Universal War One

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Universal War One
Série
Auteur Denis Bajram
Genre(s) Anticipation

Thèmes Guerre, Paradoxe, Espace-temps
Personnages principaux Voir Les personnages
Lieu de l’action Voir Lieux de l'histoire
Époque de l’action 2098-2128

Pays Drapeau de la France France
Langue originale français
Autres titres UW1
Éditeur Soleil Productions
Collection « Solaire » (2006)
Première publication
Format couleur
Nb. d’albums 6
Série finie

Universal War One, également appelée UW1, est une série de bande dessinée de science-fiction française, créée par Denis Bajram et éditée en album de à par Soleil Productions avant d'être reprise dans la collection Quadrant Solaire à l'occasion de la sortie du sixième tome.

À partir de 2005, tous les albums sont réédités par Quadrants, une maison d'édition issue du label « Quadrant Solaire » créé par les auteurs Denis Bajram et Valérie Mangin, et devenu par la suite éditeur indépendant.

Description[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la fin du XXIe siècle, l'humanité a entièrement conquis le système solaire. Les progrès technologiques accomplis, et notamment la découverte de l'antigravité, ont permis d'installer de vastes colonies sur la Lune et Mars, rebaptisées à cette occasion « Terre 2 » et « Terre 3 ». Diverses stations spatiales et autres installations permettent d'exploiter les richesses des autres planètes du système et de leurs satellites, comme Titan ou Obéron.

Sur Terre, les gouvernements ont pour la plupart disparu, rassemblés au sein d'une entité supranationale née de ce qui fut l'ONU[1] et appelée « Gouvernement Central des Terres Unies » ou UECG, de son appellation anglaise United Earthes Central Government. Basée à New York, l'UECG est une structure à la fois politique et militaire, ayant à sa disposition une gigantesque flotte armée – l'United Earthes Force ou UEF – lui permettant d'assurer le contrôle du système solaire[2].

Le seul réel contre-pouvoir à l'UECG – le pouvoir économique – est alors détenu par les Compagnies Industrielles de Colonisation ou CIC. Au nombre de neuf et dotées d'un conseil d'administration commun, celles-ci sont nées de l'acquisition par des intérêts privés de concessions permettant d'exploiter les ressources naturelles de diverses planètes et satellites du système solaire. Une activité qui, en quelques décennies, a fait des CIC les sociétés les plus riches et les plus puissantes du système[3].

Dès lors, les tensions entre les deux puissances ne cessent de croître et les CIC commencent à se doter, dans le plus grand secret, de structures militaires propres, travaillant sur des projets d'armes nouvelles. Dans ce contexte, l'apparition au-delà de l'orbite de Saturne du mystérieux phénomène appelé « le Mur » devient l'élément déclencheur du conflit entre l'UEF et les CIC[4], une guerre civile qui pourrait bien se globaliser et devenir la Première Guerre universelle…

Les personnages[modifier | modifier le code]

L'escadrille Purgatory[modifier | modifier le code]

Dirigée par le capitaine Williamson et le lieutenant Von Ritchburg, l'escadrille Purgatory est un groupe composé de cinq officiers relevés de leurs fonctions initiales et en attente d'un jugement en cour martiale[5]. Les sept membres de l'escadrille sont les personnages centraux de la série.

