Maurecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maurecourt
Maurecourt
L'hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Saint-Germain-en-Laye
Canton Conflans-Sainte-Honorine
Intercommunalité Cergy-Pontoise
Maire
Mandat
Gérald Rutault (DVG)
2014-2020
Code postal 78780
Code commune 78382
Démographie
Gentilé maurecourtois
Population
municipale
4 422 hab. (2015 en augmentation de 2,79 % par rapport à 2010)
Densité 1 212 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 53″ nord, 2° 03′ 46″ est
Altitude Min. 19 m
Max. 167 m
Superficie 3,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Maurecourt

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Maurecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maurecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maurecourt
Liens
Site web http://www.ville-maurecourt.fr/

Maurecourt est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France. C'est une des communes de la communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise.

Ses habitants sont appelés les Maurecourtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Maurecourt dans les Yvelines.
Locator Dot.png

La commune se situe au nord du département des Yvelines, en limite du département du Val-d'Oise, bordée à l'est par l'Oise, en rive droite, et à l'ouest par la forêt domaniale de l'Hautil. Elle se trouve à environ 32 kilomètres au nord-ouest de Paris, à 27 kilomètres au nord de Versailles et à 14 kilomètres au nord de son chef-lieu d'arrondissement Saint-Germain-en-Laye.

Les communes limitrophes en sont Conflans-Sainte-Honorine à l'est, sur la rive gauche de l'Oise, Andrésy au sud, Triel-sur-Seine à l'ouest, Jouy-le-Moutier au nord et Neuville-sur-Oise au nord-est, ces deux dernières communes faisant partie du département du Val-d'Oise.

La commune rejoint la communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise le 1er juillet 2012[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mauricuria en 1209[2], Morcort[3].

Le nom de « Maurecourt », qui s'écrivait autrefois « Morecourt », viendrait d'un nom romain, Maurus ou d'un anthroponyme germain, Moricho[2], suivi de l'appellatif postposé -court, qui signifie « cour de ferme », « établissement agricole entouré d'un mur d'enceinte ».

Selon une autre hypothèse, Maurecourt - écrit Morecourt - se décompose en « more », soit « lande, marais, tourbière », d'une part, et en «court», soit «domaine rural, enclos[4]», de l'autre.

Morecourt désignerait donc un domaine rural du marais (ou de la lande), soit, de nos jours, la ferme du marais (ou de la lande).

Histoire[modifier | modifier le code]

Premiers peuplements[modifier | modifier le code]

On a retrouvé à Maurecourt un petit coq en bronze datant de la préhistoire, mais les premières traces averrées remontent à l’époque romaine. Les Romains s’installent à Andrésy avec une tribu gauloise venant d’Andéritium. Ces ancêtres gaulois se révèlent de très bons constructeurs de bateaux. C’est un seigneur romain (descendant du chef de légion ou d’un tribun romain), le seigneur Maurus qui donne son nom aux terres dont il était propriétaire.

Aux cours des premiers siècles après JC, plusieurs évangélistes passent sur ces terres : Saint-Denis, mais aussi Saint-Germain qui a laissé son nom à l’Église d’Andrésy.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

On a retrouvé la trace de tombeaux mérovingiens et carolingiens lors de la création de la ligne de chemin de fer "Paris-Mantes". La localité d’Andrésy est acquise à cette époque par l’archevêché de Paris. Le nom du hameau de Morcourt est alors mentionné pour la première fois dans leur registre. Le château de Glatigny (château fort avec chapelle) est édifié avec son moulin à eau sur un bras de l’Oise. Blanche de Castille, la mère de Saint-Louis fait de nombreuses retraites à Carrières sous Poissy, village limitrophe d’Andrésy.

Du XIVe siècle à la Révolution française[modifier | modifier le code]

Le territoire communal était, jusqu'à la veille de la Révolution, inclus dans la seigneurie d'Andrésy[1], et, par conséquent, propriété du chapitre de Notre-Dame de Paris.

