Audax Club parisien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Audax Club Parisien)
Aller à : navigation, rechercher
Audax Club parisien
Généralités
Fondation 1904

L’Audax Club parisien est un club cycliste constitué en association loi de 1901, fondé à Paris en 1904. Il organise des épreuves sportives pour les cyclotouristes.

Historique[modifier | modifier le code]

Avril 1904 — Création des brevets Audax cyclistes[modifier | modifier le code]

Henri Desgrange, du journal L'Auto, organise une épreuve visant à décerner des brevets de cyclisme. Celle-ci consiste à parcourir 200 km soit l'aller-retour entre Paris et Gaillon, à une moyenne de 18 km/h, sous la conduite de capitaines de route. Cette épreuve marque la naissance du brevet Audax cyclistes.

30 novembre 1904 - Fondation de l’Audax Club parisien[modifier | modifier le code]

Des amis, titulaires du brevet Audax cyclistes, décident peu après de créer une association à but non lucratif dans le but « d'encourager le développement du grand tourisme à bicyclette, d'éduquer les cyclistes, d'en faire des cyclotouristes ardents, des randonneurs endurcis et d'organiser des excursions ». Ils fixent le siège du nouvel Audax Club parisien au café du Vaudeville, 29 rue Vivienne, à Paris. La déclaration de l'association paraît au Journal officiel le 28 décembre 1904.

1906 - Gestion des brevets Audax[modifier | modifier le code]

En 1906, l'ACP se voit confier, par Henri Desgrange, l'organisation des brevets Audax cyclistes, qu'il va assurer en parallèle avec ses activités habituelles. Le club contribue ensuite pendant quinze ans à la prospérité de ces brevets.

1921 - Le schisme[modifier | modifier le code]

En 1921, deux événements vont amener Henri Desgrange à retirer à l'ACP l'organisation des brevets Audax. Tout d'abord, l'ACP soutient L'Écho des sports, un journal concurrent de L'Auto, à l'occasion de l'organisation de la Polymultipliée de Chanteloup. Ensuite, les capitaines de route ne font pas respecter l'allure prévue (18 km/h) lors de l'épreuve visant à l'obtention du brevet, organisée le 10 avril 1910.

Certains capitaines choisissent alors de quitter l'ACP et créent l'Union des Audax Clubs parisiens, l'actuelle Union des Audax français (UAF), auquel le journal l'Auto confie l'organisation des brevets Audax.

En remplacement, l'Audax Club parisien crée le brevet de randonneur français à allure libre, dont le 200 000e brevet de « 200 km » a été fêté en 2003.

1923 - Naissance de la Fédération française des sociétés de cyclotourisme (FFSC)[modifier | modifier le code]

Le 8 décembre est créée la Fédération française des sociétés de cyclotourisme (FFSC), qui deviendra en 1942 la Fédération française de cyclotourisme ou FFCT. L'Audax Club parisien fait partie des sociétés fondatrices de la Fédération avec les Francs routiers, le Cycle excursionniste parisien, le Touriste Club parisien et les Tandémistes parisiens.

Gaston Cément, alors président de l'ACP, devient le premier président de cette nouvelle fédération.

1963 - La fusion[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, deux clubs sont dans le creux de la vague : l'Audax Club parisien et le VCCA.

Jean Dejeans, président de l’ACP qu'il était, décide de rencontrer Gilbert Bulte, président du VCCA, pour lui proposer une fusion des deux clubs. Afin de le remettre sur pied, quelques membres présents depuis les débuts et d'autres, revenus à cette occasion, joignent leurs efforts afin de ramener l'ACP au statut de club de premier plan de l'activité cyclotouriste. Gilbert Bulte est nommé président de l'Audax Club parisien.

Principales organisations toujours en place[modifier | modifier le code]

Brevet randonneur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brevet randonneurs mondiaux.

C'est en 1921, à la suite du retrait par Henri Desgrange de l'organisation des brevets Audax par l’ACP, qu'est organisé le premier brevet de randonneur à allure libre. « Allure libre », c'est l’adaptation d’une vitesse de croisière à ses moyens, de 14 km/h à l’infini. Le but est de tenir jusqu'au bout du brevet et de se trouver à l'arrivée en parfaite possession de ses moyens, pas ou peu fatigué. Cette organisation française est étendue à l'Europe en 1976 et au monde entier en 1983. Elle prend alors le nom de brevet randonneurs mondiaux (BRM). Il existe cinq distances de BRM : 200 km, 300 km, 400 km, 600 km et 1 000 km.

