Charles Démia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait anonyme de Charles Démia, en Frontispice de son Trésor clérical, deuxième édition, 1694.

Charles Demia, né à Bourg-en-Bresse le 3 octobre 1637[1] et décédé en 1689, était un ecclésiastique français, fondateur d'écoles primaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un pharmacien, puis intendant et secrétaire du Marquis de Thiange, lieutenant Général de Bresse, Charles Demia fut orphelin de père et de mère dès 1645. Il est alors élevé par l'une de ses tantes. Ayant commencé ses études au collège de Bourg-en-Bresse, il les poursuit au collège Jésuite de la Trinité, à Lyon. Il reçoit les ordres mineurs le 31 mars 1654, puis poursuit ses études jusqu'au doctorat en droit civil et ecclésiastique. Il entre dans une congrégation mariale, et de là, dans la Compagnie du Saint-Sacrement, où il sera très actif. Après quelques hésitations et une retraite spirituelle en septembre 1659, il se décide à gagner Paris pour devenir prêtre. Il étude brièvement au séminaire lazariste des Bons-Enfants, puis à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, avant d'entrer en 1660 à Saint-Sulpice. Après l'interdiction, le 14 décembre 1660, par le parlement de Paris, de la Compagnie du saint-Sacrement, Démia en demeure l'un des membres les plus actifs dans la région de Lyon[1].

Ordonné prêtre le 14 mai 1663, Démia fréquente Nicolas Roland, qui fait partie comme lui de la société des Bons amis. Puis en 1664, il retourne à Bourg-en-Bresse, puis s'installe à Lyon. Présenté par son ami Damien Hurtevent à l'archevêque de Lyon, Camille de Neufville de Villeroy, il devient visiteur extraordinaire du diocèse. Les visites qu'il opère dans les paroisses lui font constater la faiblesse des connaissances religieuses des fidèles[2]. Il rédige alors en 1666 ses Remontrances, qui le font connaître et dans lesquelles il préconise la mise en place d'écoles primaires pour les enfants pauvres[3]. L'ouvrage sera réédité en 1668, touchant un plus large lectorat ; Nicolas Roland, alors chanoine théologal de Reims, s'en inspire pour doter le diocèse d'écoles chrétiennes[2].

Démia parvient effectivement à ouvrir cinq écoles de garçons et, le 27 mai 1672, le séminaire Saint-Charles, premier séminaire de formation des maitres en France. La même année, l'archevêque le nomme promoteur de la direction générale des petites écoles du diocèse. Il crée alors un bureau des écoles, composée d'une quinzaine de prêtres et de laïcs, puis publie des Règlements pour les écoles de la ville et diocèse de Lyon (1674), qui prévoient également la question des maitresses d'écoles. Il collabore en effet avec Jean Villemot, membre de l'Aa, et Chenevière, sacristain de Saint-Nizier de Lyon, qui créent une école pour les filles dans cette paroisse[2].

Charles Démia.

Avec le soutien de lettres patentes du roi, répétées en mai 1680 et mars 1681, le système scolaire promu par Démia s'étend : ses disciples ouvrent des écoles gratuites à Saint-Étienne, Villefranche, Saint-Chamond, tandis que les évêques de Chalon-sur-Saône, Grenoble, Agde, Embrun, Autun, envoient des ecclésiastiques au séminaire Saint-Charles[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anonyme, Vie de M. Démia instituteur des Sœurs de S.Charles, suivie de l'esprit de cet institut et d'une histoire abrégée de son premier patron S.Charles-Borromée, Librairie M.P. Rusand, Lyon, 1829.
  • Gabriel Compayré, Charles Démia et les origines de l'Enseignement primaire à Lyon, Lib. Paul Delaplane, Paris, 1905.
  • F. Lavallée, La Spiritualité des Sœurs de Saint-Charles d'après leur Fondateur Charles Démia, Maison Mère des Sœurs de Saint-Charles, Lyon, 1947.
  • J. Palméro, Histoire des institutions et des doctrines pédagogiques par les textes, Société Universitaire d'Editions et de Librairie, 1958.
  • Gilbert Roger, Charles Demia 1637-1689 - Fondateur lyonnais des Petites Ecoles des Pauvres, Editions E. Robert, Lyon, 1989.
  • Yves Poutet, Charles Démia (1637-1689). Charles Demia en son temps. Documents fondamentaux. Journal de 1685-1689, Cahiers Lassaliens, Rome, Maison Saint-Jean-Baptiste de La Salle, no 56, 1994.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Yves Poutet, Charles Démia (1637-1689). Charles Demia en son temps. Documents fondamentaux. Journal de 1685-1689, Cahiers lasalliens, Rome, Maison Saint-Jean-Baptiste de La Salle, n° 56, 1994, chap. II, pp. 29-34
  2. a, b, c et d Yves Poutet, Charles Démia.., chap. III, pp. 35-41
  3. Remontrances faites à Messieurs les Prévôts des Marchands, Echevins et principaux habitants de la ville de Lyon touchant la nécessité et utilité des écoles chrétiennes pour l'instruction des enfants pauvres.