En 1791, Maurecourt devient un village indépendant de la paroisse d'Andrésy-Maurecourt.

Lors du siège de Paris en avril 1590, Henri IV aurait prononcé sa phrase célèbre "Paris vaut bien une messe" au relais de chasse d’Andrésy. À la cour de Louis XIV, on apprécie le vin d’Andrésy mieux connu sous le nom de "ginglet". La Révolution de 1789 permet la séparation longtemps réclamée de Maurecourt et d’Andrésy.

À partir de 1808, Maurecourt, située au confluent de l'Oise et de la Seine, devient comme ses voisines Andrésy et Conflans-Sainte-Honorine, une escale fluviale importante pour les bateliers reliant Paris au nord de la France et à la Belgique.

Du début du siècle dernier à nos jours[modifier | modifier le code]

Début 1900, des bateaux style bateaux mouches arrivent de Paris chaque fin de semaine et accostent à l’Hautil, la "colline du bon air". Ils déversent des dizaines de parisiens venus se distraire, respirer l’air pur et passer une nuit dans les auberges de la célèbre colline. 

L’eau de l’Oise est encore assez pure pour permettre la baignade. Une petite plage naturelle située au bout de la rue de l’Oise permet d’apprendre à nager. Pendant la semaine, cette plage est utilisée par les laveuses. En 1931, la baignade est installée au nouveau pont du confluent.

Maurecourt et le cinéma [modifier | modifier le code]

Le cinéma fait son entrée à Maurecourt à cette époque. L’église de la Nativité de Notre Dame sert de lieu de tournage pour une scène de mariage dans le film L’Atalante de Jean Vigo (1934). Des Maurecourtois font office de figurants.

C’est ensuite le chantier naval Degeslincourt qui sert de décor à l’un des premiers feuilletons de la télévision : "l’homme de picardie" Plus récemment, on a pu reconnaître le quai Boubou Dado dans des scènes du feuilleton "Navarro".

À l'école Les Tilleuls seront tournées quelques scènes du téléfilm :"Heureusement qu'on s'aime" avec Bernadette Lafont, Andréa Féréol et... les enfants de l'école. Certains enfants iront tourner quelques scènes dans un studio de cinéma à Paris.

Un documentaire sur la vie de Berthe Morisot aété réalisé par des Japonais qui sont ve-nus filmer quelques plans à Maurecourt.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Routier[modifier | modifier le code]

La route départementale 55 passe au centre du village et mène vers le sud à Andrésy et Poissy, et vers le nord à Jouy-le-Moutier et Cergy

La route départementale 48 qui permet de se rendre sur la RN 184 et le centre de Conflans-Sainte-Honorine.

Ainsi que la voie Communal N°4 qui permet de relier Maurecourt et l'Hautil (Triel-sur-Seine).

Transport en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Maurecourt, sur la ligne Ligne J du Transilien du Transilien. La station est toutefois située sur la commune voisine d'Andrésy.

Le Village est desservie par les ligne de bus 11 qui relie Maurecourt Julia à la Gare de Poissy, la ligne 14 qui relie la Gare de Cergy-Le-Haut à Poissy qui sont exploités par Courriers Seine-et-Oise Et la ligne 12 exploiter par Autocar Tourneux qui permet de rejoindre en 13 minute la Gare de Cergy-Préfecture et la Gare Vernouillet - Verneuil-sur-Seine en 27 minute.

La Batellerie[modifier | modifier le code]

L’essor de la batellerie commence en 1855 à Conflans-Sainte-Honorine, avec l’installation de la tête aval de la chaîne de touage qui permet la remonte des péniches sur la Seine vers Paris, approvisionnant ainsi la capitale en plein développement urbain.