Le Paris-Brest-Paris randonneur[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Paris-Brest-Paris randonneur.

En 1931, à l'occasion de la cinquième édition décennale Paris-Brest et retour qui, jusque-là, était réservé aux professionnels et touristes routiers, Camille Durand, président de l'ACP, décide la création d'une épreuve de randonneurs à allure libre sur 1 200 km.

Lors de ce premier Paris-Brest-Paris randonneur organisé par l'ACP, les délais accordés étaient de 60 heures minimum et 96 heures maximum. 62 participants prirent le départ, 44 rejoignirent l’arrivée. Le temps maximum a été ramené à 90 heures en 1966.[réf. nécessaire]

En raison de la guerre, la deuxième édition du PBP randonneur n'eut lieu qu'en 1948, pour ensuite être organisé tous les 5 ans jusqu'en 1971. À compter de 1975, la périodicité sera quadriennale

La progression des étrangers est constante depuis 1971 et leur nombre a même dépassé celui des Français en 1991, 2003 et 2007.

La Flèche Velocio[modifier | modifier le code]

La Flèche Vélocio voit le jour en 1947 en hommage à Paul de Vivie (alias Velocia) et à ses raids stéphanois en direction de la Provence à Pâques.

Il s'agit d'une épreuve par équipe de 3 à 5 machines au départ de Paris Notre-Dame, kilomètre zéro, pour rejoindre en Provence le lieu de la Concentration pascale et parcourir un minimum de 360 km en 24 heures.

La première édition ne voit qu'une seule équipe tester l’épreuve. Ils effectueront 461 km et arriveront à Grignon. De nombreuses années s’écoulent avant de voir l'épanouissement de cette épreuve. Par la suite, les départs sont autorisés de n'importe quels lieux de France ou de l'étranger; ceci facilite l'évolution et donne un véritable essor à cette organisation.

En 1988, la Fléchette Vélocio est créée, petite sœur de la Flèche Vélocio. Le but est de faire découvrir et aimer aux jeunes la grande randonnée en équipe. La Fléchette est une randonnée cycliste de 12 heures (dont une heure de nuit au maximum mais pas obligatoire) en direction de la Concentration pascale. Le kilométrage doit être compris entre 150 km et 250 km.

Chaque équipe comprend au maximum 5 participants dont 4 Jeunes âgés de 14 à 18 ans (de 14 à 20 ans depuis 2004) et un adulte ayant déjà réalisé au moins une Flèche Vélocio homologuée ou titulaire d'un diplôme de moniteur fédéral.

Les Flèches de France[modifier | modifier le code]

Créées en 1954 par le VCCA, elles sont devenues organisations de l'ACP lors de la fusion des deux sociétés. Elles sont un des fleurons du club.

C’est en 1953 que Robert Lepertel émit l'idée de relier Paris à 20 villes côtières ou frontalières. Dès 1954, Gilbert Dauvergne établit les vingt itinéraires qui sont devenus "Classiques" en 1988 à la création des flèches touristiques. Depuis, 40 000 flèches ont été réalisées représentant 18 millions de km faisant des Flèches de France la première des randonnées permanentes.[réf. souhaitée]

De la plus petite, Paris-Dieppe (175 km) effectuée en un jour, à la plus grande Paris-Perpignan (1 000 km), toutes offrent leurs panoramas et leurs difficultés. Lorsque le cycle des 20 flèches se termine, une plaquette souvenir des 11 000 km effectués est offerte aux heureux lauréats.

Le Tour de Corse[modifier | modifier le code]

Lors de la création des Flèches de France en 1954, il n'était pas possible de créer une Flèche Paris - Ajaccio ou Paris - Bastia, d'où l'idée du VCCA en 1956, de concevoir un Tour de Corse. Lors de la fusion des deux clubs ACP - VCCA en 1963, la gestion du Tour de Corse est reprise par l’ACP.

Un itinéraire est proposé mais il peut être modifié à sa convenance ; seul le passage dans les 16 contrôles retenus est obligatoire et est à valider par le pointage de la carte de route. Le Tour de Corse a obtenu le label national de la FFCT en 1995 sous le numéro 125.

