Bernard Guillot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bernard Guillot
Bernard Guillot 2020.jpg
Bernard Guillot (2020)
Naissance
Décès
(à 70 ans)
Paris 20e
Sépulture
Nom de naissance
Bernard Frédéric GuillotVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
française
Activité
Peinture, photographie
Formation
École des Beaux Arts de Paris - 1975
Mouvement
Impressionnisme, symbolisme
Distinctions
  • médaille d'or de dessin à la Biennale d'Alexandrie (Égypte - 1984)
  • prix Nadar (Le pavillon blanc - 2003)
Œuvres principales
Hôtel Maffet Astoria
Le Pavillon blanc

Bernard Guillot est un peintre et photographe français né le à Bâle en Suisse et mort le dans le 20e arrondissement de Paris[1]. Il a passé sa vie et constitué son œuvre entre Paris, l’Égypte et le Massif central.

Il est lauréat du prix Nadar Gens d’images en 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et débuts[modifier | modifier le code]

Bernard Guillot est né à Bâle (Suisse) en 1950[2], d’un père officier de carrière dans l’armée de terre et d’une mère passionnée d’humanités classiques et de psychanalyse, il est initié à la peinture et l’art en général, notamment par son parrain, l’artiste Antoine Mislin[3],[4].

Après des études de médecine, jusqu’en troisième année, à Paris, il rejoint finalement aux Beaux-Arts de Paris dont il sort diplômé, à 25 ans.

En 1973, il accomplit un premier périple de huit mois au Moyen-Orient, en Afrique, au Yémen, autour de la mer Rouge. Il s’agit de ses premiers contacts avec l’Égypte qui deviendra une terre d’adoption.

De 1975 à 1977 il est coopérant à l’ambassade de France aux États-Unis. La photographie est alors extrêmement périphérique dans son travail. Il commence par des clichés autobiographies à l’aide d’un Foca Sport dès 1968 mais s’exprime avec plus d’intérêt par le vecteur pictural.

Cependant, il est influencé par des artistes new-yorkais qui plébiscite la photographie. C’est dès lors par ce vecteur qu’il va principalement révéler son rapport onirique au réel[5].

Sa photographie devient le témoin du New York des années 70. Il séjourne dans la ville qui ne dort jamais de 1975 à 1977[6]. Il y réalise des reportages, dans la 12e rue (coté ville Manhattan), puis de la 14e à la 43e rue.

La construction de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Le Pavillon blanc - page 27 - Bernard Guillot

Considérant la photographie comme un art précieux, sans toutefois abandonner la peinture, Bernard Guillot y démontre un esthétisme singulier qui né à la fois lors du cliché et du développement, véritable maïeutique artistique.

Magicien de la lumière, il cherche à doter ses portraits d’une respiration propre[7]. « C’est ce côté entre deux mondes qui m’intrigue, entre la vie et la mort » explique-t-il[8].

Il trouve dans les territoires qu'il visite et fréquente son inspiration et matière à sa réflexion. Il partage le secret de ses muses et sa relation au monde qui l’entoure dans le film documentaire Immersion réalisé par Jacques Dutoit[9],[10].

Carnet n°7 Hôtel Maffet Asotira - page 102 - Le Caire

Sa série de photographie sur Le Caire et la nécropole juive du Caire, en 1978, attire l’attention du public.

Carnet n°7 Hôtel Maffet Asotira - Le Caire

En 1999, il publie Hôtel Maffet Astoria - Le Caire aux éditions Ides et Calendes.

Il épouse intimement la civilisation orientale se convertit à la religion musulmane, courant soufi.

Adepte de multiples supports (peinture, photographie, dessin), il s’est également avéré avant-gardiste dans la conception de photos peintes et a développé une maîtrise certaine de la pose longue.

Bernard Guillot exposait régulièrement son travail en Europe, en Égypte, à New York[11].

Son style peut être décrit comme impressionniste, mystique et symbolique[12],[13].

Le 29 juin 2021[14], alors qu’il travaille à Paris sur un nouveau projet sur la Cité des morts du Caire, Bernard Guillot est emporté par une défaillance cardio-respiratoire. Il est inhumé auprès de ses parents au cimetière de Treignat (Allier), village où il avait une maison de famille.