Les commerces du bord de l’Oise avant la Seconde Guerre mondiale [modifier | modifier le code]

À Andrésy et Maurecourt, les commerces du bord de l’Oise bénéficient du trafic fluvial entre l’Oise et la Seine. Chaque jour, des mariniers viennent s’approvisionner dans les 6 cafés et café épicerie.

Dans le premier café (Café Beranger Claire, devenu café Deneux et épicerie de 1922 à 1947), les femmes trouvent toute l’épicerie et les légumes dont elles ont besoin avant le départ, ainsi que des sabots, pantoufles, matériel pour la lessive, etc. Les hommes y achètent du goudron de Norvège et de houille appelé "gaz". Le pain est toujours arrivé avant le départ du matin.

Dans le deuxième café, Marcel Deneux devenu café Wilky se vendent des agrès de marine : perches, cordages, esclain d’écoire ou d’aimntôt[Quoi ?] et des câbles d’acier "remorque". Quelques maisons plus loin sont implantés les ateliers pour les remorqueurs Liberlot.

Après la Seconde Guerre, devenus les Ateliers de la CITE (société internationale de transport par les eaux), leur flotte atteint la centaine de bateaux. Les remorqueurs portent soit des noms de fleurs (Camélia, Narcisse, Bégonia) ou d’animaux sauvages (Ours, Chacal, Panthère).

Rue Itasse, la mercerie Demez, au petit bonheur des marinières, devient le café épicerie Delille, Ferrey, Cornu Bée et Dussart avant de fermer en 1980.

Le quatrième café, l’actuel café restaurant de la marine, fait à cette époque office d’épicerie et même de bal les samedis et dimanches soirs.

Le café Lachèvre est la dernière maison de Maurecourt avant les chantiers navals.

Le chantier naval Degesslincourt[modifier | modifier le code]

Le chantier est installé en 1920 pour construire et réparer le matériel en fer : tout ce qui flottait et qui avait été employé pendant la Première Guerre sur la Seine et les canaux du Centre avaient en effet besoin de réparation. Les activités de réparation occupent le chantier jusqu’en 1928.

Le chantier reste abandonné jusqu’en 1948. Il est repris par la société de remorquage "Les Bleus" et la coopération des mariniers artisans et prend le nom de "Chantiers du Confluent".

Ses activités :

  • construction d’automoteurs de Seine
  • rallongement d’automoteurs
  • motorisation de péniches.

Les plus grosses unités de Seine y ont accès : les automateurs "Andréé" (5 m × 46 m), "Patricia" (5,60 m × 46 m), le convoi pétrolier de la Shell, "Udotée et Thalassa", et 2 pousseurs "Novice" et "Hardy".

On y construit aussi des bateaux de plaisance, un catamaran ("le Yo-Yang") et une goëlette ("Miséricorde"). Le chantier est arrêté en 1984.

Le chantier "Arches de Noë" pour péniches en bois est installé en 1918 et ferme en 1955

Les berges aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Plusieurs projets ont été lancés pour réaménager les berges de l’Oise :

  • Déplacement d ’une zone de stationnement de bateaux logements
  • Nettoyage d ’une ancienne friche industrielle tout en préservant la cale de l ’ancien chantier naval et le chemin de grue
  • Consolidation des berges à base de gabions pour éviter l’érosion des parties basses (pousseurs)
  • Mise en place de fascines ou de pieux vivants

Les hôtes célèbres [modifier | modifier le code]

Maurecourt a reçu la visite du duc de Windsor qui voulait acheter le château Itasse lors de son mariage en 1937 avec la roturière Bessis Wallis Warfield. 