Les Traces Vélocio[modifier | modifier le code]

Cette randonnée a été créée en 1996 par la FFCT. En 1999, dans le cadre de la décentralisation des activités fédérales, le comité directeur fédéral transfère l'organisation des Traces Vélocio à l'ACP.

Une Trace comprend une équipe de 2 à 6 machines, partant généralement le samedi d'un endroit de son choix pour un parcours d’une distance comprise entre 201 et 360 km, neutralisé la nuit. La trace est homologuée le dimanche matin sur le site de la Concentration pascale.

Les Relais de France[modifier | modifier le code]

Cette randonnée a été créée en 1978 par l'US Créteil sous l'impulsion de Mr Roger BAUMANN. En 2012, l'US Créteil décide d'abandonner cette organisation. Etant parfaitement complémentaire des Flèches de France, Les Relais de France sont repris en 2013 par l'Audax Club Parisien. Jean-Pierre Pendu assure la reprise de ces activités en adaptant le règlement et les parcours.

Organisations ACP appartenant au club mais qui ne sont plus organisées[modifier | modifier le code]

Outre les brevets d'Audax organisés jusqu'en 1921, le club aura également organisé des raids de 300 et 400 km. À partir de 1914, ces raids ne sont plus placés sous la conduite de capitaines de route, le candidat pouvait cycler seul, à son allure personnelle, n'ayant à répondre qu’aux différents contrôles fixes ou secrets.

En 1913 et 1914, puis à partir de 1921, l'ACP prête son concours à l'organisation d'un Championnat de bicyclette polymultipliée sur le circuit de Chanteloup. Ce championnat devient plus tard le Brevet de grimpeur de Chanteloup: les concurrents devaient effectuer 10 tours du circuit en 5 heures maximum. La carte de route devait être timbrée lors de chaque tour et la marche à pied était interdite.

Pendant l'entre-deux-guerres, l'ACP est le plus important club de la région parisienne. À la fin des années 1930, l'A.C.P., toujours en avance sur le temps, crée deux organisations inédites qui eurent beaucoup de succès après Seconde Guerre mondiale:

  • Le critérium d'hiver parisien, qui consistait à effectuer isolément, dans Paris ou la très proche banlieue, un parcours en se rendant aux différents contrôles indiqués succinctement et de répondre à un questionnaire reçu au départ et remis à l'arrivée. Le classement était effectué compte tenu du temps réel mis pour effectuer le circuit, augmenté éventuellement des pénalités accordées pour réponse erronée ou non réponse.
  • Le critérium des cyclotouristes, une épreuve organisée l'été sur un parcours d’environ 90 km sur tous terrains praticables. Celle-ci devait être couverte à une moyenne de 15 km/h. Départs séparés avec dispersion de contrôle à contrôle, chacun étant ainsi dans l’obligation de rechercher, d'après la carte, le contrôle suivant sommairement indiqué. Il ne s'agissait ni d'une course ni d'un brevet mais d'une épreuve également touristique puisque souvent hors des chemins battus ; sportive, quoique la vitesse pure en soit exclue mais dont le minimum exige une certaine qualité ; technique, les concurrents étant livrés à eux-mêmes dès le départ et devaient assurer aussi bien la réparation de leur machine que la recherche du parcours à effectuer.

La Journée Velocio parisienne[modifier | modifier le code]

Une des organisations "phare" de l'A.C.P. était la Journée Velocio parisienne devenue plus tard la Matinée Velocio. C’est en 1924 qu'a lieu la première édition, dans la côte de la Madeleine en Vallée de Chevreuse. En 1925, elle est organisée dans la côte de la Jonchère à Bougival et, à compter de 1926, elle prend place dans la côte de la Barbanerie à Maurecourt puis dans celle de Jouy-le-Moutier. Annulée en 1980 par défaut d’autorisation, elle se déplace en 1981 et 1982 dans la côte des Princes dans le Val-d'Oise.

Elle disparaît ensuite du calendrier de la Fédération française de cyclotourisme. L’Audax essaie de la sauver en l'organisant sous l'égide de l'UFOLEP et, à compter de 1983, sur le circuit routier de l’autodrome de Montlhéry. L'évènement est finalement abandonné en 1988.

