Boncelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boncelles
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
Région
Arrondissement administratif
Province
Commune
Partie de
Coordonnées
Identifiants
Code postal
4100Voir et modifier les données sur Wikidata

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Province de Liège

(Voir situation sur carte : Province de Liège)
Point carte.svg

Boncelles (en wallon Les Bonceles) est une section de la ville belge de Seraing située en Région wallonne dans la province de Liège.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

L'ancien petit village s'est modernisé : on y trouve un bowling, un supermarché, de nombreux magasins...

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1880 et 1890, le Fort de Boncelles est édifié, il fera partis des douze forts qui formeront la ceinture fortifiée de Liège.

Lors de la Première Guerre mondiale, la ville de Liège de par ses forts résiste aux envahisseurs dans la première bataille de l'Empire allemand dans cette guerre, la Bataille de Liège.

En effet, la bataille de Sart Tilman[1] est un des épisodes les plus marquants de la région. Les troupes belges avaient pour ambition de freiner l'avance allemande. Une église a été élevée à la mémoire des soldats tombés lors de ce combat qui eut lieu dans la nuit du 5 au 6 août 1914. Une plaque commémorative a été apposée sur la ferme de la Cense Rouge non loin de là.

Le rôle du fort, dans la Seconde Guerre mondiale n'est pas aussi important, de fait, le fort d'Ében-Émael fut le premier à tomber aux mains de l'ennemi le 11 mai 1940. Les douze forts de Liège, délaissés par les troupes de campagne, se bornèrent à servir de forts d’arrêt, devant retenir l’ennemi le plus longtemps possible afin de permettre à l’armée Belge et ses alliés de prendre position le long de l’Escaut.

Le commandant Numa Charlier[2], l'ayant vaillamment défendu et n'ayant pas hissé le drapeau blanc de la reddition, fut tué par une onde de choc pendant le dernier combat et sa phrase restée célèbre « Me rendre ? Jamais ! » est inscrite sur le monument aux morts érigé sur le fort de Boncelles face à la rue qui porte son nom.

En 1977, lors de la fusion des communes, Boncelles fusionne avec Seraing.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Combat de Sart-Tilman, sur greatwardifferent.com
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées souvenir

Article connexe[modifier | modifier le code]