Augustine (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Augustine (homonymie).
Augustine
Réalisation Alice Winocour
Scénario Alice Winocour
Acteurs principaux
Sociétés de production Dharamsala
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 102 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Augustine est un film français écrit et réalisé par Alice Winocour, sorti en 2012.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1885, Augustine, jeune fille atteinte d'hystérie, rencontre le professeur Jean-Martin Charcot qui démontre devant l'Académie de Médecine que l'hypnose permet d'en déclencher tous les symptômes. Elle lui permet de constater que des traumatismes émotionnels sont, au moins en partie, responsables de l'installation de la maladie. Il montre aussi que les symptômes nerveux dont Augustine est le siège ont une valeur particulière (psychodynamique) qui ne peut se ramener à des lésions anatomiques précises.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le tableau d'André Brouillet.

« À l’origine du film, il y a une image…
Le tableau d’André Brouillet Le Docteur Charcot à la Salpêtrière qui représente des hommes habillés en costume trois pièces regardant une femme comme un animal traqué. Je trouvais qu’il y avait quelque chose de très violent dans cette situation ; des hommes habillés et une femme presque livrée en pâture. Cette atmosphère sulfureuse de la Salpêtrière, ce mélange du côté médical et l’érotisme latent derrière l’alibi médical m’a fascinée. »

— Interview d'Alice Winocour sur le site Grand Écart

  • La réalisatrice-scénariste a travaillé à partir de lectures (La Guérison par l’esprit de Stefan Zweig, notamment), mais aussi en épluchant les archives de Charcot[1].

Accueil[modifier | modifier le code]

« Augustine est le premier film le plus maîtrisé que l'on ait vu depuis longtemps. Chaque plan est cadré avec une précision méticuleuse, chaque décor, chaque costume sont choisis avec un soin maniaque. Tout est calculé. Presque trop. Même si elle voulait faire ressentir, à chaque instant, le lent étouffement, l'asphyxie permanente des personnages, on eût aimé, tout de même, que la réalisatrice laissât deviner dans sa mise en scène — de temps à autre, au moins ! — un petit souffle de liberté. Or, non... »

— Pierre Murat, Télérama, 7 novembre 2012

« Winocour raconte, par une reconstitution soyeuse et minimaliste, l’histoire d’une re-possession : comment, grâce à la sexualité, la jeune fille va regagner son corps, s’affirmer comme sujet. Sur la stricte question de la représentation du corps (dé)possédé, Winocour fait même mieux que trois cinéastes pourtant expérimentés : David Cronenberg (A Dangerous Method), Abdellatif Kechiche (Vénus noire), Darren Aronofsky (Black Swan). »

— Les Inrocks, 6 novembre 2012

« S’inspirant donc de faits réels, le film construit une fiction qui relate avec une grande économie de moyens ce moment ambigu où l’homme de science, censé guérir sa jeune malade, ne cesse en réalité de lui demander de perdurer dans sa pathologie qui seule peut lui octroyer les subsides de l’Académie de sciences et une notoriété toujours plus retentissante. »

— Didier Péron, Libération, 6 novembre 2012

Promotion[modifier | modifier le code]

Augustine a été présenté le au Festival de Cannes[2] ainsi que le au Festival international du film de La Rochelle[3] et le au Festival du film francophone d'Angoulême[4].

Distinction[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview d'Alice Winocour sur Rue89.com
  2. « Augustine », sur Festival de Cannes, (consulté le 12 octobre 2012)
  3. « Augustine », sur Festival international du film de La Rochelle, (consulté le 12 octobre 2012)
  4. « Festival du Film Francophone d’Angoulême : la sélection officielle », sur Angoulême.fr, (consulté le 12 octobre 2012)
  5. (fr) Fondation Gan, « Alice Winocour : Lauréat 2011 », sur fondation-gan.com, Fondation Gan, (consulté le 19 novembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]