Contrôle d'aérodrome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de contrôle avec sa vigie, son fût et le bloc technique en pied de tour.

Le contrôle d'aérodrome est le service du contrôle de la circulation aérienne pour la circulation d'aérodrome : l'ensemble de la circulation des aéronefs et des véhicules sur l'aire de manœuvre d'un aérodrome et des aéronefs qui se trouvent dans le ou les circuits d'aérodrome, qui y pénètrent ou qui en sortent. (d'après le RCA 1-3 en France)

Généralités sur le contrôle d'aérodrome[modifier | modifier le code]

Tour de contrôle de l'ancienne base aérienne 128 de Metz-Frescaty

Un aérodrome n'est contrôlé uniquement pendant les horaires de fonctionnement de l'organisme chargé d'y assurer le service du contrôle. En dehors de ces horaires, soit le service AFIS est assuré, soient les aéronefs assurent l'auto-information.

La tour de contrôle[modifier | modifier le code]

Elle comprend quatre parties[1] :

  • vigie : cabine de contrôle à la façade inclinée (généralement 15°) avec des vitres anti-bruit et anti-reflet, disposant comme équipements une chaîne radio, des enregistreurs de communication, une station météorologique et un système horaire
  • fût métallique, en béton ou sur un bâtiment existant
  • bloc technique : salles techniques, locaux vie, bureau de piste en pied de tour, etc.
  • ciment dur

Elle transmet les clairances ainsi que des renseignements aux aéronefs évoluant dans la circulation d'aérodrome afin de prévenir les collisions entre :

  • les aéronefs en vol dans le circuit d'aérodrome ;
  • les aéronefs évoluant sur l'aire de manœuvre ;
  • les aéronefs en train d'atterrir ou de décoller ;
  • les aéronefs et les véhicules évoluant sur l'aire de manœuvre ;
  • les aéronefs sur l'aire de manœuvre et les obstacles se trouvant sur cette aire ;

et afin d'assurer l'acheminement sûr, ordonné et rapide de la circulation aérienne.

Contrôle au sol[modifier | modifier le code]

Le contrôle au sol s'effectue en autorisant les aéronefs à rouler sans entraver la circulation des autres aéronefs (ne pas les retarder ou les mettre en danger). Les aéronefs reçoivent des clairances pour rouler jusqu'à un point d'arrêt.

Espacements sur la piste[modifier | modifier le code]

Les clairances d'atterrissage ou de décollage à un aéronef ne doivent pas être délivrées tant que :

  • l'aéronef au départ qui le précède n'a pas franchi l'extrémité de la piste en service ou n'a pas amorcé un virage ;
  • l'aéronef à l'arrivée qui le précède n'a pas dégagé la piste.

Ces séparations sont augmentées en raison de la turbulence de sillage des aéronefs : les clairances sont alors retardées de 2 à 3 minutes, selon les cas.

Toutefois, les minimums de séparation peuvent être réduits de jour, entre deux aéronefs au départ ou à l'arrivée, dans de bonnes conditions météorologiques, lorsque la piste est sèche.

Records[modifier | modifier le code]

Tour de contrôle la plus haute du monde.

La tour de contrôle la plus haute du monde du haut est celle de l'aéroport Suvarnabhumi de Bangkok, avec 132 mètres de hauteur. La tour de contrôle de Vancouver Harbour (en), bien que plus haute car perchée à 142 mètres au-dessus du sol, coiffe un gratte-ciel : n'étant pas un bâtiment indépendant, elle n'entre pas dans la catégorie de la plus haute tour de contrôle[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les tours de contrôle Service technique de l'aviation civile
  2. Tour de contrôle de Vancouver Harbour[PDF]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]