John Baltimore
Surnommé « Balti », Baltimore est né aux États-Unis le et est donc âgé de trente-et-un ans au moment de l'ouverture de l'histoire. Titulaire du grade de Lieutenant pilote, il s'est engagé dans l'UEF en 2090[6]. Durant ses études, il est membre de l'équipe de football américain de son université au poste de quarterback et y connaît un certain succès. Son diplôme en poche, il est contacté par l'UEF qui souhaite créer sa propre équipe[7]. Un temps hésitant, Baltimore est finalement convaincu par les perspectives de gloire et d'aventure que lui promet le recruteur[8].
Baltimore a été inculpé devant la cour martiale le pour des faits de désobéissance. Lors d'une mission de secours à un vaisseau transbordeur victime d'un incendie, Baltimore a sciemment ignoré les ordres de la tour de contrôle et s'est dirigé vers le vaisseau en détresse, provoquant un accident avec la navette des secours qui arrivait sur le site. Outre les blessés dans l'accident, l'équipage du transbordeur en feu n'a pas pu être secouru à temps. Le bilan final de l'accident sera de douze morts et trois blessés graves[6].
Paulo Delgado
Surnommé « Mario », Paulo Delgado est né en Bolivie le et est donc âgé de 42 ans au moment de l'ouverture de l'histoire. Titulaire du grade de Sous-Lieutenant technicien, Mario s'est engagé dans l'UEF en 2085[6]. Si les circonstances de son engagement dans l'armée ne sont pas clairement précisées, il semble que ce choix soit lié à une déception sentimentale. Mario a en effet appris le jour de son mariage que l'enfant qu'attendait sa femme n'était pas de lui et qu'elle ne l'épousait que pour les apparences, avec la ferme intention de le quitter dès l'enfant né[9].
D'un naturel peureux, Mario se retrouve inculpé en cour martiale le pour un acte de désertion ; alors qu'il dirigeait plusieurs vaisseaux en manœuvre, Mario a tenté de rebrousser chemin pour fuir un essaim d'astéroïdes. Envoyant des instructions contradictoires aux moteurs dont il avait le contrôle, il a ainsi provoqué la dislocation de plusieurs appareils[6].
Amina El Moudden
Amina est née au Bahreïn le et est donc âgée de 28 ans au moment de l'ouverture de l'histoire. Titulaire du grade de Lieutenant pilote, elle s'est engagée dans l'UEF en 2088[Note 1], le jour même de son dix-huitième anniversaire, pour des raisons familiales. Bien que celles-ci ne soient pas explicitées dans le récit, il est clairement fait référence au fait qu'Amina a subi des violences sexuelles de la part de son père durant sa jeunesse. Ces agressions auraient provoqué, de manière indirecte, la mort de la mère d'Amina[10].
Devenue militaire, c'est de nouveau en raison d'une agression sexuelle qu'Amina El Moudden se retrouve inculpée en cour martiale le . Violée par un colonel, Amina avait décidé de se faire justice dès le lendemain des faits ; après avoir assommé son agresseur, elle l'a émasculé en se servant d'un cutter[11].
Edward Kalish
Kalish est né aux États-Unis le , et est donc âgé de quarante-deux ans au moment de l'ouverture de l'histoire. Titulaire du grade de Lieutenant-Colonel, il s'est engagé dans l'UEF en 2092. Bien qu'issu d'un milieu très modeste, il a étudié dans les meilleures écoles et possède quatre doctorats en math et en physique. Il était le chef de la division scientifique de la Troisième Flotte de l'UEF. Il semble également être le seul savant capable de comprendre le Mur, et en tirera avantage auprès de la hiérarchie.
Malgré son niveau scientifique, Ed est un colosse qui porte un bandana avec un motif de tête-de-mort et est sujet à des accès de violence. À la suite d'une simple altercation, il ravagera un bar et sera inculpé en cour martiale avant de rejoindre l'escadrille Purgatory qu'il ne commande pas même s'il est le plus haut gradé.
Milorad Racunisca
Milorad est né en Serbie le , et est donc âgé de vingt-neuf ans au moment de l'ouverture de l'histoire. Titulaire du grade de Sous-lieutenant pilote, il s'est engagé dans l'UEF en 2087, voyant en cela un acte de vengeance contre les popes qui l'ont élevé dans un orphelinat dans la haine de l'Occident et où il a subi des châtiments corporels.
Son éducation n'a pas arrangé les pulsions sexuelles frustrées auxquelles il est soumis, et il sera inculpé de viol sur une femme-soldat.
Kate Von Ritchburg
Kate est née en Allemagne le , et est donc âgée de vingt-quatre ans au moment de l'ouverture de l'histoire. Titulaire du grade de Lieutenant pilote, elle est la fille de l'amiral Friedrich Von Ritchburg commandant la Troisième Flotte de l'UEF. Elle est la commandante en second de l'escadrille Purgatory, bien qu'elle n'ait commis aucun crime. Elle l'a rejointe pour soutenir Williamson qu'elle considère comme sa deuxième mère. Ses relations avec son père ne sont pas au beau fixe.
June Williamson
June est née en Afrique du Sud le , et est donc âgée de trente-neuf ans au moment de l'ouverture de l'histoire. Titulaire du grade de Capitaine, elle dirige l'escadrille Purgatory dont elle tente de réhabiliter les membres en les faisant réfléchir sur leurs crimes respectifs sans pour autant les retirer du service actif.
Quinze ans avant le début de l'histoire, elle avait été envoyée pour mater des émeutes sur Titan, mais elle désobéit à ses supérieurs qui lui ordonnaient de tirer dans la foule. Elle sauva ainsi la femme et la fille de l'amiral qui s'y trouvaient, et ce dernier finira par intercéder en sa faveur en autorisant la création de l'escadrille Purgatory.

