Arbëria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arbëria, ou principauté d'Arbëria, est une région historique située au milieu de l'Albanie.

Extension[modifier | modifier le code]

La principauté d'Arbëria s'étendait sur les districts centraux de l'actuelle Albanie. La capitale était Krujë. Du XIe et XIIe siècle, le territoire de la principauté se cantonnait à l'espace entre les rivières Devoll et Shkumbin, sans accès à la mer. À la fin du XIIe siècle Progon (en) prit possession de la forteresse de Krujë et des environs, et les transmit à sa descendance. Après la mort de Dimitri Progoni (en) en 1215, sa veuve Komnena Nemanjić épouse Grégoire Kamonas (en), étendant le territoire de la principauté à Elbasan, également en Albanie centrale.

La principauté a bénéficié de la proximité avec la via Egnatia où transitaient les richesses de la civilisation byzantine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fondation d'Arbëria remonte au Moyen Âge, vers 1190, sous l'archon Progon. Les fils de Progon, Gjin et Dimitri, ont développé la principauté puis, en l'absence de descendants, la principauté est passée sous l'autorité de Grégoire Kamonas puis de Golem jusqu'à sa dissolution en 1255.

Arbëria était une principauté autonome vassale de l'empire byzantin puis du Despotat d'Épire.

Ses dirigeants successifs ont été :

La principauté passe en 1255 sous le contrôle de l'empire de Nicée qui nomme Constantin Chabaron (en) gouverneur provincial en 1256-1257 mais des révoltes (en) ont lieu en 1257–1259 puis en 1260–1270 en faveur du Despotat d'Épire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alain Ducellier, « Albania, Serbia and Bulgaria », dans The new Cambridge medieval history 5, Cambridge University Press, (présentation en ligne)
  • Alain Ducellier, La façade maritime de l'Albanie au Moyen âge : Durazzo et Valona du XIe au XVe siècle, École des hautes études en sciences sociales, , p. 63

Voir aussi[modifier | modifier le code]