Bogonam-Foulbé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bogonam Peulh)
Aller à : navigation, rechercher
Bogonam-Foulbé
Bogonam-Peul, Bogonam-Peulh
Administration
Pays Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Région Centre-Nord
Province Bam
Département Kongoussi
Démographie
Population 229 hab. (2006[1])
Géographie
Coordonnées 13° 22′ 24″ nord, 1° 41′ 47″ ouest
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso

Voir la carte administrative du Burkina Faso
City locator 14.svg
Bogonam-Foulbé

Géolocalisation sur la carte : Burkina Faso

Voir la carte topographique du Burkina Faso
City locator 14.svg
Bogonam-Foulbé

Bogonam-Foulbé est un village situé dans le département de Kongoussi de la province du Bam dans la région du Centre-Nord au Burkina Faso.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bogonam-Foulbé est situé à 29 km du chef-lieu de la commune qui est Kongoussi.

Bogonam-Foulbé est limité :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief de l’ensemble du village est presque plat. Le terroir a une inclinaison générale Sud-Nord. On identifie des collines de part et d’autre dans le village. On note aussi l’existence de ravin et de bas-fonds[2].

Sols[modifier | modifier le code]

Ce sont des sols peu évolués et peu profonds (<45 cm) à valeur agricole très faible à nulle. Ils sont utilisés à des fins sylvo-pastorales. Les sols ferrugineux tropicaux sont localisés sur les pentes supérieures des collines. Ils sont peu profonds (<45 cm) et proviennent de l'altération des cuirasses. Ce sont des sols à vocation agro-sylvo-pastorale. Les sols sablo-limoneux à argileux sont localisés le long des plans d’eau dans les vallées ou fonds de vallées. Ce sont des sols profonds (>40 cm) à valeur agro-sylvo-pastorale intéressante. Outre ces trois principales unités de sols, on note de façon dispersée la présence de lithosols des plateaux cuirassés. Ce sont des sols où l'on note la quasi absence d’une couche de végétation et de terre. Leur valeur agro-sylvo-pastorale est négligeable.

De façon générale, on observe une dégradation progressive des différents types de sols. Cette situation rend pratiquement impossible leur exploitation sans des aménagements de protection et de conservation des eaux et des sols et l'apport de matières minérales[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le village appartient au régime tropical soudano-sahélien. Ce climat se traduit par l'alternance de deux saisons: une saison sèche de huit mois comprise entre octobre et mai ; une saison pluvieuse de quatre mois allant de juin à septembre. La pluviométrie varie entre 500 et 800 mm d’eau par an. Cette pluviométrique affecte négativement les récoltes, le couvert végétal et la disponibilité des eaux de surface[3],[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bouli de Bogonam-Foulbé en saison sèche.

On enregistre des cours d’eau au niveau du village. Ces cours d’eau, principalement alimentés par les précipitations, tarissent en saison sèche[5]. Au nord du village se trouve un grand cours d’eau qui rend le village inaccessible en saison pluvieuse. Le village a bénéficié d’un bouli. Ce bouli se trouve au sud du village, à peu près à 2 km du centre[2].

Végétation et faune[modifier | modifier le code]

Végétation[modifier | modifier le code]

Le caractère semi-désertique du climat du village ne favorise pas l'existence d'une végétation abondante. La végétation originelle est de type savane arborée qui s’est fortement dégradée ces dernières années du fait de la sécheresse et de la forte pression foncière. Les formations végétales naturelles encore présentes sont les reliques de fortes galeries le long des cours d’eau, les savanes et les steppes[6],[7].

Nom des principales espèces végétales à Bogonam-Foulbé[2]
Nom scientifique Nom francais Nom en mooré
Adansonia digitata Baobab africain Toeega
Acacia nilotica Gommier rouge Pengendga
Balanites aegyptiaca  Dattier du désert Kieglga
Piliostigma reticulatum Piliostigma, Bauhinia, Semelier Bagandé
Tamarindus indica Tamarinier Pusga
Vitellaria paradoxa Karité Taâga
Acacia seyal Gomiiga
Anogeissus leiocarpus Bouleau d'Afrique Siiga
Khaya senegalensis Caïlcédrat Kouka
Acacia albida Zaanga
Lannea microcarpa Raisinier Sabga
Sclerocarya birrea Marula Noabga
Guiera senegalensis Wilenwiiga
Mitragyna inermis Hiliga

Selon les populations, la végétation naturelle existante contribue significativement à la sécurité alimentaire (apport de fruits comestibles), à l’apport en bois de chauffe, à la construction (bois de service) et à l’artisanat[2].