Les Compagnies Industrielles de Colonisation (CIC)[modifier | modifier le code]

  • Paul Thin
  • Norton de Castelfigeac
  • Le gouverneur de Mars
  • Le scientifique barbu

L'UEF[modifier | modifier le code]

L'amiral Friedrich Von Richtburg
Originaire d'Allemagne, il est le commandant en chef de la Troisième Flotte de l'UEF, en fonction au début de l'histoire. Bien qu'adoptant la plupart du temps une attitude toute militaire, c'est lui qui créa l'escadrille Purgatory pour remercier Williamson d'avoir sauvé sa famille sur Titan, et il intercédera souvent en faveur de ses membres. Malgré cela, sa fille Kate considère qu'il exerce un contrôle trop strict sur sa vie.

Repères chronologiques[modifier | modifier le code]

Sont listés ci-dessous quelques points de repère permettant de situer les événements précédant l'ouverture du récit[12] :

  • Fin des années 1980 — Démonstration de l'effet Casimir
  • 2023 — Découverte du théorème de Landstadt démontrant l'existence de l'antigravité
  • 2036 — Construction des premiers modules d'antigravité
  • 2043 — Création de la première centrale nucléaire à fusion entièrement fonctionnelle
  • 2044 — Premier vol d'un véhicule dit « Anti-G »
  • 2050 — Débuts de la colonisation du système solaire externe ; fondation des CIC
  • 2065 — Les CIC se dotent d’un conseil d’administration commun[13]
  • 2067 — Réorganisation de l’ONU en « Gouvernement Central des Terres Unies » ; création de l’UEF
  • Années 2070 — Grandes grèves de mineurs sur les satellites de Jupiter et de Saturne
  • 2098 — Ouverture du Mur ; début du conflit entre l'UEF et les CIC

Postérité[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

D'après Patrick Gaumer[14], Universal War One « se classe très vite parmi les meilleures séries contemporaines de science-fiction, appréciée tant pour son graphisme flamboyant que pour son scénario complexe ».

Adaptation[modifier | modifier le code]

En 2013, un long métrage en prise de vues réelles est annoncé avec un budget de 40 millions de dollars[15].

Universal War Two[modifier | modifier le code]

Denis Bajram a publié à partir de la suite de Universal War One : Universal War Two, ou UW2.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Denis Bajram s'inspire des principaux épisodes bibliques pour donner le ton de chaque tome.
  • Le quatrième tome est sorti dans les semaines qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. L'auteur a maintenu la sortie, ainsi que ses dessins, ce qu'il explique dans la préface de cet album[16]. Il raconte donc la destruction de la Terre à partir de New York avec le World Trade Center visible.
  • La sortie du cinquième album a été plusieurs fois repoussée, l'auteur ayant décidé de changer sa technique de dessin (Il est passé d'un dessin traditionnel à la technique numérique). Ce travail préparatoire est visible dans Universal War One - tome 5 : work in progress, publié en , et tiré à 5 000 exemplaires.

Publications[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Les six premières éditions :

Intégrales[modifier | modifier le code]

Univers de la série[modifier | modifier le code]

Thème du voyage dans le temps[modifier | modifier le code]

Le thème du voyage dans le temps, récurrent en science-fiction, est ici abordé d'une manière originale par Denis Bajram. Dans UW1 le déplacement dans le temps est, au début, un effet secondaire du voyage à l'intérieur du mur. Celui-ci s'avère être un wormhole (à traduire par trou de ver) qui modifie la structure de l'espace-temps en son sein. Les vaisseaux, protégés par leurs champs anti-gravitationnels peuvent se déplacer à l'intérieur du wormhole. Mais lorsque celui-ci s'ouvre ou se referme, l'espace-temps autour des vaisseaux se contracte ou se dilate tandis que les aéronefs restent immobiles, ce qui se traduit par un "saut" dans l'espace et le temps[18]. Au fur et à mesure de leur compréhension du phénomène, les différents personnages en font un outil et même une arme terrifiante.

