Cathédrale de Cagli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale de Cagli
Image illustrative de l'article Cathédrale de Cagli
Une vue de l'édifice
Présentation
Nom local Concattedrale di Cagli
Culte Catholicisme
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Fano-Fossombrone-Cagli-Pergola
Début de la construction XIIIe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Style dominant Architecture romane
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Coat of arms of Marche.svg Marches
Province Province de Pesaro et d'Urbino
Ville Cagli
Coordonnées 43° 32′ 50″ nord, 12° 38′ 56″ est

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Cathédrale de Cagli

Géolocalisation sur la carte : Marches

(Voir situation sur carte : Marches)
Cathédrale de Cagli

La cathédrale de Cagli (Concattedrale di Cagli ou chiesa di Santa Maria Assunta en italien) est le dôme de la ville de Cagli, dans la Province de Pesaro et d'Urbino, dans la région des Marches.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de l'édifice débute en 1292, les travaux sont financés par la commune et menés à terme au cours du XIVe siècle. L'édifice est complètement restructuré à partir de 1646 et consacré le . Les travaux se terminent en 1754 avec les œuvres réalisées dans la chapelle du Santissimo Sacramento.

Le violent séisme du provoque l'effondrement de la coupole et d'une grande partie de l'édifice. Une vaste reconstruction est nécessaire, la nouvelle cathédrale, privée de la coupole, est rouverte au public en 1792.

En 1997, un nouveau tremblement de terre nécessite de nouvelles interventions et la cathédrale est finalement rendue au public en 2004.

En 1982, la cathédrale de Cagli est élevée au rang de basilique mineure par le pape Jean-Paul II.

Extérieur[modifier | modifier le code]

De la structure médiévale il ne reste que le portail gothique situé sur le côté œuvre datée de 1424 et signée par le maître Antonio di Cristoforo da Cagli, avec une fresque du XVIIe siècle de Lodovico Viviani da Urbino.

L'édifice à trois nefs a perdu sa coupole[1]lors du tremblement de terre de 1781, remplacée par l'actuel catino (cuvette).

En 1790 l'architecte de cour Giovanni Antinori réalise l'édicule du campanile de forme octogonale en brique.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Intérieur de la coupole,chapelle du Santissimo Sacramento
Tombée de la Manne, Gaetano Lapis
Communion des Apôtres, Gaetano Lapis

Dans la nef latérale droite, se situe le monument funéraire réalisé par Francesco Benni, la statue en stuc de saint Pierre et la toile Mort de saint André Avellin de Gaetano Lapis datée de 1758. Le grand orgue, daté de 1889 est de Nicola Morettini de Pérouse.

Au centre de l'abside depuis 1805, se trouve un petit morceau de fresque du Quattrocento: La Madonna delle Grazie.

Sur indication du pape Pie VI, le peintre Fabieni a réalisé en chiaroscuro les quatre Évangélistes, dans l'abside, à tempera les Apôtres au Sépulcre de la Vierge ainsi que les saints patrons de la ville.

Au centre, le cycle pictural se termine avec l' Assunta, sainte titulaire de l'église.

Dans la partie droite du transept se trouve un autel daté de 1791 qui appartenait aux Médicis de Florence lesquels commandèrent en 1695 une Vierge à l'Enfant et les saints Pierre et Jean-Baptiste à Nasini de Sienne.

Le transept donne accès à la chapelle du Santissimo Sacramento,commissionnée par l'homonyme confraternité qui fit réaliser à Gaetano Lapis la Communion des Apôtres et la tombée de la Manne[2].

La nef latérale gauche présente une Annonciation de l'atelier de Barocci et dans le tympan le Père éternel, une œuvre de jeunesse de Lapis.

Dans la chapelle suivante se trouve un fragment de fresque du Cinquecento Immaculée conception attribuée à Giuliano Persciutti da Fano [3].

Dans le tympan de l'autel se trouve un Père éternel daté du Seicento du peintre natif de Cagli Giambattista Gambarini.

Sur l'autel suivant se trouve le retable de San Liborio (XVIIe siècle) de Giulio Cesare Begni de Pesaro.

Dans le chapitre se trouve une Vierge à l'Enfant (XVIIe siècle) attribuée à Giovanni Battista Salvi dit Sassoferrato et dans la première sacristie saint Louis Gonzague de Sebastiano Conca ainsi qu'une Annonciation (1636) , œuvre de Giovanni Giacomo Pandolfi.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Père éternel, Mort de Sant'Andrea Avellino (1758), Communion des Apôtres et la Tombée de la Manne, Gaetano Lapis.
  • Vierge à l'Enfant et sainte Thérèse (1720) et saint Louis Gonzague, Sebastiano Conca.
  • Saints patrons (1704), Luigi Garzi.
  • Annonciation (1636) , Giovanni Giacomo Pandolfi.
  • San Liborio (XVIIe siècle), retable, Giulio Cesare Begni.
  • Père éternel(XVIIe siècle) ,Giambattista Gambarini.
  • Immaculée conception (XVIe siècle) ,fresque attribuée à Giuliano Persciutti da Fano ou Dionigi da Cagli.
  • Annonciation, atelier de Barocci.
  • Vierge à l'Enfant et les saints Pierre et Jean-Baptiste, Nasini de Sienne.
  • Les quatre Évangélistes, les Apôtres au Sépulcre de la Vierge, les saints patrons de la ville, Fabieni.
  • La Madonna delle Grazie (XVe siècle), fresque, anonyme.
  • Vierge à l'Enfant (XVIIe siècle), attribuée à Giovanni Battista Salvi.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alberto Mazzacchera, Il forestiere in Cagli. Palazzi, chiese e pitture di una antica città e terre tra Catria e Nerone, Urbania, 1997.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La coupole était l'œuvre de Pietro Giacomo Patriarca
  2. Ces tableaux furent expédiés depuis Rome entre 1754 et 1756
  3. D'autres historiens d'art l'attribuent à Dionigi da Cagli

Liens externes[modifier | modifier le code]