Charles Louis Joseph Bazoche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles Léon Joseph Bazoche)
Aller à : navigation, rechercher


Charles Louis Joseph Bazoche
Image illustrative de l'article Charles Louis Joseph Bazoche

Naissance 21 octobre 1784
Nancy
Décès 22 juin 1853 (à 68 ans)
Brest
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Arme Pavillon de la Marine du Premier Empire Marine impériale française
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Grade Contre-amiral
Années de service 18011849
Conflits Guerres de l'Empire
Prise d'Alger
Guerre des pâtisseries
Commandement La Marie-Thérèse, La Belle Gabrielle, Le Duquesne, L'Herminie
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Chevalier de l'Ordre de Saint-Ferdinand
Autres fonctions Gouverneur de l'île Bourbon (La Réunion)
Famille Gendre du contre-amiral Julien Marie Cosmao-Kerjulien

Charles Louis[1] Joseph Bazoche est un officier de marine et gouverneur de La Réunion français né le à Nancy et décédé le à Brest.


Une vocation maritime inattendue[modifier | modifier le code]

Ainsi commence sa carrière militaire qui va l'entraîner dans les campagnes napoléoniennes[2].

Les batailles napoléoniennes[modifier | modifier le code]

Croisières et batailles coloniales[modifier | modifier le code]

La frégate La Marie-Thérèse sous le commandement du Capitaine de frégate Bazoche, au mouillage à Montevideo vers 1825 - Extrait du carnet de croquis de Charles Bazoche

L'expédition du Mexique[3][modifier | modifier le code]

Navires français lors du blocus de 1837 - 1838

[4]

Gouverneur de l'île Bourbon (île de la Réunion)[modifier | modifier le code]

Le contre-amiral Bazoche, gouverneur de l'île Bourbon
Article détaillé : Gouverneur de La Réunion.

Derniers affrontements contre l'Angleterre et retour en France[modifier | modifier le code]

En 1843, Adam Mieroslawski, un marin d'origine polonaise qui avait usurpé la nationalité française de son frère, redécouvre les îles de Saint-Paul et d'Amsterdam. Il propose alors à Bazoche la prise de possession de ces îles désertes. En absence de navire de guerre en rade, Bazoche fait appel au trois-mâts L'Olympe, commandé par Martin Dupeyart. Le capitaine Dupeyart et son bateau vont ramener Adam Mieroslawski sur ces îles. Le capitaine Mieroslawski est mandaté par le gouverneur de Bourbon, par l'arrêté du 8 juin 1843, pour assumer le commandement de ces îles aussitôt la prise de possession au nom de la France.

Entre temps, le Royaume-Uni conteste cette prise de possession. Pour éviter un problème diplomatique et devant l'intérêt limité de ces îles, la France envoie une dépêche à l'amiral Bazoche demandant le rappel de la garnison. Malgré les ordres, Mieroslawski persiste (il menacera même de hisser le drapeau polonais !). Il commence à négocier avec Bazoche, son ami Adolphe Camin et d'autres interlocuteurs réunionnais pour une exploitation des îles. Ils fondent alors une société par actions en 1845 pour l'exploitation des deux îles avec création d'établissement sur place. Mais l'entreprise est arrêtée en 1853, avec la mort de son fondateur et le renoncement officiel de sa souveraineté sur l'île par la France.

La tombe Cosmao-Bazoche au cimetière St Martin à Brest

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tous les documents officiels d'état civil (dont actes de naissance), tous les états de services militaires de Bazoche (voir références ci-dessous) portent les prénoms « Charles Louis Joseph ». Cependant, certains documents indiquent comme prénoms « Charles Léon Joseph ». Nous conserverons donc les prénoms confirmés par les documents officiels : « Charles Louis Joseph » .
  2. Pour tous les renseignements sur la carrière de Charles Louis Joseph Bazoche, voir son état signalétique et des services, Service Historique de la Défense (côte CC7 Alpha Carton 135 dossier 0).
  3. Edmond Jurien de la Gravière : L'amiral Baudin - Editions Plon 1888 - p. 107 à 117
  4. « Le Conseil de Guerre maritime, nommé par ordonnance du 16 mars dernier, s'est assemblé le 13 (avril 1839), à bord de l'Amiral, dans le port de Brest, pour juger la conduite du capitaine de vaisseau Bazoche, relativement à la perte de la frégate l'Herminie, qu'il commandait. Le contre-amiral Arnous Dessaulsays, rapporteur, ayant établi que M. Bazoche avait constamment agi avec une entière connaissance de son état et de ses devoirs, a rappelé que ce commandant, faisant le blocus du Mexique, fut réduit, lors de l'invasion de la fièvre jaune à bord, à recueillir l'eau de pluie sur des tentes, et que pendant que tous ses officiers étaient en proie à la maladie, il maintint une telle discipline, que sur 37 bâtiments qui tentèrent de sortir des ports du Mexique, 36 furent arrêtés. Le président du Conseil, le contre-amiral Le Coupé, après qu'on eut entendu le défenseur, a prononcé un jugement déclarant le capitaine Bazoche acquitté honorablement. » (Publié dans L’Ami de la Religion - Journal ecclésiastique, politique et littéraire, 101e tome, Paris, librairie ecclésiastique d'AD Le Clere et Cie, imprimeurs - libraires, p. 157, 22 avril 1839.)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notice nécrologique de Charles Louis Joseph Bazoche : extrait du nécrologe universel du XIXe siècle (E. de Saint Maurice Cabany, directeur rédacteur en chef), 1853.
  • E Duvernoy, Un Nancéien oublié le contre-amiral Bazoche, p.344-346, Le Pays Lorrain, 1919
  • Raoul Lucas et Mario Serviable : Commandants et Gouverneurs de l'île de la Réunion - Océan Éditions 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]