Château de Pennesuyt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Pennesuyt
Image illustrative de l’article Château de Pennesuyt
Période ou style Médiéval
Type Maison forte
Début construction XIVe siècle
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Personne privée
Destination actuelle Fermé au public
Protection  Inscrit MH (1987, partiellement)[1]
Coordonnées 46° 12′ 07″ nord, 5° 15′ 16″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bresse
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Commune Bourg-en-Bresse

Géolocalisation sur la carte : Bourg-en-Bresse

(Voir situation sur carte : Bourg-en-Bresse)
Château de Pennesuyt

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Château de Pennesuyt

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pennesuyt

Le château de Pennesuyt ou château de Loëze est une ancienne maison forte du XIVe siècle reconstruite au XVIe siècle, centre de la seigneurie de « Painessuyt », qui se dresse sur la commune de Bourg-en-Bresse dans le département de l'Ain et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le château fait l’objet d’une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du [1].

Situation[modifier | modifier le code]

Le château est situé dans le département français de l'Ain sur la commune de Bourg-en-Bresse.

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie avec maison forte est en 1378[3] la possession de Jean de Sancia, dont les descendants la conserveront jusqu'au 14 décembre 1448[3], époque où Jeanne de Sancia la porta en mariage à Jean de Lyobard.

Claude de Lyobard en rend hommage au roi François Ier, le 3 avril 1536[3]. René de Lyobard, écuyer, la vend à Étienne de Rives. Après son décès elle fut acquise par N. Faure, puis par Pierre d'Escodeca, baron de Pardaillan, gouverneur de Bourg. Ce dernier fait reconstruire la maison forte de « Painessuyt » et cède sa seigneurie, vers 1611[3], à Guillaume Fouquet, marquis de Varenne, qui l’aliène à Pierre Granet, président au présidial de Bourg, lequel la laisse à Anne de Granet, sa fille, femme de Melchior de la Poype, seigneur de Saint-Julien. Le fils de Melchior de la Poype, Louis de la Poype de Granet, baron de la Cueille, président et garde des sceaux du présidial de Bourg, puis président à mortier au parlement du Dauphiné, la cède, le 13 février 1657[3], à Samuel Guichenon. Antoinette, fille de Samuel Guichenon et de Claudine Polliat, la porte en mariage, le 29 avril 1679[3], à Jean-Joseph de Jacob, écuyer, seigneur de la Cottière, dont la famille en jouissait au milieu du XVIIIe siècle. En 1789, elle est la propriété de Joseph-Ignace-Favier de Loëze, chevalier.

Description[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]