Il laisse une œuvre graphique multiple, relayée par des ouvrages et des documentaires, qui témoigne de son regard poétique et mystique sur l’Univers.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Listes non exhaustives

Séries[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Série dite de Saint Sulpice, texte d’introduction de Hervé Le Goff
  • 1978 : Bassatine, la Nécropole Juive du Caire, Créatis 8.
  • 1996 : L’Adam Hivernal, Chaves, Vence, (Claude Fournet)
  • 1996 : Le Jaillissement de l’eau est miracle divin, Le Caire
  • 1998 : Rouge de vert, Le Caire

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Le Pavillon blanc, 2003, Bernard Guillot
  • Retour à New York, Camera Obscura no 38, Thessalonique, 1998[15]
  • Jacques Hassoun (photogr. Tony Catany, Anne Favret & Pierre Manez, Bernard Guillot, Nabil Boutros, Gilles Perrin et Reza), Alexandrie revisitée, Paris, Éditions Revue Noire, (ISBN 2 909571 408)[16]
  • Hôtel Maffet Astoria, Le Caire, Éditions Ides et Calendes, , 121 p. (ISBN 978-2825801406)
  • Le Pavillon blanc, Éditions Filigranes / Centre des Arts d’Enghien-les-Bains, , 132 p. (ISBN 978-2-914381-50-5) . Prix Nadar[17]
  • Saison # 15 L’Œil enveloppé, Éditions Filigrane, , 32 p.
  • À ciel ouvert, Éditions Filigranes, , 16 p. (ISBN 9782350462271)[17]
  • Argentique Opéra, Galerie Frédéric Moisan / Éditions Filigrane, , 16 p. (ISBN 978-2-35046-291-2)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Carnets d’Égypte, Mustapha Hasnaoui pour Arte, Metropolis
  • Entretiens avec Bernard Lamarche Vadel, Maison Européenne de la Photographie, 1996
  • Présence en Égypte, télévision égyptienne, 2000 et 2003
  • Un jour, pension Maffet Astoria, au Caire, d’Alia et Bialy, 2003
  • Immersion, film documentaire de Jacques Dutoit, 1h17, 2001[9]

Expositions[modifier | modifier le code]

Listes non exhaustives

Personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1996 : A Fertile Land, Sony Gallery, Le Caire
  • 1998 : Atelier de Visu, Marseille
  • 2003 : Le Pavillon blanc, Centre des Arts, Enghien les Bains[18]
  • 2003 : La tunique indienne, Galerie Leaf, Los Angeles,
  • 2005 : La tunique indienne, Galerie Agathe Gaillard, Paris
  • 2007 : Le jardin des simples, Galerie Frédéric Moisan, Paris[19]
  • 2007 : Skoto Gallery, New York
  • 2007 : Avant la lumière, Galerie Frédéric Moisan, Paris
  • 2008 : Musée d’art moderne, Sao Paulo
  • 2009 : Sous les blancs astronomiques, Galerie Frédéric Moisan, Paris
  • 2009 : Paris Photo, Paris
  • 2010 : Chasse en Slovaquie, Galerie Frédéric Moisan, Paris
  • 2010 : Au-delà de Berlin, Galerie Frédéric Moisan, Paris
  • 2011 : Université américaine du Caire, Le Caire
  • 2012 : Voyage autour de l’île de Moncontour, Galerie Frédéric Moisan, Paris
  • 2016 : La part des murs, B Gallery, Cairo
  • 2016 : Voyage autour de l’île de Moncontour. Photographies, photographies peintes, peintures, Galerie Frédéric Moisan, Paris [20]
  • 2017 : Atelier du Caire, Galerie Frédéric Moisan, Paris
  • 2020 : Beyond, Tintera, Le Caire

