Charles Biétry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Biétry
Charles Biétry 20140522.png

Le 22 mai 2014

Naissance
Nationalité
Activité

Charles Pierre Biétry, né le à Rennes, est un journaliste sportif français. Ancien directeur des sports de la chaine de télévision Canal+, il est directeur délégué de la chaîne télévisée beIN Sport de à [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Biétry fait des études de lettres puis est diplômé du Centre de formation des journalistes à Paris (promotion 1966)[2].

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

De 1966 à 1984, il est reporter puis grand reporter pour l'AFP. Durant la prise d'otages des Jeux olympiques de Munich lors des Jeux olympiques d'été de 1972, il couvre les jeux pour l'AFP. Il fut un témoin direct de la tragédie survenue à la base aérienne de Fürstenfeldbruck qui a vu la mort de membres de la délégation olympique israélienne par des preneurs d'otages palestiniens. Il annonce en exclusivité la mort et non le « sauvetage » officiellement annoncé par les autorités allemandes[2].

En 1980, il prend la direction des sports à l'AFP[2].

De 1984 à 1998, il est le directeur des sports de Canal+[3]. Pendant cette période, le service des sports de Canal + passe de 4 journalistes à 70[2]. Parallèlement, il commente des matches de football avec Michel Denisot puis Thierry Gilardi.

En 1999, Charles Bietry présente l'émission Tête de liste, chaque samedi à 14h, où il reçoit des politiciens avant les élections européennes. Ensuite, il rejoint le service des sports de TF1.

De 2000 à 2001, il est directeur des sports à France Télévision[4] et conseiller à la présidence du groupe.

En 2004, la publication Les Cahiers du football décerna à Charles Biétry, via le vote de ses lecteurs, le « micro de plomb 2004 », une distinction récompensant le pire commentateur sportif de l'année. En effet, Biétry s'était distingué (notamment lors de l'Euro 2004) par ses désormais célèbres commentaires extravagants[5],[6].

Depuis 2006, il est producteur et consultant d'Onzeo, une chaîne de télévision par satellite commune de l'AS Saint-Étienne et du RC Lens[7].

Jusqu'à la mi-2011, il est directeur éditorial pour L'Équipe TV[8].

Du le 1er juin 2012 à novembre 2014, il est le directeur de la chaîne de sports beIN Sport[9],[1].

Charles Biétry a participé aux commentaires du DVD Kick Boxing Anthology, regroupant les meilleurs matchs de sports de combats diffusés sur la chaine Canal+.

Carrière dans le sport[modifier | modifier le code]

En 1992, Charles Biétry est le gardien de but de l'équipe de foot des vétérans de l'USVA (Union sportive Ville d'Avray).

De 1992 à 1998, il est le président du PSG omnisports. Il est aussi le président Paris Saint-Germain de [2] à .

Depuis1997, il est le président d'honneur de Bretagne Football Association (BFA).

De à , il est vice-président de l'US Créteil.

Il siège au conseil d'administration du FC Lorient durant les saisons 2004-2005 et 2005-2006.

De 2007 à 2013, il est recruteur du Stade rennais.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Charles Biétry : « La télé, c'est terminé » », sur L'équipe,‎
  2. a, b, c, d et e « Le scoop de Charles Biétry aux J.O. de Munich », sur Le Nouvel Obs,‎
  3. Christian Losson, « Charles Biétry, 55 ans, chef des sports sur Canal +, reprend d'une main de fer les rênes d'un PSG exsangue. Il touche au but. », sur Libération,‎
  4. Raphaël Garrigos, « Télévision. Il quitte la direction des sports de France Télévision pour monter un portail sur le Net. Patrick Chêne change de terrain. », sur Libération,‎
  5. « Commentotron, le micro de plomb », sur Cahiers du football,‎
  6. Le commentaire qui le « consacra » pour cette récompense satirique (avec 21 % des voix) fut le suivant : « Alors attention, là, coup franc pour la Suisse. Alors regardez bien Alexander Frei. Tous les joueurs de Rennes m'ont dit qu'ils n'ont jamais vu quelqu'un qui les frappait aussi bien à l'entraînement que Frei. Et d'ailleurs en championnat ... il n'en a jamais marqué un, donc c'est peut-être pour maintenant... [voix un peu plus basse]... Ah ben non, c'est pas lui qui tire »
  7. Raphaël Doménach, « Onzéo, une chaîne pour deux »,‎
  8. « Biétry : «Je démissionne de L'Equipe TV» », sur Le Figaro,‎
  9. Charles Biétry va diriger la future chaîne française d'Al-Jazira, Le Monde.fr, 23 juin 2011
  10. « Plateau invité Charles Biétry », sur INA,‎