Minorité grecque d'Albanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte ethnographique de l'Albanie. Les régions colorées en bleu sont celles abritant traditionnellement des populations grecques. Les zones entourées de bleu sont celles reconnues par le gouvernement albanais comme appartenant à la minorité grecque.

La minorité grecque d’Albanie est un groupe ethnique surtout présent dans le Sud du pays, dans la région de l’Épire du Nord. De religion orthodoxe, cette communauté est majoritairement bilingue. De fait, si une minorité de ces « Grecs » a la dhimotiki comme langue maternelle, la plupart d’entre eux parlent un dialecte de l’albanais, le tosque. Pourtant, le grec moderne tient une place importante dans la vie de cette population, qui l’utilise en partie dans sa vie culturelle, religieuse et économique.

Dans sa constitution, la République albanaise reconnaît l’existence de la communauté grecque. Elle limite cependant cette reconnaissance à une partie de l’Épire du Nord : certaines parties des districts de Gjirokastre (Argyrokastro) et de Sarandë (Aghioi Saranta) ainsi que trois villages autour d’Himarë (Himara).

Selon les résultats du recensement de 2011, l'Albanie compterait environ 25.000 personnes déclarant appartenir à la minorité grecque (0,87% de la population totale). Les grecs sont installés dans le sud du pays depuis l'Antiquité. Ainsi, dans la partie méridionale du pays , l'usage du grec est courant. Les relations politiques entre les Grecs et les Albanais sont plutôt bonnes dans cette région. Cependant, le conflit dans la région frontalière de l'Epire depuis une vingtaine d'années, au moment de la chute du communisme n'est toujours pas réellement réglé[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Jury, Le Petit Futé - Albanie, Paris, Les Nouvelles Editions de l'Université, , 266 p. (ISBN 9782746998971), p. 40-41