Arnold Turboust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arnold Turboust
Naissance (60 ans)
Saint-Sever-Calvados
Activité principale Auteur-compositeur-interprète, acteur, producteur
Genre musical New wave, pop, electro
Années actives Depuis 1980
Site officiel http://www.arnoldturboust.net

Arnold Turboust, né le à Saint-Sever-Calvados (Calvados), est un compositeur, chanteur, musicien (claviers, basse) et producteur de disques français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1959 à Saint-Sever (Calvados), Arnold Turboust passe sa jeunesse à Saint-Lô[1].

Son goût pour le rock underground se concrétise quand, âgé d'à peine vingt ans, il participe en jouant du clavier au premier album du groupe Marquis de Sade, Dantzig Twist (1980), ainsi qu'au single White Light/White Heat, reprise de The Velvet Underground.

Le jeune homme entre alors de plain-pied dans la scène rock de l'Ouest qui voit fleurir en 1981 Private Jokes, un groupe nantais dans lequel il officie aux claviers et à la composition. C'est à cette époque qu'il rencontre Étienne Daho. Si le groupe d'obédience cold wave se disloque rapidement, l'amitié qui unit les deux Rennais d'adoption ne fait que commencer, et ne va pas tarder à déboucher sur une collaboration artistique fructueuse. Arnold Turboust rejoint ensuite en 1982 le groupe Octobre né sur les cendres de Marquis de Sade pour l'album Next year in Asia où il assure les claviers et de nombreux arrangements ; son style si particulier transparaît déjà.

Le tandem Daho - Turboust commence à produire ses premières étincelles avec le single Le Grand Sommeil qu'il arrange entièrement. Viendra ensuite l'album La Notte, La Notte (1984) qui participe au renouveau d'une pop française ravivée par des sonorités synthétiques dont Turboust est l'un des pionniers. Il y signe les titres Poppy Gene Tierney, Saint Lunaire, dimanche matin, Signé Kiko ou encore La Ballade d'Edie S et l'année suivante, commet le hit Tombé pour la France, l'un des gros succès de l'année 1985.

Au printemps 1986 sort l'album de Daho Pop Satori dont Arnold Turboust signe cinq titres et le tube Épaule Tattoo.

En 1986 sort le single Adélaïde qu'il chante en duo avec l'actrice Zabou Breitman, l'un des gros succès de cet été-là, qui obtient les faveurs du Top 50 dans lequel il se classe en 23e position.

En 1987 suit Les Envahisseurs où le chanteur se glisse dans la peau de David Vincent, en préparation au premier album solo Let's Go à Goa (1988) réalisé par l'un des producteurs de Depeche Mode, Richard Conning, dont sont extraits Margarita et Francine song (clip réalisé par Philippe Gautier). Après une réalisation pour la chanteuse Tess en 1989 (les singles Nirvana et Grain de folie), Arnold Turboust réalise le duo Quand tu es là pour Sylvie Vartan et Étienne Daho, puis compose et réalise avec Yves Calvez un album sur mesure pour la chanteuse Lina Dans cinq minutes j'suis prête[2], qu'il retrouvera en 1998 pour un autre album Redevenir Modeste.

En 1993, il co-produit et arrange pour Daho Mon manège à moi, numéro 4 des ventes.

En 1994 sort son deuxième album Mes amis et moi, qui se hisse à la trentième place du réseau Ferarock et quatrième de l'ensemble des antennes Radio-France. La même année, Arnold Turboust participe au retour de Brigitte Fontaine sur le devant de la scène en co-composant avec Daho le titre Je suis conne et en co-produisant quatre titres de l'album Genre Humain (1995) ; puis il renoue avec Sylvie Vartan pour les titres Le Premier de nous deux et Quelqu'un qui m'ressemble.

En 1996, il écrit cinq titres, arrange et co-produit l'album Eden de Daho, considéré par un public de plus en plus nombreux comme son meilleur album[réf. nécessaire].

En 1998, il arrange et produit deux titres pour Jacno dont le single Je Vous Salue Marie et compose sa première bande originale de film (Bécassine et le Trésor Viking, 2001), puis diverses réalisations musicales pour la télévision (TF1, Eurosport, ZDF, Paris Première, etc.).

En 2004 et 2005, Arnold Turboust confectionne deux albums pour deux nouveaux artistes : Cédric Atlan pour Aparté Pop, et Clémentine pour Made in France. Il n'en néglige pas pour autant sa propre production et s’attelle à un troisième album fait à la maison, intitulé Toute sortie est définitive[3], qui paraît en . Cet album aura les faveurs de la presse (Les Inrocks, Libération, Télérama, Magic…). Un disque qui brasse divers styles, acoustique, électrique, Hillary ou electro, French Letters, à l'image de ce dandy pop.

En sort un nouvel album, Démodé[4].

En sort un nouvel album éponyme salué par la critique (Les Inrocks[5], Vice, Rock & Folk[6], L'Express, RFI musique[7])[8],[9],[10].

Citation[modifier | modifier le code]

« Il y a chez Arnold Turboust quelque chose de la fluidité de Trenet, du détachement de Gainsbourg, une sorte d’indulgence tendre pour autrui, exigeante pour lui-même ; un humour sans cynisme et une diversité musicale des plus plaisants. » Françoise Sagan[11].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Let's go à Goa (1988) Phonogram
  • Mes amis et moi (1994) Barclay / Satori Song
  • Toute sortie est définitive (2007) Encore Merci / Production Spéciale / A3T2 music / Rideau Bleu
  • Démodé (2010) Monte-Carlo Records / Rue Stendhal
  • Arnold Turboust (octobre 2016) Adélaïde Label / Modulor

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Linda Benotmane, « Arnold Turboust, complice normand de Daho », Ouest-France, 7 avril 2010.
  2. Lina sur myspace.com.
  3. Christophe Conte, « Toute sortie est définitive - Les Inrocks », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2017).
  4. « Arnold Turboust, pas si "Démodé" », RFI Musique,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2017).
  5. Christian Larrède, « Arnold Turboust toujours aussi inventif sur son nouvel album - Les Inrocks », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2017).
  6. Editions Lariviere, « rocknfolk.com, le site Internet du magazine Rock&Folk », sur www.rocknfolk.com (consulté le 7 mars 2017).
  7. « Arnold Turboust, l'élégant racé », RFI Musique,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2017).
  8. « Retombé pour la France : une conversation avec Arnold Turboust - Noisey », sur Noisey (consulté le 7 mars 2017).
  9. « Arnold is gold – Gonzo Music », sur gonzomusic.fr (consulté le 7 mars 2017).
  10. « Arnold Turboust : interview pour son cinquième album Arnold Turboust », sur www.mandor.fr (consulté le 7 mars 2017).
  11. « Biographie de Arnold Turboust », sur Chante France (consulté le 7 mars 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]