Faune[modifier | modifier le code]

Au regard du climat semi désertique, le village ne regorge que de petits gibiers tels que les lièvres, les singes, les perdrix, les pintades, le chat sauvage, les oiseaux, de reptiles. La raréfaction des animaux sauvages dans la zone, selon les villageois, est due en grande partie à la diminution du couvert végétal et à la pression de l’homme (braconnage)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Bogonam-Foulbé est un village administratif et relève de la commune de Kongoussi. Le Comité Villageois de Développement (CVD) est une entité faitière qui s’occupe des activités du développement du village. Elle est aussi une structure consultative qui joue l’intermédiation entre les habitants et les organisations intervenant dans le village. Les Conseillers du village travaillent avec le conseil municipal de Kongoussi et veille à la mise en œuvre des activités développement planifiées par le conseil. CVD et conseillers travaillent avec le Préfet. Les conseillers travaillent avec le Maire[2].

Population et société[modifier | modifier le code]

Données démographiques[modifier | modifier le code]

Bogonam-Foulbé a une population en 2016 de 303 habitants dont 160 femmes et 143 hommes. Tous les habitants sont des musulmans et ils célèbrent les fêtes de Tabaski et de Ramadan[2].

La population par tranche d’âge[2]
Tranche d’âge Population
0-5 ans  35
6-17 ans  96
18-50 ans  62
50-100 ans  110
Total 303
La répartition de la population par quartier[2]
Quartiers Population
Silminabyiri 101
Gouilé 93
Yoroyiri 109
Total 303

Les derniers chiffres officiels ont enregistré une population de 229 habitants pour Bogonam-Foulbé en 2006[8].

Organisation coutumière et sociale[modifier | modifier le code]

Ce sont des Peulhs qui peuplent cette localité. Ce sont des nomades éleveurs qui sont venus du Mali. Ils demandèrent un terrain au chef de Bogonam pour se sédentariser, et ce dernier le leur accorda. Le village est dirigé par un chef de village et est assisté par les sages[2].

Services sociaux[modifier | modifier le code]

Education[modifier | modifier le code]

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

Bogonam-Foulbé n’a pas d’école. Les enfants fréquentent l’école primaire de Bogonam qui est située à 2,5 km[2].

Alphabétisation[modifier | modifier le code]
Centre d'alphabétisation de Bogonam-Foulbé.

Bogonam-Foulbé dispose d'un centre d'alphabétisation[2].

Santé[modifier | modifier le code]

Le village ne dispose pas de structure sanitaire. Les habitants fréquentent le CSPS de Lourgou qui se trouve à 5 km[2]. Pour les cas graves, les patients sont référés au CMA de Kongoussi[9].

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]
Latrine privée de Bogonam-Foulbé.
Situation des forages à Bogonam-Foulbé[2]
Quartiers Forages Latrines familiales Population
Silminabyiri 0 5 101
Gouilé 0 3 93
Yoroyiri 1 4 109
TOTAL 1 12 303

Autres infrastructures[modifier | modifier le code]

Mosquée de Bogonam-Foulbé.

Une mosquée a été construite par les villageois en 2016[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les Peulhs se sont sédentarisés et l’agriculture constitue la deuxième activité de production. Tous les ménages cultivent avec des charrues. Cependant les habitants du village affirment ne pas recevoir assez de formations sur les techniques du CES/DRS d’où un faible rendement des sols. Certains ménages n’arrivent pas à couvrir leurs besoins alimentaires annuels[2].

Les habitants estiment la superficie moyenne pour chaque producteur à 1,5 hectare[2].

