Aven du Rousti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aven du Rousti
Image dans Infobox.
Localisation
Coordonnées
Pays
Région
Département
Massif
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
850 m
Longueur connue
300 m
Période de formation
Type de roche
Température
12 °C
Localisation sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
voir sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'aven du Rousti est un gouffre situé sur le plateau d'Albion dans la commune de Simiane-la-Rotonde, département des Alpes-de-Haute-Provence.

Spéléométrie[modifier | modifier le code]

La profondeur de l’aven du Rousti est de 63 m, pour un développement[N 1] d'environ 300 m[1],[2]

Géologie et karstologie[modifier | modifier le code]

L’aven s'ouvre dans les calcaires du Bédoulien.

L'aven du Rousti est situé en bordure de la dépression de Saint-Christol sur un replat incisé par des vallons. La galerie fossile située à la cote -20 m[N 2] (alt. 825 m) présente des cupules sur les parois, dont le sens va de l’est vers l’ouest, ainsi que des coupoles notamment au droit des fractures. Ces fractures ont été réempruntées par des circulations verticales, comme celle du puits d’entrée de l’aven. La galerie fossile est longue de 80 m pour une largeur de 5 m et contient d'intéressants remplissages[3] étudiés par Christophe Depambour[4]. On y trouve des galets roulés assez gros, parfois de la taille du poing, l’ensemble des remplissages fluviatiles est recouvert par d’épais planchers stalagmitiques[5]. À l'ouest de l'aven, dans le versant du vallon, quelques planchers stalagmitiques en place attestent du recoupement de la galerie aujourd'hui perchée quelque 600 m au-dessus du niveau de base actuel. C’est à cet endroit qu’a été ouvert un deuxième accès à la cavité.

Oronymie[modifier | modifier le code]

Histoire des explorations[modifier | modifier le code]

Pierre Martel visite l'aven en 1948[6] ou 1949[7]. Puis divers clubs, les Spéléo-clubs d'Apt et de Manosque, le Groupe spéléologique de Carpentras, effectuent des découvertes notables qui font passer la cote de -40 à -63 m[8]. En 2003, la désobstruction d’une deuxième entrée permet de faire une traversée, équipée en via ferrata. Cette nouvelle entrée est plus commode pour le guidage spéléologique qui est pratiquée dans cette cavité.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parein René & Languille André (1981) - La Haute Provence souterraine. Contribution à l’étude spéléologique du bassin d’alimentation présumé de la fontaine de Vaucluse. Chez les auteurs, 422 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.
  2. En spéléologie, les mesures négatives ou positives se définissent par rapport à un point de référence qui est l'entrée du réseau, connue, la plus élevée en altitude.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. », Spelunca Mémoires n° 27,‎ , p. 160 (ISSN 0249-0544).
  2. « Coupe de l'Aven du Rousti », sur speleo-vaucluse.fr.
  3. Depambour Christophe (1999) – Le karst du Plateau d’Albion. DEA Milieux physiques méditerranéens, Aix-en-Provence, 148 p.
  4. Depambour Christophe (1998) – La galerie supérieure de l’aven du Rousti et ses remplissages (Vaucluse, France). Actes de la 8e Rencontre d’Octobre, Avignon - 3 & 4 octobre 1998, pp. 25-27.
  5. Depambour Christophe & Guendon Jean-Louis (2003) – Eléments de réflexion sur la morphogenèse des plateaux de Vaucluse (France) : les apports du karst superficiel. Karstologia, n° 42, pp. 1-14.
  6. Parein René & Languille André (1981) - La Haute Provence souterraine. Contribution à l’étude spéléologique du bassin d’alimentation présumé de la fontaine de Vaucluse. Chez les auteurs, 422 p.
  7. Martel Pierre (1952) – Explorations spéléologiques sur le plateau de Saint-Christol et de la montagne de Lure. Ann. de Spél., Spelunca 3e série, tome VII, fasc. 1, pp. 31-54.
  8. Chabert Claude (1981) – Les Grandes Cavités Françaises - Inventaire raisonné. F. F. S. édit., pp. 7-9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]