Charles Biétry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Biétry
Charles Bietry, directeur délégué de BeIn Sports
Le 22 mai 2014
Fonctions
Directeur délégué (d)
BeIN Sports
-
Directeur des sports (en)
France Télévisions
-
Frédéric Chevit (d)
Président
Paris Saint-Germain F.C.
-
Président-directeur général
Eurosport France
-
-
Directeur des sports (en)
Groupe Canal+
-
-
Directeur des sports (en)
Agence France-Presse
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (77 ans)
RennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Journaliste, dirigeant de télévisionVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Sport
Distinction

Charles Pierre Bietry, né le à Rennes, est un journaliste sportif français. Ancien directeur des sports de Canal+ de 1984 à 1998, il est directeur délégué de la chaîne beIN Sport de à [1]. Il est actuellement consultant au LOSC auprès du président Gérard Lopez et est chargé de missions spécifiques relatives au développement de l’image et de l’activité commerciale du club.  

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Bietry fait des études de lettres puis est diplômé du Centre de formation des journalistes à Paris (promotion 1966)[2].

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

De 1966 à 1984, il est reporter puis grand reporter pour l'AFP. Durant la prise d'otages des Jeux olympiques de Munich lors des Jeux olympiques d'été de 1972, il couvre les jeux pour l'AFP. Il fut un témoin direct de la tragédie survenue à la base aérienne de Fürstenfeldbruck qui a vu la mort de membres de la délégation olympique israélienne par des preneurs d'otages palestiniens. Il annonce en exclusivité la mort et non le « sauvetage » officiellement annoncé par les autorités allemandes[2].

En 1980, il prend la direction des sports à l'AFP[2].

De 1984 à 1998, il est le directeur des sports de Canal+[3]. Pendant cette période, le service des sports de Canal + passe de 4 journalistes à 70[2]. Parallèlement, il commente des matches de football avec Michel Denisot puis Thierry Gilardi.

Au printemps 1997, il anime l’émission Qu’en pensez-vous ?, élaborée « en catastrophe » pour les élections législatives anticipées[4].

En 1999, Charles Bietry présente l'émission Tête de liste, chaque samedi à 14h, où il reçoit des politiciens avant les élections européennes. Ensuite, il rejoint le service des sports de TF1.

De 2000 à 2001, il est directeur des sports à France Télévision[5] et conseiller à la présidence du groupe.

Depuis 2006, il est producteur et consultant d'Onzeo, une chaîne de télévision par satellite commune de l'AS Saint-Étienne et du RC Lens[6].

En 2010, il reçoit le Prix de la carrière décerné par l'association des écrivains sportifs[7]. Le Prix de la carrière récompense une femme ou un homme qui, tout au long de sa carrière, par ses écrits ou par ses travaux, a apporté une contribution importante au sport, à sa diffusion et son retentissement[8].

Jusqu'à la mi-2011, il est directeur éditorial pour L'Équipe TV[9].

Du 1er juin 2012 à novembre 2014, il est le directeur de la chaîne de sports beIN Sport[10],[1].

Charles Bietry a participé aux commentaires du DVD Kick Boxing Anthology[11], regroupant les meilleurs matchs de sports de combats diffusés sur la chaine Canal+.

Le 28 novembre 2020, il présente le combat Mike Tyson vs Roy Jones Jr qui se déroule au Staples Center de Los Angeles pour la chaîne Action.

Carrière dans le sport[modifier | modifier le code]

En 1992, Charles Bietry est le gardien de but de l'équipe de foot de l'equipe première de l'USVA (Union sportive Ville d'Avray).

De 1992 à 1998, il est le président du PSG omnisports[12]. Il est aussi le président du Paris Saint-Germain de [2] à .

Depuis 1997, il est le président d'honneur de Bretagne Football Association (BFA).

Il siège au conseil d'administration du FC Lorient[13] durant les saisons 2004-2005 et 2005-2006.

De 2007 à 2013, il est recruteur du Stade rennais[14].

En juin 2017 il intègre l'organigramme du Lille OSC aux côtés de Gérard Lopez et Marc Ingla[15].

Divers[modifier | modifier le code]

Il est conseiller municipal de Carnac, commune du Morbihan, depuis 2014.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Charles Bietry : « La télé, c'est terminé » », sur L'équipe,
  2. a b c d et e « Le scoop de Charles Bietry aux J.O. de Munich », sur Le Nouvel Obs,
  3. Christian Losson, « Charles Bietry, 55 ans, chef des sports sur Canal +, reprend d'une main de fer les rênes d'un PSG exsangue. Il touche au but. », sur Libération.fr,
  4. « La rentrée est presque jouée. Les chaînes peaufinent leurs grilles. Revue de détail. », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2018)
  5. Raphaël Garrigos, « Télévision. Il quitte la direction des sports de France Télévision pour monter un portail sur le Net. Patrick Chêne change de terrain. », sur Libération.fr,
  6. Raphaël Doménach, « Onzéo, une chaîne pour deux »,
  7. « Prix de la carrière | Association des écrivains sportifs », sur ecrivains-sportifs.fr (consulté le 5 décembre 2017)
  8. « Prix de la carrière », sur ecrivains-sportifs.fr, Association des écrivains sportifs (consulté le 5 mai 2017)
  9. « Bietry : «Je démissionne de L'Equipe TV» », sur Le Figaro,
  10. Charles Bietry va diriger la future chaîne française d'Al-Jazira, Le Monde.fr, 23 juin 2011
  11. « Charles Bietry - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 5 décembre 2017)
  12. « Tiens, revoilà Charles Bietry », leparisien.fr,‎ 2013-05-03cest07:00:00+02:00 (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2017)
  13. « Charles Bietry retour programmé », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2017)
  14. « Charles Bietry recruteur « bénévole » pour le Stade rennais », Stade Rennais Online,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2017)
  15. « Charles Bietry «rentre à Lille» et rejoint l'équipe dirigeante du Losc », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2017)
  16. Décret du 29 mars 1993 portant promotion et nomination

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]