Répartition des différentes cultures au sein du village[2]
Cultures Superficie occupée par rapport

à la superficie totale du champ

Sorgho Blanc 30%
Petit-mil 30%
Maïs 20%
Haricots 10%
Arachides 5%
Sésame 5%

Élevage[modifier | modifier le code]

Village de Peuhl, l’élevage constitue la première activité de production. Le patrimoine du village en animaux se compose comme suit[2] :

Patrimoine en animaux à Bogonam Peuhl
Quartiers Gros ruminants Petits ruminants
Silminabyiri 139 209
Gouilé 145 187
Yoroyiri 70 62
Total 354 458

Les éleveurs rencontrent des problèmes liés à la pauvreté du couvert végétal, l’insuffisance des eaux de surface, les maladies des animaux. Les Peulhs effectuent la transhumance dans les villages voisins en vue de mieux nourrir leur bétail. Les résidus des récoltes constituent comme aliment complémentaire pour le bétail. Le tapis herbacé est pauvre et composé essentiellement de Loudetia togoensis, Andropogon[2].

Commerce[modifier | modifier le code]

Petit commerce de Bogonam-Foulbé.

Une petite boutique se trouve actuellement (2017) à Bogonam-Foulbé[2].

Orpaillage[modifier | modifier le code]

Il n’existe pas de site d’orpaillage dans le village. Les peulhs ne s’adonnent pas aux activités d’orpaillage car leur principale activité reste l’élevage pastoral[2].

Artisanat[modifier | modifier le code]

Les habitants de nature éleveur pratiquent peu l’artisanat. Ce sont les femmes qui fabriquent des nattes, une partie des nattes leur sert comme instrument pour se coucher et l’autre partie des nattes est commercialisée[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère de l'administration territorale, de la décentralisation et de la sécurité., Memorandum sur la détermination du nombre de sièges des conseillers municipaux par villages et par secteurs dans le cardre des élections locales du 02 décembre 2012., Ouagadougou, Ministère de l'administration territorale, de la décentralisation et de la sécurité., , 459 p. (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x Monographie de Bogonam Peulh, édition 2016, document disponible auprès du siège de l'ONG Le Soleil dans la Main (http://soleil.lu)
  3. Boubacar Ibrahim, Caractérisation des saisons de pluies au Burkina Faso dans un contexte de changement climatique et évaluation des impacts hydrologiques sur le bassin du Nakanbé, Paris, Université Pierre et Marie Curie, , 237 p. (lire en ligne)
  4. R. Bellefontaine, A. Gaston & Y. Petrucci, Aménagement des forêts naturelles des zones tropicales sèches, Rome, Food and Agriculture Organization of the United Nations, , 316 p. (ISBN 92-5-203970-8, lire en ligne)
  5. Anais Morin, Ablacé Compaoré & Marie Gabeloux, Evaluation de rendements de sorgho blanc, entre une pratique témoin et une pratique zaï avec compost, en milieu paysan, 41 p. (lire en ligne)
  6. (en) Colin Thor West, Carla Roncoli & Pascal Yaka, « Climate variability in West Africa: A case study in vulnerability and adaptation on the northern central Plateau, Burkina Faso », The economics of ecology, exchange, and adaptation: anthropoligcal explorations,‎ (ISSN 0190-1281)
  7. Yvon Régis Lazare Memeleyen Ada N'Gozon, Commerce formel et informel des motopompes pour la petite irrigation : fonctionnement réel, caractéristiques techniques des équipements, réalité du service après-vente proposé, , 49 p. (lire en ligne)
  8. Ministère de l'administration territorale, de la décentralisation et de la sécurité, Memorandum sur la détermination du nombre de sièges des conseillers municipaux par villages et par secteurs dans le cardre des élections locales du 02 décembre 2012, Ouagadougou, Ministère de l'administration territorale, de la décentralisation et de la sécurité, , 459 p. (lire en ligne)
  9. Ministère de la santé, Burkina Faso, Carte sanitaire 2010, Ouagadougou, Ministère de la santé, Burkina Faso, , 133 p. (lire en ligne)