Berthe Morisot est venue peindre à Maurecourt où elle séjournait souvent chez sa sœur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Louis Moreau    
Armand Lammens    
Gérard Blondeau    
Pierre Renée    
en cours Gérald Rutault PS puis DVG Retraité de l'enseignement
11e vice-président de la CA de Cergy-Pontoise
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Brundall (Angleterre ) (Depuis le 16 mai 1981 )

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2015, la commune comptait 4 422 habitants[Note 1], en augmentation de 2,79 % par rapport à 2010 (Yvelines : +1,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
542542516461449476421396360
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
377422435426427414483461456
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4684987918669421 1731 1931 2751 632
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 7292 3802 8702 7303 3593 4934 0574 1354 212
2013 2015 - - - - - - -
4 4114 422-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 22,7 %, plus de 60 ans = 14,8 %) ;
  • 51,4 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 16,4 %).
Pyramide des âges à Maurecourt en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,4 
4,0 
75 à 89 ans
6,2 
10,6 
60 à 74 ans
9,8 
22,7 
45 à 59 ans
21,9 
22,4 
30 à 44 ans
23,2 
18,6 
15 à 29 ans
17,6 
21,5 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Un patrimoine naturel à préserver[modifier | modifier le code]

La ville de Maurecourt entreprend des actions en faveur de la faune et de la flore :

  • Création de couloir écologique pour permettre aux animaux de migrer vers l’Hautil
  • Aménagement des berges de l’Oise en préservant les espaces naturels
  • Consolidation des berges en utilisant le génie naturel
  • Préservation des espaces naturels au cœur du village pour aider aux migrations animales
  • Réflexion sur le paysage agricole

Faune[modifier | modifier le code]

28 espèces d’oiseaux sont recensées parmi lesquelles :

  • Hirondelle de fenêtre
  • Hirondelle rustique
  • Coucou gris
  • Grive musicienne
  • Mésange charbonnière
  • Pic vert

Flore[modifier | modifier le code]

128 sujets botanniques sont recensés parmi lesquels :

Les arbres

  • Peuplier d'Italie
  • Orme champêtre
  • Saule pleureur
  • Sureau noir
  • Saule des vanniers 
  • Érable

Les fleurs

  • Iris jaune
  • Géranium découpé
  • Patience des bois
  • Epilobe des montagnes
  • Coquelicot
  • Renoncule

Économie[modifier | modifier le code]

  • Champignonnières ;
  • Port fluvial sur l'Oise.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Maurecourt

Les armes de Maurecourt se blasonnent ainsi :

d'or à deux pals d'argent chargés d'un épi du champ, à la barre ployée d'azur brochant sur le tout, le tout lui-même surchargé en chef d'une grappe de raisin au naturel pamprée de sinople, et en pointe d'une galère d'argent mâté du champ mouvant du flanc senestre.

Culture[modifier | modifier le code]

Maurecourt est une commune au tissu associatif très développé puisque plus de 40 associations sportives et culturelles animent la vie quotidienne des Maurecourtois et résidents des communes voisines[12].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-la-Nativité.
  • L'église Notre-Dame-de-la-Nativité a été construite au début du XVIIe siècle.
  • L'église contient une peinture de « Vierge à l'Enfant » avec saints et donateurs datant du XVIe siècle, œuvre copiée d'un tableau de Véronèse et classée à l'inventaire des monuments historiques.
  • Château de Maurecourt du XVIIIe siècle.

Prix littéraire du premier roman[modifier | modifier le code]

La ville décerne chaque année un prix littéraire du premier roman.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La Chasse aux papillons de Berthe Morisot, 1874 (Musée d'Orsay).
  • Berthe Morisot, artiste peintre française de la fin du XIXe siècle, a séjourné à Maurecourt et y a peint de nombreux tableaux dont la Chasse aux papillons.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vonews - Cergy-Pontoise : Maurecourt 13e commune de l’agglomération dès 2012 ?
  2. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, Volume 2, page 900, (ISBN 2600001336).
  3. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  4. André Pégorier, Les noms de lieux en France, glossaire des termes dialectaux (lire en ligne), p. Voir les articles "more", et "court".
  5. Les maires de Maurecourt [1]
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Évolution et structure de la population à Maurecourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er mai 2011)
  11. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er mai 2011)
  12. http://www.ville-maurecourt.fr/content/heading553/content4773.html