Auschwitz ou le grand alibi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

« Auschwitz ou le grand alibi » est un article publié en 1960 dans Programme communiste, la revue du Parti communiste international (PCI) en français, plus tard réédité sous forme de brochure. La paternité de ce texte fut parfois attribuée à Amadeo Bordiga lui-même, bien que son nom n'apparaisse pas dans l'article publié par le Programme communiste, et que celle-ci ait été largement contestée[1],[2].

Auteur[modifier | modifier le code]

Comme toutes les publications bordiguistes, le texte a été publié sans nom d'auteur, en raison du principe de rédaction collective et de refus de la personnalisation. Il a été publié dans le no 11 daté d'avril-juin 1960 de la revue Programme communiste[3], organe du Parti communiste international en langue française. L'article part d'une critique d'une affiche éditée par le MRAP et s'appuie largement sur le livre L'histoire de Joël Brand[4]. Il a d'abord été publié en langue française, en référence à un contexte français, ce qui rendait son attribution au communiste italien Amadeo Bordiga problématique[1]. Selon un article publié en 2010 par Le Prolétaire, organe du Parti communiste international, l'auteur en serait en fait Martin Axelrad, un militant bordiguiste français[5].

Thèse[modifier | modifier le code]

Selon le ou les auteurs de cet article, les nazis n'auraient pas tant exterminé les Juifs parce qu'ils étaient Juifs, que parce qu'ils constituaient une fraction importante de la petite bourgeoisie, classe condamnée à disparaître « par l'avance irrésistible de la concentration du capital[2] ». L'antisémitisme moderne aurait été développé par cette même petite bourgeoisie pour se préserver en tant que classe, quitte à sacrifier une partie d'elle-même. Le grand capital allemand, confronté à la crise économique, y aurait vu une aubaine : « il pouvait liquider une partie de la petite bourgeoisie avec l'accord de la petite bourgeoisie ; mieux, c'est la petite bourgeoisie elle-même qui se chargeait de cette liquidation[2]. » Ainsi, selon le ou les auteurs, l'antisémitisme serait déterminé par les conditions socio-économiques :

« À l'horrible pression économique, à la menace de destruction diffuse qui rendaient incertaine l'existence de chacun de ses membres, la petite bourgeoisie a réagi en sacrifiant une de ses parties, espérant ainsi sauver et assurer l'existence des autres. L'antisémitisme ne provient pas plus d'un “plan machiavélique” que “d'idées perverses” : il résulte directement de la contrainte économique. La haine des Juifs, loin d'être la raison a priori de leur destruction, n'est que l'expression de ce désir de délimiter et de concentrer sur eux la destruction[2]. »

Les nazis auraient tout d'abord tenté de se débarrasser des Juifs en les expulsant, mais aucun autre pays n'était prêt à les accueillir, puisqu'eux aussi étaient confrontés au même genre de problème avec leurs petites bourgeoisies. La guerre aggravant encore la situation, le grand capital allemand aurait alors été amené à organiser leur mise à mort.

Après la guerre, les « démocraties antifascistes » se seraient servis de la Shoah comme d'une propagande destinée à démobiliser la classe ouvrière, en lui faisant croire qu'il existe une différence de nature entre elles et le fascisme, et en lui faisant oublier, par l'exhibition des reliques de l'Extermination, que celle-ci découle de la même logique du capitalisme à laquelle elles aussi obéissent. Dans cette perspective, les exhortations à combattre le fascisme au nom de la démocratie seraient un leurre destiné à faire oublier au prolétariat que son véritable ennemi est et demeure le système capitaliste : c'est en ce sens qu'Auschwitz, pris comme symbole de la « barbarie nazie », serait le « grand alibi » des démocraties capitalistes[2].

Réception[modifier | modifier le code]

Les thèses d’Auschwitz ou le grand alibi ont été contestées et dénoncées par plusieurs organisations d'extrême gauche, notamment celles qui se proposent comme principal objectif la lutte contre l'extrême droite[6].

En outre, Pierre Guillaume, qui fut sympathisant de Socialisme ou Barbarie puis de Pouvoir ouvrier, présenta le texte comme la première étape de ce qui fut plus tard son ralliement au négationnisme (ce qui fut désavoué par le PCI). Cela a fait dire à certains (notamment Daniel Lindenberg[7] ou Valérie Igounet et, de façon plus mesurée, Pierre Vidal-Naquet) que cette brochure constituerait le texte fondateur du négationnisme de gauche[8] :

« l’article intitulé “Auschwitz ou le Grand Alibi” ne niait en rien le génocide perpétré par les nazis mais en proposait au contraire une analyse très mécaniste. La republication par La Vieille Taupe de cet article sous forme de fascicule en 1979 peut être considérée comme le début de l’affaire négationniste dans le milieu de l’ultra-gauche[9]. »

Cette interprétation est vivement contestée par le PCI lui-même, qui nie toujours la singularité des crimes nazis et de l'idéologie nazie à l'œuvre dans l'Allemagne du Troisième Reich, préférant expliquer le génocide des Juifs par une analyse socio-économique matérialiste :

« Car, c'est vrai, nous nions que “les crimes du nazisme restent uniques dans l'histoire” […] : il suffit de songer aux massacres des Tutsis au Rwanda, en se souvenant de la complicité criminelle de l'impérialisme français dans la préparation des tueries. […] [L]a racine de ces crimes se trouve dans le système capitaliste lui-même[6]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Dreyfus, L'Antisémitisme à gauche, histoire d'un paradoxe, La Découverte, 2011, 345 p. (ISBN 978-2-7071-6998-3)
  • Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Paris, 2000, 691 p. (ISBN 978-2020354929)
  • Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la mémoire : « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme, Paris, La Découverte, 1987, 227 p. (ISBN 2-7071-4545-9)
  • Francesco Germinario, Negazionismo a sinistra. Paradigmi dell'uso e dell'abuso dell'ideologia, Trieste, Asterios, 1987, 175 p. (ISBN 978-88-9313-041-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Auschwitz, or the Great Alibi, note de Mitchell Abidor.
  2. a, b, c, d et e Auschwitz ou le grand alibi.
  3. Archives de Programme communiste.
  4. « Auschwitz ou le grand alibi ».
  5. [PDF] « Martin Axelrad », Le Prolétaire, 2010, no 497.
  6. a et b « Nouvelles attaques contre Auschwitz ou le grand alibi », Le Prolétaire, no 454, juillet-août 2000.
  7. Il écrit ainsi (in « À gauche de la gauche », Histoire des gauches en France (sous la direction de Jean-Jacques Becker et Gilles Candat), Éditions La Découverte, Paris, 2004 ; volume 2 : XXe siècle : à l'épreuve de l'histoire, p. 130) : « Mais ce sont les bordiguistes en 1960 qui “inventent” ce qui va devenir le “négationnisme” spécifique de l'ultra-gauche, et avant tout celui de la librairie La Vieille Taupe (“Auschwitz ou le grand alibi”, Il Programma communista, 1960). »
  8. « 2. De la Vieille Taupe et des cannibales », extrait des Assassins de la mémoire de Pierre Vidal-Naquet sur le site anti-rev.org.
  9. Loren Goldner, « Ce que raconte et surtout ce que ne raconte pas l’Histoire générale de l’ultra-gauche de Christophe Bourseiller », revue Agone, 34 | 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]