Bataille de Barrosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Barrosa
Description de cette image, également commentée ci-après

Bataille de Chiclana, 5 mars 1811, huile sur toile de Louis-François Lejeune.

Informations générales
Date
Lieu Barrosa, au nord de Cadix, Espagne
Issue Victoire tactique alliée
Statu quo stratégique
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Commandants
Claude-Victor Perrin Manuel la Peña
Thomas Graham
Forces en présence
10 160 hommes 5 200 Britanniques et Portugais
~ 10 000 Espagnols
Pertes
2 380 tués, blessés ou prisonniers 1 240 tués ou blessés (Anglo-Portugais)
300 à 400 Espagnols

Guerre d'indépendance espagnole

Batailles

Première invasion du Portugal (1807-1808) et Insurrection espagnole (1808)

Dos de Mayo · Tolède · Bruc · Valdepeñas · Pont d'Alcolea · Port de Cadix · Olhão · Cabezón · Gérone (1er) · Saragosse (1er) · Valence (1er) · Medina del Rio Seco · Bailén · Évora · Roliça · Vimeiro

Convention de Cintra ‎

Campagne de Napoléon Ier en Espagne (1808-1809)
Durango · Valmaseda · Palo Hincado · Burgos (1re) · Roses · Espinosa · Tudela · Bubierca · Somosierra · Cardedeu · Saragosse (2e) · Sahagún · Molins de Rey · Gérone · Benavente · Castellón · Mansilla · Cacabelos · Lugo · Astorga (1er) · La Corogne
Deuxième campagne de Portugal et du Nord de l'Espagne (1809)
Chaves · Villafranca (1re) · Braga · Amarante · Lugo · Porto (1re) · Vigo · Grijó (en) · Porto (2de) · Puente de San Payo
Campagne de Castille et d'Andalousie (1809-1810)
Uclés · Yevenes · Ciudad Real (es) · Miajadas · Medellín · Alcantara · Talavera · Almonacid · Baños · Tamames · Hostalrich · Ocaña · Alba de Tormes · Cadix
Campagne d'Aragon et de Catalogne (1809-1814)
Valls (1re) · Gérone · Alcañiz · María-Belchite · Mollet · Vich · Villafranca (2e) · Lérida · La Bisbal · Tortose · Valls (2e) · Tarragone (1er) · Sagonte · Valence · Castalla (1er) · Castalla (2e) · Tarragone (2e) · Ordal
Troisième invasion du Portugal (1810-1811)
Astorga · Ciudad Rodrigo (1er) · Barquilla (en) · La Côa · Almeida (1er) · Trant · Buçaco · Torres Vedras · Pombal (en) · Redinha · Condeixa · Casal Novo (en) · Foz de Arouce (pt) · Sabugal · Fuentes de Oñoro · Almeida (2e)
Campagne de Castille (1811-1812)
Gebora (02-1811) · Campo Maior (03-1811) · 1re Badajoz (04-1811) · Fuentes de Oñoro (05-1811) · Albuera (05-1811) · Usagre (05-1811) · Cogorderos (06-1811) · El Bodón · Arroyomolinos (10-1811) · Siège de Tarifa (12-1811) (en) · Navas de Membrillo (12-1811) · Almagro (01-1812) · 2e Ciudad Rodrigo (01-1812) · 2e Badajoz (03-1812) · Villagarcia (04-1812) · Almaraz (05-1812) (en) · Maguilla (06-1812) (en) · Arapiles (07-1812) · García Hernández (07-1812) · Majadahonda (08-1812) · Retiro (08-1812) · Burgos (09-1812) · Villodrigo (10-1812)
Campagne de Vitoria et des Pyrénées (1813-1814)

Vitoria · Saint-Sébastien (1er) · Pyrénées · Sorauren · Buenza · Saint-Sébastien (2e) · San Marcial · Bidassoa · Pampelune · Nivelle · Nive

Traité de Valençay
Garris · Orthez · Bayonne · Toulouse
Coordonnées 36° 22′ 19″ N 6° 10′ 35″ O / 36.3719, -6.176536° 22′ 19″ Nord 6° 10′ 35″ Ouest / 36.3719, -6.1765

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Barrosa.

La bataille de Barrosa, également connu sous le nom de bataille de Chiclana, se déroule le près de Cadix, au sud de l'Espagne. Elle oppose le 1er corps d'armée du maréchal Claude-Victor Perrin à un corps expéditionnaire anglo-espagnol commandé par les généraux Thomas Graham et Manuel la Peña. Tactiquement favorable aux Alliés, l'affrontement se solde néanmoins sur un statu quo stratégique.

Au début de l'année 1810, les troupes françaises du maréchal Victor envahissent l'Andalousie et viennent mettre le siège devant Cadix. Ravitaillée par la mer, la place résiste de longs mois alors que la réduction drastique des effectifs en janvier 1811 met les assiégeants en difficulté. Voyant là l'opportunité de lever le siège, les Anglo-Espagnols débarquent à Tarifa, au sud de Cadix, un contingent expéditionnaire chargé de prendre à revers les lignes françaises. Victor, prévenu, redéploie son dispositif de façon à tendre un piège à ses adversaires. Une division se place sur la route de Cadix afin d'arrêter la marche des Alliés, tandis que lui-même avec le reste du 1er corps tombe à l'improviste sur la division anglo-portugaise d'arrière-garde aux ordres du général Graham.

