Cabale des Importants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La cabale des Importants, ou conjuration des Importants, est le nom donné à un complot organisé dans les derniers jours d'août 1643[1] par François de Vendôme, duc de Beaufort, et Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse, avec l’aide de nombreux « Grands » de l’époque[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

Louis XIII meurt le 14 mai 1643, six mois après son ministre Richelieu. Leur politique visait à l'affermissement du pouvoir royal contre les Grands du royaume. Le nouveau roi Louis XIV est mineur et la régence est confiée à sa mère Anne d'Autriche qui va s'appuyer sur le cardinal Mazarin. La régence est souvent une période de contestation du pouvoir, d'autant qu'Anne à besoin du Parlement pour casser le testament de son mari. De nombreux exilés du règne précédent reviennent à la Cour.

À l'extérieur la France est engagée dans la guerre de Trente Ans qui va se transformer en conflit franco-espagnol.

Les comploteurs[modifier | modifier le code]

Les principaux instigateurs de ce complot sont François de Vendôme, duc de Beaufort et Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse. Ils sont suivis par :

Objet du complot[modifier | modifier le code]

Les comploteurs veulent dépouiller les partisans de Richelieu, la Maison Condé notamment, de tous leurs biens et privilèges et récupérer leur charge perdue du temps de Richelieu. En effet, l’Éminence Rouge avait, par exemple, forcé César de Vendôme à abandonner ses terres de Bretagne en 1630.

La cabale vise d’une part à éloigner Anne d’Autriche de son nouveau premier ministre, Mazarin, jugé trop hostile à la noblesse et d’autre part, à signer une paix séparée avec Philippe IV d’Espagne.

Déroulement du complot[modifier | modifier le code]

Commencée comme une intrigue de Cour pendant l'été 1643, l'affaire s'envenime d'un conflit épistolaire entre la duchesse de Montbazon du parti de Beaufort et la duchesse de Longueville de la famille des Condé. La première reçoit l'ordre de se retirer dans ses terres[3].

François de Vendôme, furieux, prévoit de faire assassiner Mazarin puis de le remplacer par un proche, Augustin Potier, l’évêque de Beauvais. Il mandate pour cette action ses fidèles François le Dangereux, seigneur de Beaupuis et les frères Campion, Alexandre et Henri[4].

Mazarin a rapidement vent de la conspiration. Beaufort est arrêté le et emprisonné au donjon du Château de Vincennes, où il restera cinq ans. Châteauneuf, les Vendôme, la duchesse de Chevreuse et Marie de Hautefort sont exilés en province et l'évêque de Beauvais renvoyé dans son diocèse[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Delorme, Anne d'Autriche, Pygmalion 1999, p.228
  2. http://comteastarac.free.fr/fontrailles.html
  3. Simone Bertière, Les Deux Régentes dans la série Les Reines de France aux éditions de Fallois 1996
  4. Michel Pernot, La Fronde Éditions de Fallois 1994, p.49
  5. Jean-Christian Petitfils, Louis XIV Perrin 1995 (édition Tempus 2002, p. 37

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études historiques[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]