Collectives[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Les photographies et l’architecture (exposition itinérante), CAPC, Bordeaux - Musée - Naples
  • 1984 : La photographie en Méditerranée, Barcelone
  • 1985 : 15e Biennale d’Alexandrie des pays de la Méditerranée, Alexandrie,
  • 2010 : Dans un jardin. Un hommage au Déjeuner sur l’herbe et au jardin de Monet à Giverny, FRAC Haute-Normandie, Sotteville-les-Rouen[21],[22]
  • 2010 : Mixed Use Manhattan, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid
  • 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 : Galerie Frédéric Moisan, Paris
  • 2017 : Le Caire - Jérusalem (Bernard Guillot - Didier Ben Loulou) Galerie Malebranche, Paris[23]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses galeries internationales ainsi que des collections muséales [25],[26],[27],[28] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. « Le pavillon blanc : publié à l'occasion de l'exposition de photographies de Bernard Guillot au Centre des arts d'Enghien-les-Bains, du 6 mai au 8 juin 2003 - Guillot, Bernard », sur www.bibliotheques-clermontmetropole.eu (consulté le )
  3. Hôtel Maffet Astoria, Le Caire - Bernard Guillot - Librairie Mollat Bordeaux (lire en ligne)
  4. « Antoine Mislin », sur data.bnf.fr (consulté le )
  5. a et b « bernard guillot, photographies et gouaches - Expos dans le Grand Paris », sur Télérama.fr (consulté le )
  6. Alexandre, « Archives des 1998 », sur Alexandre Castant (consulté le )
  7. « Bernard Guillot, l'amant du Caire », sur Le Quotidien de l'Art (consulté le )
  8. Brigitte Ollier, « Bernard Guillot côté jardins », sur Libération (consulté le )
  9. a et b Evelyne Trân, « Immersion un film de Jaques Dutoit avec Bernard Guillot à la Cinémathèque de Paris », sur Théâtre au Vent, (consulté le )
  10. « Jacques DUTOIT », sur Premiere.fr (consulté le )
  11. « ▷ Bernard Guillot | Achat d'Oeuvres et Biographie - Artsper », sur ▷ Artsper | Achat tableaux et œuvres d'Art Contemporain (consulté le )
  12. « Bernard Guillot – mag elle aime » (consulté le )
  13. (en-GB) « Bernard Guillot », sur TINTERA photographic art consultancy (consulté le )
  14. Claudine Le Tourneur d'Ison, « Bernard Guillot, l'amant du Caire », sur Le Quotidien de l'Art, (consulté le )
  15. « Bernard Guillot - Retour à New York », sur Alexandre Castant, (consulté le )
  16. « Alexandrie | Revue Noire », sur www.revuenoire.com (consulté le )
  17. a b et c « GUILLOT Bernard », sur Filigranes Editions (consulté le )
  18. « Bernard Guillot ou l´incandescence des images », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  19. « Bernard Guillot, Au-delà de Berlin. Galerie F. Moisan – mag elle aime » (consulté le )
  20. « Exposition : « Voyage autour de l’île de Moncontour. Photographies, photographies peintes, peintures » de Bernard Guillot | Actuphoto », sur actuphoto.com (consulté le )
  21. « Dans un Jardin. Un hommage au déjeuner sur l’herbe et au jardin de Monet à Giverny », sur www.fracnormandierouen.fr (consulté le )
  22. Brigitte Ollier, « Bernard Guillot côté jardins », sur Libération, (consulté le )
  23. Pascal Therme, « Bernard Guillot, Le Caire », sur Pascal Therme (consulté le )
  24. « Le pavillon blanc », sur Filigranes éditions (consulté le )
  25. « Galerie_Frédéric Moisan », sur www.galerie-fmoisan.fr (consulté le )
  26. « Galerie Malebranche - Paris Bernard Guillot », sur galerie-malebranche.com (consulté le )
  27. (en-GB) « Xenia Nikolskaya CV », sur TINTERA photographic art consultancy (consulté le )
  28. « Bernard GUILLOT Du 26 janvier au 16 mars 2013 »
  29. « Bernard Guillot », sur Centre Pompidou (consulté le )
  30. « Bernard Guillot, Hotel Maffet Astoria », sur www.cnap.fr (consulté le )
  31. « Les Collections des FRAC », sur www.lescollectionsdesfrac.fr (consulté le )
  32. « Voyages à l'intérieur de ma vie - Expos dans le Grand Paris », sur Télérama.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]