Centre chorégraphique national

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CCN.

Les Centres chorégraphiques nationaux (CCN) sont des institutions culturelles françaises créées au début des années 1980 à l'initiative du Ministère de la Culture et de son ministre de l'époque Jack Lang[1]. Les CCN ont été essentiels à l'expansion du mouvement de la Nouvelle danse française dans les années 1980[2].

Création[modifier | modifier le code]

En 1984, souhaitant favoriser la décentralisation et atténuer les écarts entre les différentes pratiques artistiques dans le domaine de la danse et de la musique, Jack Lang annonce dix nouvelles mesures visant notamment à favoriser l'essor de la danse, classique comme contemporaine, dans toute la France[3]. Parmi ces mesures figure la création de Centres chorégraphiques nationaux, structures culturelles dédiées à la danse et qui devront être dirigées par des artistes chorégraphiques assimilés à des courants artistiques variés[4], des ballets de répertoire aux compagnies contemporaines. Onze compagnies présentes en région et le CNDC d'Angers vont dès lors être choisis pour former les premiers CCN[5].

Depuis 1984, neuf autres CCN ont été créés, les derniers à avoir vu le jour étant ceux de Biarritz et de Rillieux-la-Pape, en 1998[4]. Il n'en reste aujourd'hui plus que 19, répartis dans 15 régions françaises[6] et gérés par les Directions régionales des Affaires culturelles.

Missions[modifier | modifier le code]

Véritables centres ressources pour la danse, les CCN partagent les mêmes missions, qui leur sont confiées par l'État et les collectivités territoriales[7]:

  • La création d'œuvres chorégraphiques par les compagnies ou ballets dirigeants ;
  • La diffusion de ces œuvres, au niveau local, régional, national et international ;
  • La sensibilisation des publics à l'art de la danse ;
  • La formation ;
  • L’accueil de compagnies : depuis 1998, afin de faire partager leurs outils et moyens, les CCN sont chargés d'accueillir des compagnies dans leurs studios, de soutenir leurs projets de production et de diffusion[8].

Chaque CCN doit assurer au moins trois des quatre missions de création, diffusion, accueil et formation. Cependant, les actions de chacun de ces centres doivent s'intégrer dans les activités culturelles de leurs régions et l'identité de chaque CCN dépend directement de la personnalité et des projets artistiques des directeurs[7].

L'association des Centres chorégraphiques nationaux[modifier | modifier le code]

Dix-neuf CCN sont aujourd’hui réunis au sein de l’Association des Centres chorégraphiques nationaux (ACCN), fondée en 1995 par les directeurs de ces centres et actuellement présidée par la chorégraphe Emmanuelle Vo-Dinh. Cette association vise à favoriser les échanges entre les CCN, et à mener une réflexion autour de leurs missions, de la création, de l'économie ou encore des publics de la danse aujourd'hui[9].

En 2004, l'ACCN s'est donné trois grands axes de réflexion : faire un état des lieux de la diversité des CCN et amener la réflexion sur les difficultés que cela pose quant à l'écriture de leur histoire et leur évolution ; étudier les moyens avec lesquels élargir les publics de la danse ; questionner la place des CCN dans l’économie actuelle de la danse, en termes de production, de diffusion, et d’emplois artistiques[10].

Les 19 Centres chorégraphiques nationaux[modifier | modifier le code]

Commune Centre Direction Site internet
Aix-en-Provence Centre chorégraphe national d'Aix-en-Provence, Ballet Preljocaj Angelin Preljocaj [1]
Angers Centre national de danse contemporaine Robert Swinston [2]
Belfort Centre chorégraphique national de Franche-Comté Héla Fattoumi & Eric Lamoureux [3]
Biarritz Centre chorégraphique national Ballet Biarritz Thierry Malandain [4]
Caen Centre chorégraphique national de Caen en Normandie Alban Richard [5]
Créteil Centre chorégraphique national de Créteil Val-de-Marne Mourad Merzouki [6]
Grenoble Centre chorégraphique national de Grenoble Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois [7]
La Rochelle Centre chorégraphique national de La Rochelle/Poitou-Charentes Kader Attou [8]
Le Havre Centre chorégraphique national du Havre Haute-Normandie Emmanuelle Vo-Dinh [9]
Marseille Ballet national de Marseille Emio Greco et Pieter C. Scholten [10]
Montpellier Centre chorégraphique national de Montpellier Languedoc-Roussillon Christian Rizzo [11]
Mulhouse Ballet de l'Opéra national du Rhin Ivan Cavallari [12]
Nancy Centre chorégraphique national Ballet de Lorraine Petter Jacobsson [13]
Nantes Centre chorégraphique national de Nantes Ambra Senatore [14]
Orléans Centre chorégraphique national d'Orléans Josef Nadj [15]
Rennes Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne Boris Charmatz [16]
Rillieux-la-Pape Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape Yuval Pick [17]
Roubaix Centre chorégraphique national Roubaix - Nord-Pas-de-Calais Olivier Dubois [18]
Tours Centre chorégraphique national de Tours Thomas Lebrun [19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le CCN dans Libération du 11 février 1995
  2. La Nouvelle Danse française - présentation du livre de Muriel Guigou, Marie Buscatto, Revue française de sociologie, vol.47, no 1 (Jan. - Mar., 2006), pp. 195-198
  3. L'Art en présence. Les centres chorégraphiques nationaux, lieux ressources pour la danse, ouvrage collectif sous la direction de Dominique Orvoine, éditions ACCN, 2006, p.12
  4. a et b 50 ans de danse : Site officiel du cinquentenaire du Ministère de la culture
  5. Dominique Orvoine, ibid, p.10
  6. Dominique Orvoine, ibid, p.11
  7. a et b Dominique Orvoine, ibid, p.13
  8. Site officiel de l'Opéra national du Rhin
  9. [PDF] Communiqué de presse de l'ACCN du 7 mars 2008
  10. Dominique Orvoine, ibid, p.6-7