Château du Haut-Barr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château du Haut-Barr
Château du Hohbarr
Image illustrative de l’article Château du Haut-Barr
Vue des ruines du château.
Nom local Hohbarr
Période ou style Médiéval
Type Château-fort
Début construction XIe siècle
Fin construction XIVe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1874, ruines du château, chapelle)
Coordonnées 48° 43′ 30″ nord, 7° 20′ 19″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Basse-Alsace
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Commune Saverne
Géolocalisation sur la carte : Alsace
(Voir situation sur carte : Alsace)
Château du Haut-Barr Château du Hohbarr
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château du Haut-Barr Château du Hohbarr

Le château du Haut-Barr (en allemand Hohbarr) est un château médiéval en ruines situé sur la commune française de Saverne, dans le département du Bas-Rhin.

Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis [2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d’origine, tel que mentionné en 1112, est Borre, ou sa variante orthographique Borra, qui se retrouve dans un document de 1168. Ce nom a probablement pour origine le mot bor, ou bar, signifiant « sommet » ou « hauteur », provenant peut-être de la langue celtique plutôt que germanique. À partir du XVIe siècle, sous l’influence de la normalisation de l’allemand, le nom Borr devient peu à peu Bar, parfois aussi orthographié Barr, bien que la forme d’origine apparaisse encore dans les documents jusqu’au XVIIe siècle. L’évêque Charles de Lorraine est le premier à utiliser à la fin du XVIe siècle la forme Hohenbarr, peut-être pour distinguer le château des localités du même nom se trouvant sur ses terres. Ce terme devient par la suite Hohbarr en allemand et traduit Haut-Barr en français[3].

De nombreuses variantes orthographiques de ces noms ont été utilisées, notamment à la fin de l’époque moderne, pendant laquelle le nom est parfois écrit Bach, Haubar, Haut Baar, Aubart, etc.[3]

Situation[modifier | modifier le code]

Le château du Haut-Barr se trouve à 2,5 km sud de la ville de Saverne, à cheval sur les bans de cette ville et du village de Haegen, sur un étroit éperon s’étendant vers le nord à partir de la montagne du Brotschberg, entre la plaine d’Alsace à l’est et la Zorn à l’ouest. Sur le même éperon se situent également, au sud du Haut-Barr, les château du Petit Geroldseck et du Grand Geroldseck, tandis que sur le sommet opposé, de l’autre côté de la Zorn, se trouve celui du Greifenstein. Cette densité castrale s’explique par l’importance stratégique de la position, qui permet de contrôler le passage à travers les Vosges entre la Lorraine et l’Alsace par la vallée de la Zorn ou le col de Saverne. Cet emplacement, qui offre une vue dégagée dans toutes les directions, a valu dès le Moyen Âge au Haut-Barr le surnom de Oculus Alsatie, « l’œil de l’Alsace »[3].

Le château en lui-même se trouve à 450 m d’altitude, sur une barre de grès, orientée nord-ouest, de 250 m de long et environ 15 m de haut, de laquelle émergent trois grands rochers de plus de vingt mètres de haut. Parmi ceux-ci, celui situé au centre est le plus grand, avec 80 m de long, bien que sa surface utile soit réduite du fait d’un rétrécissement en son centre. Il est relié au sud par un pont au plus petit rocher, dit Markfels, qui mesure 25 m de long pour une dizaine de mètres de large. Enfin, au nord et à 55 m du bloc médian dont il est séparé, se trouve un troisième rocher de 65 m de long pour 8 m de large[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Édifié en 1170, il est transformé et restauré au XIVe siècle. La première partie du château est construite au début du XIIe siècle, en grès, à 458 mètres d'altitude.

Il est érigé pour surveiller la vallée de la Zorn et la plaine d'Alsace par les évêques de Strasbourg. C'est ainsi qu'il est surnommé « l'œil de l'Alsace » par les Strasbourgeois.

Le prince-électeur de Westphalie ordonne la destruction de plusieurs châteaux dont il fait partie, mais durant la guerre de succession d'Espagne, les soldats décident de réintégrer la forteresse.

Le château est abandonné vers 1770, mais il continue à être occupé jusqu'à la Révolution française.

Architecture[modifier | modifier le code]

Matériaux[modifier | modifier le code]

Le rocher sur lequel est bâti le château est constitué de grès, qui s’est formé par le dépôt successifs de sédiments. Ces derniers ayant été de composition différente en fonction de leur époque de dépôt, ils ont plus ou moins bien résisté à l’érosion, donnant naissance à ces buttes rocheuses caractéristiques des Vosges du Nord. Ainsi, au Haut-Barr, les couches inférieures sont formées d’un grès à grains fins, tandis que les couches supérieures sont un poudingue comprenant une grande quantité de galets de quartz blanc, dit « poudingue savernien ». Le second résistant mieux à l’érosion, ses couches tendent à former des encorbellements, tandis que celles constituées du premier s’usent plus rapidement, générant des retraits[3].

La pierre destinée à la construction a été prélevée directement sur place. Toutefois, le poudingue étant un matériau de construction assez médiocre, les bâtisseurs ont privilégié l’emploi du grès vosgien, une pierre ayant l’avantage d’être facile à tailler. La qualité de la taille est très variable selon les époques : les constructions de l’époque romane sont dans un grand appareil très soigné, tandis qu’à l’époque gothique il est fait usage d’un moyen appareil bien moins qualitatif ; le grand appareil se retrouve pendant quelque temps à la Renaissance, mais à partir du XVIIIe siècle les pierres employées des plus médiocres, étant de petites dimensions et à la taille irrégulière, bien qu’il y ait quelques blocs de qualité provenant de réemplois[3].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La confrérie du Haut-Barr[modifier | modifier le code]

Le 17 mai 1586, l'évêque de Strasbourg Jean de Manderscheid fonde au château du Haut-Barr une confrérie de buveurs qu'il nomme la Confrérie de la Corne voulant faire du château « le capitole des francs-buveurs de son évêché »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. « Château du Hohbarr », notice no PA00084952, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a b c d e et f Zumstein et Heitz 1979, p. 5.
  4. Charles Gérard, L'ancienne Alsace à table, Paris, Berger-Levrault et Cie, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Haut-Barr
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4 et 2-86535-070-3)
    Saverne, Barr (Haut) ou Hohbarr, p. 1121
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, , 662 p. (ISBN 2-7165-0250-1)
    Saverne : Ruines du château Haut-Barr avec chapelle, pp. 403-404
  • Hans Zumstein et Henri Heitz, « Le Haut-Barr, présentation générale », Pays d’Alsace, no 107,‎ , p. 5 (ISSN 0245-8411, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]