Anne Kjærsgaard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne Kjærsgaard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalités
Activité
Formation
Maître
Fratrie
Søren Kjærsgaard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Œuvres principales

Anne Kjærsgaard[1] (CopenhagueNeuvy-Deux-Clochers) est une céramiste franco-danoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d’Espen Kjærsgaard et d’Ingrid Antonie Westergaard, sœur de la céramiste Tonna Elisabeth Kjærsgaard et du peintre Søren Kjærsgaard[2], elle étudie à la Kunsthåndværkerskolen (da) (école de design, devenue en 2011 l’Académie royale des beaux-arts du Danemark) de Copenhague de 1950 à 1954

Elle crée son premier atelier à Ringsted au Danemark en 1955[3], puis elle travaille dans l’atelier de Bernard Leach à St Ives de 1956 à 1958 dont elles reprend certaines techniques d'émaillage[4]. Elle s’installe ensuite comme potière en France, d’abord à Saint-Amand-en-Puisaye (Nièvre), puis à La Borne (Cher) en 1960 où elle rencontre le potier Jean Linard, qu’elle épouse à Neuvy-Deux-Clochers le (divorce le ). Ils s’installent à Neuvy-Deux-Clochers, dans le hameau des Poteries (proche de La Borne[5]), en 1961, où ils construisent leur maison selon un plan d'inspiration danoise[6] (maison maintenant inscrite au titre des monuments historiques[7]), dans une ancienne carrière de silex. Ils auront ensemble quatre enfants, de 1962 à 1969.

Allant avec son mari en 1964, peut-être au début de 1965, à St Ives en Angleterre, elle visite Bernard Leach. Celui-ci leur remet le plan d’un four chauffé au bois à trois chambres de cuisson, qu’ils construiront aux Poteries[3],[6].

Elle s’établit ensuite quelques années à Laspeyres, hameau de Monbalen limitrophe de Saint-Antoine-de-Ficalba (Lot-et-Garonne). Elle est invitée par l'Université du Colorado à Boulder en 1976[3],[6]. Son séjour y dure six mois, où elle est professeur invitée. Après son séjour aux États-Unis, elle introduit les émaux brun et bleu clair dans ses créations.

Elle revient s'établir en 1987, à Neuvy-Deux-Clochers dans le hameau des Halliers[3].

Dans les collections muséales[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carole Andréani, « Anne Kjærsgaard (1933-1990) : dans la lumière du Danemark », La Revue de la Céramique et du Verre,‎ (ISSN 0294-202X)
  • Robert Deblander, « Anne Kjærsgaard », La Revue de la Céramique et du Verre, no 25,‎ (ISSN 0294-202X)
  • (da + en + fr) Brian Erhardtsen, Peter Ohrt et Lise Seisbøll, Anne Kjærsgaard, Danmarks Keramikmuseum, (ISBN 978-87-91135-30-9)
  • Antoinette Faÿ-Hallé, Cinquante ans de céramique française (1955-2005). Une collection nationale, Paris, RMN, , p. 161-187
  • Élisabeth Gaymard, « Anne Kjærsgaard », La Revue de la Céramique et du Verre, no 8,‎ (ISSN 0294-202X)
  • (da) Marianne Koch, « Keramik til liv og død », Fyens Stiftstidende,‎ (lire en ligne)
  • Hugues Magen, La Borne 1940-1980 : une modernité en céramique, New York, Magen H Gallery,
  • Lise Seisbøll et Carole Andréani, « Grimmerhus, un musée dédié à l’art céramique : Anne Kjærsgaard (1933-1990), une figure pionnière », La Revue de la Céramique et du Verre, no 170,‎ , p. 30-35 (ISSN 0294-202X)
  • (da) Alex Steen et H.P. Jensen, Dansk Kunst 90, Palle Fogtdal, (ISBN 978-87-7248-127-2), p. 239-240
  • Flavien Texier, « "On a retrouvé la mémoire" : la Cathédrale de Jean Linard », sur France Télévisions, .
  • Jean-Pierre Thibaudat, « La Borne de grès et de force », Libération,‎ (lire en ligne)
  • (de) Theodor-Zink-Museum, Moderne Keramik aus Frankreich: 1970 bis 2000. Aus der Sammlung Kermer, Kaiserslautern, Stadt Kaiserslautern Kulturamt, (ISBN 978-3-936036-38-1), p. 82
  • Céramique française 1970–2000: Donation France et Wolfgang Kermer, Sarreguemines, Édition Musées de Sarreguemines, , 179 p. (ISBN 978-2-913759-24-4), p. 103

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation danoise : « [ˈkæɐ̯ˀsɡɒːˀ] »
  2. Steen 1990, p. 240.
  3. a b c d e et f Erhardtsen, Ohrt et Seisbøll 2009.
  4. (en) Eve M. Kahn, « Ceramic Pieces, Pre-Columbian Art and Byzantine Jewelry », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  5. Laurence Mouillefarine, « La Borne, de grès et de force », AD Magazine,‎ (lire en ligne).
  6. a b et c « Qui était Jean Linard ? », sur Patrimoine Région Centre.
  7. Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2012
  8. « Anne Kjærsgaard. Œuvres », sur Musée des Beaux-Arts de Lyon
  9. « Anne Kjærsgaard. Œuvres. Musée national Adrien-Dubouché », sur Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Élysées
  10. « Anne Kjærsgaard. Œuvres. Collection du musée national de la céramique », sur Sèvres - Manufacture et Musée nationaux
  11. (da) « Kande », sur Kunstindeks Danmark & Weilbachs kunstnerleksikon