Bordiguisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le bordiguisme est un courant marxiste qui se reconnaît dans les idées de Lénine sur la question du parti unique. Ce courant se réclame des idées d'Amadeo Bordiga. Il est difficile de parler de « bordiguisme » car le courant de la Gauche italienne a été si puissant dans l'Internationale communiste qu'il a dépassé l'homme Bordiga. Bordiga lui-même et les membres de la Gauche italienne refusent que l'on amalgame l'Internationale communiste et Bordiga. Il est plus juste de dire que le bordiguisme est peut-être plus une création récente : la naissance du véritable bordiguisme date des années 1950 après la rupture de Bordiga d'avec le Parti communiste internationaliste qui a regroupé la plupart des anciens membres historiques de la Gauche communiste italienne.

Principes fondateurs[modifier | modifier le code]

Un des principaux fondateurs du Parti communiste d'Italie en 1921 à Livourne et animateur du courant « abstentionniste » à la fin de la Première Guerre mondiale, Amadeo Bordiga et son courant ont toujours eu des positions politiques critiques par rapport à l'Internationale communiste (IC). Ses positions politiques l'ont amené à soutenir l'Opposition russe dès 1925. Il s'est opposé à la dégénérescence de l'IC et à la contre-révolution en Russie dès le début des années 1920. Il s'est distingué bien sûr de Staline pour se situer du côté de Trotsky dès 1925 tout en ayant des divergences nombreuses avec ce dernier. Ultérieurement, Bordiga considèrera que l'URSS est devenue un régime capitaliste. Dès 1926, il s'est opposé à la théorie du « socialisme dans un seul pays » prônée par Staline. De plus, Bordiga refuse l'antifascisme, en tant qu'alliance avec la bourgeoisie ou des fractions libérales de cette dernière : le capitalisme doit être combattu dans son ensemble par la lutte de classe. L'antifascisme est une expression, comme le fascisme, de la bourgeoisie. L'antifascisme est un piège utilisé par la bourgeoisie pour détourner les prolétaires de leur véritable lutte : la lutte de classe, que l'État soit démocrate, fasciste ou autoritaire.

Sur le plan organisationnel, le bordiguisme se réclame du « centralisme organique ». Du programme communiste découlent principes et tactiques que les militants appliquent. L'existence d'un certain fonctionnement démocratique est au mieux un pis-aller, au pire une trahison des principes intangibles, seule une minorité d'individus — voire un seul — étant à même de savoir ce qui peut rentrer dans le Programme et ce qui s'en éloigne.

Le bordiguisme est parfois confondu à tort avec le communisme de conseils. Les luxemburgistes et les conseillistes reprochent aux bordiguistes leur caractère trop « dogmatique » et leur conception léniniste des rapports entre le Parti et la classe ouvrière.

Le courant bordiguiste — classé à l'extrême gauche — est représenté par le Parti communiste international. Cependant, d'autres groupes se réclament eux aussi d'Amadeo Bordiga, notamment le Mouvement communiste pour la formation du PC mondial ou Les Cahiers du marxisme vivant créés par Suzanne Voute.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]