Alain Cayzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un dirigeant de football image illustrant un homme d'affaires image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un dirigeant de football et un homme d'affaires français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Alain Cayzac
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
ÉvreuxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Alain Cayzac, né le 2 juin 1941 à Évreux, est un publicitaire français. Il a été président du Paris Saint-Germain Football Club de juin 2006 au 21 avril 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé d'HEC, Alain Cayzac commence sa carrière de publicitaire en 1969 puis cofonde en 1972 l'agence RSCG avec Bernard Roux (R), Jacques Séguéla (S) et Jean-Michel Goudard (G). Il en devient le président en 1984. Après la fusion avec Eurocom en 1991, il garde la présidence. Il devient ensuite vice-président d'Havas en 1997 qu'il quitte en décembre 2005, après la prise de contrôle du groupe par Vincent Bolloré, qu'il avait critiqué[1].

Membre du comité directeur du Paris Saint-Germain depuis 1986, il en devient l'un des actionnaires minoritaires (2 %) de 1991 à 2005 puis le président en juin 2006. Il participe à ce que davantage de personnalités publiques figurent parmi les supporters pendant les matchs[1].

Le 21 avril 2008, après une réunion avec Sébastien Bazin et Walter Butler, qui lui impose un directeur sportif Michel Moulin suite aux contre-performances du club de foot qui l'ont mené aux portes de la relégation, Alain Cayzac démissionne de son poste de président du Paris–Saint-Germain, et est remplacé par Simon Tahar.

Après sa démission, Alain Cayzac avoua dans les médias avoir pensé à plusieurs personnes pour la survie du club, telles que José Mourinho ou Gérard Houllier.

Le 8 avril 2009, il est fait chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur par le président de la République, Nicolas Sarkozy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Baptiste Roques, « Euro RSCG, quatre garçons dans le temps », Vanity Fair n°5, novembre 2013, pages 176-185.

Liens externes[modifier | modifier le code]