Soutenant un combat acharné sur deux fronts, les Britanniques réussissent à mettre en déroute les colonnes françaises, mais l'absence presque totale de soutien de la part des Espagnols empêche de transformer cette victoire en triomphe. Les Français parviennent à se regrouper et à réoccuper leurs lignes de siège, de sorte que la victoire de Graham n'a qu'un impact limité sur la poursuite de la guerre. Les positions françaises demeurent inchangées jusqu'à l'année suivante, date à laquelle Victor lève définitivement le siège le 24 août 1812.

Contexte[modifier | modifier le code]

Au printemps de 1811, les troupes de Napoléon Ier occupent l'Espagne. La ville de Cadix, défendue par 25 000 hommes (20 000 espagnols et 5 000 britanniques) est assiégée par 25 000 Français commandés par le maréchal Victor. Un peu au Nord, la ville de Badajoz tombée aux mains des Français, est assiégée par les armées anglo-espagnoles. Le maréchal Soult fait détacher 8 000 hommes du siège de Cadix pour attaquer les Britanniques qui assiègent Badajoz lors de la bataille d'Albuera.

Pendant ce temps, pour tenter de lever le siège de Cadix, une force composite anglo-espagnole quitte Cadix par la mer, débarque à Algésiras, à 100 km au sud de Cadix pour attaquer par l'arrière les militaires français. Cette force est composée d'environ 15 000 Espagnols, sous le commandement du général espagnol Manuel de La Peña, et de 5 000 Britanniques commandés par le lieutenant-général Thomas Graham.

Les Français ont pris position à un endroit maintenant connu sous le nom de Pinar de los franceces, une zone marécageuse d'environ 15 km à l'est de la plage de Barrosa, à Chiclana de la Frontera, où la route vers Cadix et San Fernando passe entre un marécage et une forêt de pins. Cette situation empêche toute attaque sur les forces françaises mais elle laisse près de la côte une route qui mène directement à Cadix. Les troupes espagnoles, exténuées par une longue marche, arrivent sur la colline de Barrosa le 2 mars où La Peña décide de regagner au plus vite Cadix par la route côtière sans se mesurer aux positions françaises.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Carte de la bataille.

Le maréchal Victor plaça une de ses divisions, commandée par le général Eugène-Casimir Villatte, pour barrer la route aux soldats espagnols mais cette division est prise en tenaille par des forces venues de Cadix. Puis Victor fait attaquer la colline par une autre de ses divisions, la 1re, sous les ordres du général François Amable Ruffin. Les forces françaises partent à l'assaut de la colline et le contingent anglais — 470 hommes — doit battre en retraite. Quand les troupes françaises s'installent sur les hauteurs, le général Graham fait faire demi-tour au reste de ses troupes afin d'attaquer la colline. L'infanterie britannique avance en ligne tandis que les Français descendent de leur position en colonnes[1] pour les attaquer. Après un échange de coups de mousquets à bout portant, les deux divisions françaises doivent rompre les rangs et reculent vers Chiclana. Dans la mêlée, les Britanniques capturent l'aigle d'un régiment.

Le général Graham propose au général de La Peña de poursuivre les Français en déroute, mais celui-ci refuse et, rentrant à Cadix, contraint les forces anglaises à le suivre.

Conséquences[modifier | modifier le code]

D'un point de vue tactique et en termes de pertes infligées à l'ennemi, la bataille est une victoire des troupes britanniques. Elles ont déjà marché sur une distance considérable durant le jour et la nuit précédente et combattent les Français pratiquement deux fois plus nombreux[2]. D'un point de vue stratégique, cette bataille n'a aucun effet, puisque après l'affrontement les forces espagnoles reprennent leur marche vers Cadix sans tenter d'attaquer les lignes de siège françaises.

Portrait de Thomas Graham, provenant du frontispice de sa biographie par Alexandre M. Delavoye publiée en 1880.

Dans cette bataille, un certain Keogh du 87e régiment d'infanterie tente d'arracher l'aigle du 8e de ligne français. Keogh est tué dans sa tentative, mais le sergent Patrick Materson (ou Matersman, les documents sont contradictoires) finit par s'assurer de l'aigle en criant « par Dieu, les gars, j'ai eu le coucou ! ». Il reçoit plus tard pour cet exploit une « promotion sur le champ de bataille » et est élevé au grade de capitaine. L'ironie de l'histoire est que cette aigle a reçu une couronne de lauriers dorée de la main de Napoléon lui-même, en signe de distinction du 8e de ligne pour avoir forcé ce même 87e régiment britannique à battre en retraite avec de lourdes pertes à la bataille de Talavera.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir également Thomas Graham au chapitre « 1809-1811 » pour une relation différente de la bataille de Barrosa.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir note 1 de la Bataille d'Albuera sur les tactiques d'attaque respectives des Français et des Britanniques à cette époque.
  2. Sur instruction de La Peña, les Espagnols ne bougent pas et observent à distance alors que leurs alliés sont attaqués.

Liens externes[modifier | modifier le code]