Barga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Barga
Barga
Barga, dominée par le dôme San Cristoforo
Noms
Nom italien Barga
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Toscane Toscane 
Province Lucques 
Maire Caterina Campani (depuis le 27 mai 2019)
Code postal 55051
Code ISTAT 046003
Code cadastral A657
Préfixe tel. 0583
Démographie
Gentilé barghigiani
Population 10 327 hab. (31-12-2010[1])
Densité 156 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 04′ 00″ nord, 10° 29′ 00″ est
Altitude Min. 410 m
Max. 410 m
Superficie 6 600 ha = 66 km2
Divers
Saint patron San Cristoforo
Fête patronale 25 juillet
Localisation
Localisation de Barga
Localisation dans la province de Lucques.
Géolocalisation sur la carte : Toscane
Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
Barga
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Barga
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Barga
Liens
Site web Site officiel

Barga est une commune de la province de Lucques en Toscane (Italie). C'est la plus grande ville de la vallée du Serchio. Barga est le plus beau village d'Italie[2]; il est classifié drapeau orange par le Touring club[3] et slow city (ville où il fait bon vivre)[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Barga est située est 410 mètres d'altitude, sur la colline Remeggio du massif des Apennins, dans une zone vallonnée située entre la plaine de la ville de Lucques et les montagnes de la vallée de la Garfagnana. En contrebas se situe le fleuve Serchio.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits (frazioni) de Barga sont : Albiano (Albiane), Fornaci di Barga, Castelvecchio Pascoli, Sommocolonia, Tiglio, Renaio, San Pietro in Campo, Mologno, Loppia, Ponte all'Ania et Pedona.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Barga viendrait du nom d'un Lucumon (roi étrusque) nommé Lucio Barccolio de la ville de Luni. Le nom pourrait également provenir de la ville de Bargena dont les habitants sont venus en Italie avec Hannibal[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les découvertes archéologiques montrent que le territoire a été habité depuis la préhistoire. À l'époque préhistorique, il y avait une petite colonie des Ligures, qui ont ensuite été envahis par les Romains au IIe siècle av. J.-C. lors de leur expansion vers le nord. Les Lombards et leurs descendants occupent Barga et sa région au cours des VIe siècle, VIIe siècle et VIIIe siècle.

Au XXIe siècle, Barga obtient de Mathilde de Toscane des privilèges particuliers, notamment sur les taxes tout en restant sous l'autorité de Lucques. Pendant la période des communes libres, le territoire a subi des sièges continus de Lucques et de Pise, jusqu'à ce qu'en 1341 Barga ait préféré se soumettre à la république de Florence. Dans l'organisation administrative du Grand-Duché de Toscane, Barga faisait partie du district florentin. Au début du XIXe siècle, Barga est rattaché au duché de toscane dirigé par Élisa Bonaparte. Puis Barga revient dans le giron des Bourbons-Parme dirigé alors par Marie-Louise de Bourbon-Parme. En 1849, suite à l'annexion du duché de Lucques à la Toscane, Barga fait partie de la circonscription de Lucques nouvellement créée.

Connue pour sa production de soie, qu'elle exporte dans d'importants centres comme Florence, la ville conserve son autonomie jusqu'en 1859 avant d'être intégrée au royaume d'Italie en 1861. Après cette unification de l'Italie, Barga subit une baisse de sa situation économique, ce qui entraîne une émigration vers des pays tels que la France, l'Allemagne, la Russie, les États-Unis, le Royaume-Uni et notamment l'Écosse[5]. Depuis 1923, Barga fait partie de la province de Lucques.

La région de Barga faisait partie de la ligne gothique pendant la Seconde Guerre mondiale et fut le théâtre de combats acharnés entre les Alliés et les Allemands d'octobre 1944 à avril 1945, notamment lors de la bataille de la Garfagnana fin décembre 1944.

