Koi nobori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Koi nobori
Koi nobori.
Koi nobori.

Les koi nobori (鯉幟?), signifiant « banderole de carpe » en japonais, sont des manches à air en forme de carpe koï hissées au Japon pour célébrer Tango no sekku (端午の節句?), évènement traditionnel d'origine chinoise, autrefois fêtée le 5e jour du 5e mois lunaire du calendrier luni-solaire chinois, désormais une fête nationale, le Kodomo no hi (« journée des enfants »), fêtée le 5e jour du 5e mois du calendrier grégorien au Japon.

Légende[modifier | modifier le code]

Selon une légende chinoise, les carpes du fleuve Jaune, après avoir remonté le fleuve, s'envoleraient vers le ciel en se transformant en dragons. Cette légende serait à l'origine des koi nobori, qui représentent plus généralement la force et la persévérance des carpes qui remontent à contre-courant les rivières et cascades[1].

Coutumes[modifier | modifier le code]

Koi nobori vers 1867.

Ces manches à air sont accrochées le long de perches en bambou.

En haut de la perche sont situées 2 petites éoliennes (矢車) et entre les deux, une sphère célèste (天球)[2],[3].

La première manche à air représente des vagues de la mer bleue (清海波, seigaiha[4]?) desquels un dragon chinois () et une carpe () jaillissent[3], cette manche est parfois remplacer par une manche multicolore.

Ensuite, la première carpe et la plus large, magoi (真鯉?), est noire et représente le père ; la deuxième, higoi (緋鯉?), est rouge et représente traditionnellement le fils aîné, plus généralement aujourd'hui la mère, puis l'on ajoute une carpe pour chaque enfant (supplémentaire) de la famille[réf. souhaitée]. Parfois, on suspend aussi des rubans rouges et blancs ou une manche à air multicolore symbolisant les flots des rivières[1], ce sont les fukinagashi (吹流し?). Seules les familles d'enfants mâles dressent des koi nobori à leurs balcons.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Culture japonaise : koi nobori », sur www.ojapon.com (consulté le ).
  2. (ja) « 矢車(やぐるま) », sur Basho.jp
  3. a et b « #134 江戸手描き鯉のぼり職人 三代目金龍 ».
  4. (ja) « 青海波 », sur kotobank.jp

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jacob Mortimer Wier Silver, Sketches of Japanese Manners and Customs, London, (lire en ligne)

Vidéogramme[modifier | modifier le code]