage, 1863[1]
  • Les cercles de Paris : 1828-1864, Paris, Dupray de la Mahérie, , 311 p., 1 vol. ; in-8 (lire en ligne).
  • Portraits parisiens, 1865
  • Album du Grand Journal, 300 dessins par Bocourt, Cham, Couverchel, Decamps, Deroy, Durand-Brager, Gustave Doré, Gustave Janet, Lix, Marcellin, de Montaut, Eugène Morin, Riou, Rouargue, Thérond, Thorigny, Charles Yriarte, texte par Charles Yriarte, 1865[2]
  • Les Femmes qui s'en vont : Études de parisiennes, 1867
  • Goya : Sa biographie, les fresques, les toiles, les tapisseries, les eaux-fortes et le catalogue de l'œuvre, 1867[3]
  • Paris grotesque : Les Célébrités de la rue (1815-1863), 1868[4]
  • Nouveaux portraits parisiens, 1869
  • Les Tableaux de la guerre, 1870[5]
  • Les Portraits cosmopolites, 1870[6]
  • Campagne de France (1870-1871) : La Retraite de Mézières effectuée par le 13e corps d'armée aux ordres du général Vinoy, 1871[7]
  • Les Prussiens à Paris et le 18 mars, 1871[8]
  • Les Princes d'Orléans, 1872[9], gravures de Charles-Jules Robert
  • Le Puritain : Scènes de la vie parisienne. Théâtre de salon : La Femme qui s'en va, 1873
  • La Vie d'un patricien de Venise au seizième siècle, d'après les papiers d'État des Frari, 1874
  • Bosnie-et-Herzégovine, souvenirs de voyage pendant l'insurrection, 1876[10]
  • L'Istrie et la Dalmatie, 1874
  • (it) Trieste e l'Istria, Fratelli Treves, Milano, 1875 [11]
  • Les Bords de l'Adriatique et le Monténégro : Venise, l'Istrie, le Quarnero, la Dalmatie, le Monténégro et la rive italienne, 1878[12]
  • Venise : Histoire, art, industrie, la ville, la vie, 1878[13]
  • La Femme qui s'en va, comédie en un acte, théâtre du Vaudeville, 13 juin 1879
  • Florence : L'Histoire, les Médicis, les humanistes, les lettres, les arts, 1881
  • Histoire de Paris : Ses transformations successives, 1882
  • Un Condottiere au XVe siècle : Rimini, études sur les lettres et les arts à la cour des Malátesta, Jules Rothschild, 1882
  • Françoise de Rimini dans la légende et dans l'histoire, avec vignettes et dessins inédits d'Ingres et d'Ary Scheffer, 1883
  • Jean-François Millet, 1885[14]
  • Matteo Civitali : Sa vie et son œuvre, 1886
  • Autour du Concile : Souvenirs et croquis d'un artiste à Rome, 1887[15]
  • Paul Véronèse, 1888
  • César Borgia : Sa vie, sa captivité, sa mort, d'après de nouveaux documents des dépôts des Romagnes, de Simancas et des Navarres, 2 vol., 1889
  • Autour des Borgia : Les monuments, les portraits, Alexandre VI, César, Lucrèce, l'épée de César, l'œuvre d'Hercule de Fideli, les appartements Borgia au Vatican, études d'histoire et d'art, 1891
  • Les Fleurs et les Jardins de Paris, 1893
  • Journal d'un sculpteur florentin au XVe siècle : Livre de souvenirs de Maso di Bartolommeo, dit Masaccio, manuscrits conservés à la bibliothèque de Prato et à la Magliabocchiana de Florence, 1894
  • Mantegna : Sa vie, sa maison, son tombeau, son œuvre dans les musées et les collections, 1901

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, vol. 15, 1870, p. 1431

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]