Le brevet de grimpeur TA[modifier | modifier le code]

La création du brevet de grimpeur TA était la suite logique du brevet de grimpeur de Chanteloup qui ne pouvait plus avoir lieu sur son circuit. Le délai de 5 heures est maintenu en vigueur, l’épreuve ne comportant pas de classement. Les machines doivent être équipées de garde-boue avant et arrière, seules exigences anciennes qui furent maintenues. Ce Brevet est étendu à toute la France en 1975, un an après la création du super brevet de grimpeur TA auquel participait les qualifiés du brevet simple.

Dans l’esprit de ses créateurs, le super brevet était une sorte de grande finale nationale, la fête du vélo. Il fut organisé pendant 5 ans à Verdigny sur un parcours particulièrement difficile, puis passa par Neufchâtel-en-Bray et Trucy. La dernière édition a lieu en 1987.

Challenge national Georges-Navet[modifier | modifier le code]

Ce challenge, créé en 1980, était destiné à promouvoir le cyclotourisme de grande randonnée. Ouvert à toutes les sociétés de cyclotourisme, il permet pendant 11 ans à 60 grandes randonnées françaises sélectionnées d'au moins 200 km de faire découvrir leurs parcours. Le choix des organisations était fait sur proposition des sociétés organisatrices, qui transmettaient chaque année à l'ACP les résultats.

En 1992, l'ACP - en accord avec les établissements Spécialités T.A. - décide de mettre fin à l'épreuve.

Gentlemen parisiens[modifier | modifier le code]

Les Gentlemen parisiens ont été organisés pour la première fois en 1965 sur le parcours de La Malnoue à Croissy-Beaubourg. Il s’agit d'une épreuve cycliste disputée suivant la formule handicap contre-la-montre par équipe de deux. Le temps est pris sur le gentleman pour les équipes "hommes" et sur la féminine pour les équipes "mixtes".

Pour le temps compensé, il est accordé

  • une seconde par mois d'âge au-dessus de 40 ans pour le gentleman homme ;
  • une seconde par mois d'âge au-dessus de 35 ans pour les femmes.

En 1981 la conjonction des pouvoirs publics, du Ministère français des sports et de l’accord du conseil d’administration de la FFCT, font qu'au sein de cette dernière plus aucune manifestation à caractère strictement sportif ne peut être envisagée. En conséquence, l'assemblée générale de fin 1980 a décidé de ratifier la décision unanime prise par le Bureau d'avoir la double appartenance fédérale FFCT et UFOLEP à partir de 1981.

Au cours des années, les parcours ont été modifiés. Ils se sont déroulés successivement au Plessis-aux-Bois, puis à compter de 1982 sur le circuit routier de l'autodrome de Linas-Montlhéry puis en forêt de Rambouillet, près de Poigny-la-Forêt, depuis 1995.

Cette organisation est abandonnée en 2010 par ses bénévoles déjà trop sollicités.

Liste des présidents de l’Audax Club parisien[modifier | modifier le code]

Présidents
Années Nom du Président
1904 Armand Le Rendu
1909-1910 Louis Roudaire
1911 - 1912 Fernand Fauveau
1913 - 1914 Paul Leclercq
1915 - 1916 Henri de Coppet
1917 - 1918 Maurice Maitre
1919 - 1922 Armand Dubray
1923 - 1924 Gaston Leclere
1925 - 1926 Maurice Maitre
1927 - 1931 Camille Durand
1932 - 1934 Adolphe Descube
1935 - 1937 Paul Pangaud
1938 - 1942 René Samson
1943 - 1945 Pierre Molinier
1946 Pierre Molinier
1946 Henri Content
Présidents (suite)
Année Nom du Président
1946 - 1950 Jean Dejeans
1951 Alfred Gadeceau
1952 Lucien Virgile
1953 - 1956 René Martinez
1957 - 1962 Jacques Passays
1963 Jean Dejean
1964 - 1971 Gilbert Bulte
1972 - 1983 Robert Lepertel
1984 Marie-Thérèse Martin
1985 - 1991 Jean-Claude Masse
1991 - 1995 Claude Aubague
1996 - 2008 Pierre Theobald
2009 - 2010 Thierry Miton
2010 (interim 5 mois) Jean-Gualbert Faburel
2011 Thierry Rivet

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]