Démographie[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de la commune[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
8 juin 2009 En cours Marco Bonini Insieme per il futuro  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La châtaigne est un des produits locaux typiques[5].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

L 'église collégiale Saint Christophe[modifier | modifier le code]

La collégiale Saint Christophe (en italien : Duomo di San Cristoforo) est l'édifice religieux le plus important de Barga. Il appartient actuellement au diocèse de Pise[6]. Elle a été construite à différentes époques pendant 500 ans. La construction primitive date d'avant l'an 1000, des documents de 985 citent une église dédiée à Saint Christophe à Barga[6]. Dans les extensions ultérieures, des éléments architecturaux et décoratifs sont mis en valeur, allant du roman au gothique. La construction de l'église s'achève avec les deux chapelles latérales et le chœur. Pendant les XVIe siècle et XVIIe siècle l'église augmente son nombre d'autels, en atteignant 14 au XVIIIe siècle[6]. La dernière restauration d'ampleur eu lieu après le tremblement de terre de 1920[6].

L'église est orientée est-ouest et sa façade romane à l'ouest contient la porte principale. La porte principale en encadrée de deux colonnes avec des lions à leur sommet[5]. Un campanile se trouve sur le côté gauche de la porte principale. Sur le côté droit de la porte principale, on trouve une inscription dont la signification reste inconnue[6]. Les cloches sonnent les heures, elles ont inspiré à Giovanni Pascoli le poème Les Heures de Barga. Devant la cathédrale s'étend un large parvis qui offre une vue panoramique sur les environs.

A l'intérieur se trouve une chaire en marbre du XIIIe siècle du sculpteur Guido Bigarelli. Elle est soutenue par quatre colonnes en marbre rouge ; deux d'entre elles posées sur des lions couchés et une sur un vieillard assis. La cuve porte trois pupitres. Sur la cuve se trouvent des sculptures ainsi que les frises à motifs floraux et géométriques. Sur le côté sud de la chaire, une représentation de Saint Jean-baptiste. A l'ouest, de droite à gauche se trouvent l'Annonciation, la Nativité puis le Bain de l'Enfant. Sur le côté nord, se trouve la scène de l'Adoration des mages accompagnée des personnages dont l'identité fait débat. On y trouve également une représentation du tétramorphe (l'aigle formant l'un des trois pupitres).

L'église contient une peinture du XVIIIe siècle de Saint Christophe par Stefano Tofanelli[6]. On trouve également dans l'église deux bénitiers contemporains de la construction originelle, une statue en bois peinte de trois mètre de haut du XIIIe siècle représentant Saint Christophe[6], deux terres cuites émaillées de l'atelier Della Robbia un tabernacle pour l'une et un tondo pour l'autre, et un crucifix en bois peint.

Autres monuments religieux[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

Villa Pascoli
  • Le Teatro dei Differenti, construit en 1689 et reconstruit en 1795. IL est l'un des mieux préservé de Toscane.
  • Le palais Pretorio, ancien hôtel de ville et aujourd'hui musée municipal. Il a été la résidence des administrateurs florentins de 1351 à 1849[5]. On y visite aujourd'hui les anciennes prisons.
  • Le palais Pancrazi, siège de l'hôtel de ville, est un exemple de l'architecture florentine du XVIe siècle.
  • Le palais Angeli, dédié à Pietro degli Angeli.
  • Le palais Mordini, lieu de naissance d'Antonio Mordini, lieutenant de Garibaldi et homme politique.
  • Quelques vestiges des anciennes fortifications comme les portes Manciana, di Borgo et Macchiaia.
  • La villa Pascoli, ancienne résidence du poète Giovanni Pascoli décédé à Barga, maintenant musée dédié à son nom.
  • Les deux portes de Barga : porte royale (porta reale ou porta mancianella) principale entrée du centre historique et point de départ des principales rues de la ville ; et la porta macchiaia qui ouvre sur les forêts des Apennins.

Fêtes[modifier | modifier le code]

Tous les ans, le festival BargaJazz (lancé par Giancarlo et Franco Rizzardi) rassemble des jazzmen du monde entier pour une semaine de concerts. Chaque année, un grand jazzman américain est invité (Bruno Tomasso, Sonny Rollins...).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Barga[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a et b (en) « I Borghi piu belli d'Italia, Barga » (consulté le )
  3. (it) « Touring Club italiano, Barga » (consulté le )
  4. (it) « Cittaslow, Barga » (consulté le )
  5. a b c d et e (en) « VisitBarga.com, a brief introduction to Barga » (consulté le )
  6. a b c d e f et g (en) « VisitBarga.com, Barga's Duomo » (consulté le )
  7. (en) « VisitBarga.com, Loppia Parish Church » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :