Aurélie Jean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aurélie Jean, née en 1982, est une scientifique numéricienne et entrepreneure française spécialisée dans les algorithmes et la modélisation numérique.

Le magazine Forbes l'a classée parmi les 40 Françaises les plus influentes de l'année 2019.

Formation[modifier | modifier le code]

Aurélie Hélène Marie Jean[1] poursuit ses études à l'Université Pierre-et-Marie-Curie (licence de physique et mécanique), à l'École normale supérieure Paris-Saclay (magistère de mécanique) et à l’École nationale supérieure des mines de Paris[2]. Elle est docteure en science des matériaux et en mécanique numérique[3]. Après une thèse portant sur l'étude d'un élastomère chargé, de sa nanostructure à son macro-comportement en 2009, elle poursuit sa recherche postdoctorale et sa formation à l’université d'État de Pennsylvanie et au Massachusetts Institute of Technology (MIT)[4] dans la modélisation numérique appliquée à la médecine. À l'université de Pennsylvanie en particulier, elle travaille sur l’élaboration d’un tissu cardiaque plus flexible qui pourrait servir à réparer les tissus malades du myocarde après un infarctus[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Depuis 2018, elle vit entre les États-Unis et la France, où elle partage son temps entre le conseil, la recherche, l’enseignement et les contributions éditoriales. Elle tient une chronique hebdomadaire sur les sciences et les technologies dans le magazine Le Point[6]. Après son parcours universitaire, elle travaille notamment presque deux ans chez Bloomberg comme développeuse informatique sur des questions de modélisation[7], avant d'être nommée en septembre 2018 consultante senior par le Boston Consulting Group[8].

Elle est la marraine de la première promotion de l’École IA Microsoft à Issy-les-Moulineaux[9].

En 2019, elle publie De l’autre côté de la machine - Voyage d’une scientifique au pays des algorithmes[10] pour pallier, selon un article paru sur le site de l'AFIS, les « nombreuses incompréhensions » en la matière. L'ouvrage traite non seulement de l'histoire des algorithmes, mais aussi des biais dont ceux-ci sont entachés. Aurélie Jean décrit par exemple le cas de l'algorithme de recrutement d'Amazon, entraîné « sur la base de données des embauches des dix années précédentes où la majorité des postes avaient été pourvus par des hommes ; l’algorithme en a donc conclu, à tort, que les hommes étaient de meilleurs candidats »[5].

Fondatrice et dirigeante de la société In Silico Veritas[11] à New York, elle est spécialisée dans les algorithmes et la modélisation numérique.

Elle est considérée par le magazine Forbes comme l'une des 40 Françaises les plus influentes de l'année 2019[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée chevalier de l'ordre national du Mérite au titre de « présidente-directrice générale d'une société de conseil ; 12 ans de services »[1]. Début 2020, elle est nommée membre d'honneur de la Société informatique de France[13].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • De l'autre côté de la machine : voyage d'une scientifique au pays des algorithmes, Paris, Ed. de l'Observatoire, coll. « De facto », , 205 p. (ISBN 979-10-329-0540-1, notice BnF no FRBNF45790028)[14].
  • Aurélie Jean, L'apprentissage fait la force, Paris, Ed. de l'Observatoire, coll. « Et Après ? », , 205 p. (ISBN 979-10-329-1578-3)[15].

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) Aurélie Jean, D. Jeulin, S. Cantournet et F. N'Guyen, « A multiscale microstructure model of carbon black distribution in rubber », Journal of Microscopy, vol. 241, no 3,‎ , p. 243-260 (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  • (en) Aurélie Jean et George C. Engelmayr, Jr., « Finite element analysis of an accordion-like honeycomb scaffold for cardiac tissue engineering », Journal of biomechanics, vol. 43, no 15,‎ , p. 3035-3043 (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  • (en) Rebekah A. Neal, Aurélie Jean, Hyoungshin Park, Patrick B. Wu, James Hsiao, George C. EngelmayrJr., Robert Langer et Lisa E. Freed, « Three-Dimensional Elastomeric Scaffolds Designed with Cardiac-Mimetic Structural and Mechanical Features », Tissue Engineering Part A, vol. 19, nos 5-6,‎ , p. 793-807 (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  • (en) Nafiseh Masoumi, Aurélie Jean, Jeffrey T Zugates, Katherine L Johnson et George C Engelmayr Jr., « Laser microfabricated poly (glycerol sebacate) scaffolds for heart valve tissue engineering », Journal of biomedical materials research Part A, vol. 101, no 1,‎ , p. 104-114 (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).
  • (en) Aurélie Jean, Michelle K. Nyein, James Q. Zheng, David F. Moore, John D. Joannopoulos et Raúl Radovitzky, « An animal-to-human scaling law for blast-induced traumatic brain injury risk assessment », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 111, no 43,‎ , p. 15310-15315 (lire en ligne, consulté le 1er juin 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret du 29 mai 2019 portant promotion et nomination.
  2. « Aurélie Jean - 28 Minutes », Arte,‎ (lire en ligne)
  3. Pierre Mangin, « Qui Sont Ces Femmes Championnes De La Tech ? », Forbes France,‎ (lire en ligne)
  4. « Aurélie Jean : « Ce que m'a appris le MIT » », Le Point,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Camille Williams, « De l’autre côté de la machine », sur afis.org,
  6. Sébastien Le Fol, Guillaume Grallet, « Aurélie Jean : « Donnons une chance aux outsiders » », sur Le Point,
  7. Virginie Bloch-Lainé, « Aurélie Jean, intelligence pas artificielle », Libération,‎ (lire en ligne)
  8. « BCG étoffe son bureau parisien », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  9. « Aurélie Jean, numéricienne : 'si tu n'es pas cool, je ne veux pas bosser avec toi' », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  10. Patrick Williams, « Aurélie Jean : les algorithmes dessinent des hypothèses, des scénarios, des tendances », Elle,‎ (lire en ligne)
  11. Adeline Arénas, « Aurélie Jean, codeuse et fondatrice d'In Silico Veritas / @Aurelie_JEAN @insilicoveritas », Daily Digital,‎ (lire en ligne)
  12. Gaëlle Ménage, « Femmes Forbes : Les 40 Françaises Qui Comptent En 2019 », Forbes France,‎ (lire en ligne)
  13. « 2020 : Monique Chabre-Peccoud, Gérard Berry, Claude Girault et Aurélie Jean sont membres d'honneur. - SIF », sur SIF, (consulté le 28 avril 2020).
  14. « De l'autre côté de la Machine - Voyage d'une scientifique au pays des algorithmes », sur France Culture (consulté le 19 janvier 2020)
  15. « In Silico Veritas peut appliquer ses algorithmes dans tous les domaines », Challenges, no 661,‎ , p. 49