Bataille de Renty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Renty
Description de cette image, également commentée ci-après
Le roi remettant le cordon de l'Ordre de Saint-Michel au maréchal de Tavannes, le 13 août 1554 après la bataille.
Informations générales
Date 12 août 1554
Lieu Renty
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Drapeau de l'Espagne Monarchie espagnole
Royaume de France Royaume de France
Commandants
Charles Quint François de Guise

Dixième guerre d’Italie

Batailles

Metz - Marciano - Rienty

La bataille de Renty du 13 août 1554 est une victoire française sur le Saint-Empire romain germanique.

Contexte[modifier | modifier le code]

La bataille[modifier | modifier le code]

Le combat s'engage le 13 août. L'artillerie française bombarde le château de Renty. L'avant garde impériale attaque. Les forces s'affrontent au pied de la colline dominant Renty. Les troupes espagnoles sont refoulées suite au combat meurtrier où décèdent bon nombre de gentilhommes français jusqu'au Bois Guillaume. Cette position est décisive et l'armée française ne parvient pas à y pénétrer. Gaspard de Saulx se distingue par sa vaillance[3]. Gaspard II de Coligny met pied à terre, entre dans le bois avec un millier d'hommes, mène un combat acharné et réussit à s'emparer de l'artillerie espagnole[2].

Conséquences de la bataille[modifier | modifier le code]

L'armée espagnole perd près de deux mille hommes[3].

  • Malgré la victoire, l'armée française doit lever le siège de Renty le 15 août faute de munitions[2].
  • Henri II va remettre sur le champ de bataille le cordon de l'ordre de Saint Michel à Gaspard de Saulx en raison de sa conduite lors des combats.
  • L'armée française se replie sur Compiègne mais poursuit néanmoins son avantage en poursuivant Charles Quint lequel fuit pour ne pas être fait prisonnier[2].
  • L'empereur sera contraint d'accepter de conclure une trêve dite trêve de Vaucelles pour 5 ans (mais elle sera rompue dès l'année suivante).
  • Une plaque commémorative de la bataille a été installée dans l'église de Renty[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France tome 1, Paris, (lire en ligne), p. 133
  2. a, b, c, d et e « Bataille de Renty », sur Histoire de l'Europe et de la Méditerranée.fr
  3. a, b et c « La bataille de Renty », sur http://audopale.forumactif.com