En ce qui concerne les paradoxes qui se soulèvent dès lors qu'on parle de voyage dans le temps (tels le paradoxe du grand-père), Denis Bajram déclare :

« le continuum espace-temps est un tout cohérent : le temps y est la conséquence de tous les voyages qui y ont lieu et qui y auront lieu un jour. […] les héros d'UW1 n'ont pas modifié l'Histoire : ils ont leur propre histoire de tout temps. Si leurs actes avaient été différents, l'Histoire aurait toujours été différente de tout temps[19]. »

C'est pourquoi il avait déjà écrit le scénario dans le moindre détail avant même la publication du premier volume. On peut admirer son "Tableau Synoptique" dans les pages annexes du tome final.

Vaisseaux[modifier | modifier le code]

UEF
Transbordeur ; Trihédron ; UESS Gengiskhan ; Porte-conteneurs ; Navette de secours ; Cuirassé ; Croiseur ; Destroyer ; Cinétique ; Station Alpha.
CIC
Sphère ; Station wormhole[20],[21] ; Station Alpha.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À noter qu'il existe une incohérence concernant les dates de naissance et d'engagement d'Amina entre les deux premiers tomes. Dans le deuxième tome, la séquence introductive indique explicitement qu'Amina est née en 2070 et qu'elle s'engage le jour de ses dix-huit ans. Dans cette version, Amina a donc vingt-huit ans au moment de l'action. Dans le premier tome, en revanche, on peut voir en arrière-plan d'une case de la planche 37 ses données personnelles, indiquant une naissance en 2077 et un engagement en 2096, ce qui indiquerait qu'Amina aurait seulement 21 ans au moment de l'action. Compte tenu qu'Amina est officier et qu'avant d'intégrer l'escadrille Purgatory, elle avait déjà un passé militaire, il est probable que la version correcte soit celle du deuxième tome, à savoir naissance en 2070 et engagement en 2088. En outre, les informations du tome 1 ne sont qu'un arrière-plan, alors que celles de tome 2 sont clairement développées et explicitées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Bajram, Universal War One, tome 5 : « Babel », planche 20
  2. Site officiel de la série, « Avant le récit », (consulté le 14 juin 2010)
  3. Denis Bajram, Universal War One, tome 5 : « Babel », planche 21
  4. Denis Bajram, Universal War One, tome 5 : « Babel », planche 22
  5. Denis Bajram, Universal War One, tome 1 : « La Genèse », planche 34
  6. a b c et d Denis Bajram, Universal War One, tome 1 : « La Genèse », planche 36
  7. Denis Bajram, Universal War One, tome 3 : « Caïn et Abel », planche 2
  8. Denis Bajram, Universal War One, tome 3 : « Caïn et Abel », planche 3
  9. Denis Bajram, Universal War One, tome 4 : « Babel », planche 2
  10. Denis Bajram, Universal War One, tome 2 : « Le Fruit de la connaissance », planche 3
  11. Denis Bajram, Universal War One, tome 1 : « La Genèse », planche 37
  12. Denis Bajram, Universal War One, tome 5 : « Babel », planches 20 à 23
  13. Denis Bajram, Universal War One, tome 6 : « La Patriarche », appendices « Les cahiers de Quadrant Solaire », page III
  14. Patrick Gaumer, Dictionnaire mondial de la BD, Larousse, , 1056 p. (ISBN 978-2035843319).
  15. Elsa Keslassy, « Skip Woods Tapped To Pen Universal War One », sur Variety, (consulté le 1er mai 2014).
  16. Cf. la préface du tome 4 sur le site officiel
  17. Nicolas Pothier, « Star ouarf », BoDoï, no 27,‎ , p. 14.
  18. Cf. Tome 5, planche 7
  19. Denis Bajram, « Tout prévoir… », Page III de l'annexe au tome six.
  20. CIC Base 2 (Uranus)
  21. CIC Base 1 (Station Alpha)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]