Angénieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Angénieux
Image illustrative de l'article Angénieux

Création 1935
Dates clés 1986: Acquisition par Essilor
1993: Intégration au Groupe Thomson-CSF devenu Thales
Fondateurs Pierre Angénieux
Personnages clés André Masson
Gérard Corbasson
Denis Suverran
Philippe Parain
Pierre Andurand
Forme juridique SAS
Siège social Saint-Héand (Loire)
Drapeau de France France
Direction Président Pierre Andurand
Actionnaires Thales S.A. 99,99 % (en 2007)[1]
Activité Optique de précision (conception et fabrication), photographie (activité historique), cinéma, télévision, espace, défense, médecine
Produits Objectifs (zooms), systèmes optiques complexes (vision nocturne, lumière froide, endoscopie)
Société mère Thales
Effectif 375 (en 2012)[2]
Site web www.angenieux.com/

Chiffre d’affaires 46 745 500 euros (en 2010)[3]
Résultat net 3 136 400 euros (en 2010)[3]

Angénieux est un fabricant français d'objectifs photographiques et cinématographiques.

Fondée en 1935 par Pierre Angénieux, la société est établie à Saint-Héand (Loire), village natal de son fondateur situé près de Saint-Étienne. Sa spécialité d'origine est la conception et la fabrication d'optiques de précision pour le cinéma et la photographie. Évincée du marché amateur dans les années 1960, elle a recentré son activité sur deux productions qui ont fait sa réputation : l’optique spatiale et les zooms. Aujourd'hui intégrée au groupe Thales (ex-Thomson CSF), Thales Angénieux conçoit, développe et produit également de l'optique militaire, principalement des jumelles de vision nocturne.

Cette société est distincte d'Angénieux C.L.B., un ancien fabricant stéphanois de freins de bicyclettes absorbé par Sachs-Industries en 1992[4].

Repères historiques[modifier | modifier le code]

  • 1935 : fondation des établissements Angénieux à Paris.
  • 1938 : création du premier objectif photographique Angénieux.
  • 1939 (?): ouverture d'un second site de production à Saint-Héand à l'instigation du ministère de la Défense nationale et de la Guerre[5].
  • 1940-1945 : maintien d'une petite production à Saint-Héand grâce à la persistance d'une activité cinématographique en zone libre; développement de nouvelles méthodes de calcul de combinaisons optiques.
  • 1950 : lancement du premier objectif grand-angulaire Rétrofocus (formule universellement adoptée aujourd'hui pour rendre compatibles de courtes distances focales avec une visée reflex directe).
  • 1953 : création des premiers objectifs Angénieux à très grande ouverture (f/0,95).
  • 1954 : nomination d'André Masson à la direction scientifique et technique de la société.
  • 1956 : lancement du premier zoom à compensation mécanique (solution rigoureuse au problème de la conservation de la mise au point sur toute la plage de variation de la distance focale).
  • 1958 : sortie du premier zoom de rapport 10 (il sera distingué par l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences en 1964).
  • 1964 : équipement de la sonde spatiale Ranger VII de la NASA (premières images américaines de la face cachée de la lune).
  • 1969 : équipement de la mission Apollo XI (premiers pas de l'homme sur la lune).
  • 1972 : mise au point de projecteurs à lumière froide pour blocs opératoires chirurgicaux. L'usine compte alors 671 salariés[6].
  • 1976 : développement d'un zoom de rapport 42, le plus puissant du monde.
  • 1977 : équipement de la station orbitale Skylab (cette collaboration se poursuivra avec la navette spatiale) ; mise au point d'un endoscope à faisceau orientable.
  • 1978 : introduction des zooms à guidage laser infrarouge ; engagement dans la partie optique du programme SPOT (satellite européen d'observation terrestre) aux côtés de REOSC[7].
  • 1986 : rachat par le groupe Essilor (repreneur en 1972 du fabricant d'objectifs Benoist-Berthiot) ; lancement du programme de recherche de Thomson-CSF sur la télévision « haute définition » ; mise sur orbite du satellite SPOT 1.
  • 1990 : Oscar d'honneur décerné à Pierre Angénieux par l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences.
  • 1993 : dépôt de bilan puis rachat de la société par le groupe Thomson-CSF (directeur général : Denis Suverra ; président : Jean-François Pernotte ; effectif ramené à 184 personnes) ; reprise de la branche médicale de la société par Air liquide qui lui sous-traite la fabrication des projecteurs à lumière froide pour salles d'opération[8].
  • 1994 : abandon de la production d'objectifs pour appareils photographiques[9].
  • 1996-1998 : développement de lunettes à intensification de lumière (les commandes militaires représentent près de la moitié du chiffre d'affaires de la société) ; réinvestissements dans le développement et la production de zooms pour le cinéma et la télévision, ce qui fait d'Angénieux le « dernier fabricant occidental de zooms de caméra » (700 à 800 unités par an)[10].
  • 1998 : modernisation du centre de recherche et de l'usine.
  • 2000 : changement de direction à la tête de l'entreprise (directeur général : Denis Levaillant ; président : Benoît Bazire).
  • 2002 : sortie du premier zoom léger et compact Optimo.
  • 2005 (décembre) : nomination de Philippe Parain au poste de président-directeur général avec mission de relancer l'entreprise.
  • 2008 : sélection par le ministère français de la Défense de la jumelle de vision nocturne Minie-D équipée d'un tube intensificateur de lumière de la société Photonis (Brive-la-Gaillarde[11]) pour le système de « fantassin du futur Félin » (maître d’œuvre Sagem Défense et Sécurité).
  • 2009 : Oscar (Scientific and Engineering Award) attribué à quatre ingénieurs de la société pour la conception optique et mécanique des zooms Optimo 15–40 mm et 28–76 mm.
  • 2010 : création d'un nouveau logo à l'occasion de la célébration du soixante-quinzième anniversaire de la marque (16 décembre).
  • 2011 : présentation du 3ème Optimo compact (focales 45-120 mm) au salon de la National Association of Broadcasters de Las Vegas.
  • 2011 (décembre) : nomination de Pierre Andurand au poste de Président.
  • 2012 : Technical Achievement Award 2012 descerné par la Society of Camera Operators (SOC) pour la gamme de zooms portables Optimo15-40, 28-76 et 45-120 mm.
  • 2012 : lancement d'une nouvelle gamme de zooms anamorphiques Optimo A2S.
  • 2013 : création de l'hommage Pierre Angenieux EcelLens in Cinematography au festival de Cannes sous l'impulsion de Pierre Andurand, hommage destiné à mettre en avant la carrière des directeurs de la photographie
  • 2014 : Bert Easey Award descerné par la British Society of Cinematographers (BSC).
  • 2016 : introduction du concept IRO Technology avec la présentation du 3ème zoom de la gamme anamorphique Optimo 44-440 A2S.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Angénieux a produit des objectifs pour les marques suivantes[modifier | modifier le code]

Appareils à objectif fixe

Appareils à objectifs interchangeables

Caméras à objectifs interchangeables

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Publication de la société Thales Angénieux au Balo
  2. Présentation de la société sur son site angenieux.com
  3. a et b Fiche de la société Thales Angénieux sur le site societe.com
  4. Jacqueline Dupuis et André Vant : L'industrie stéphanoise du cycle ou la fin d'un système industriel localisé, Revue de géographie de Lyon (1993), vol.68, n° 1, pp. 5-16 - Article téléchargeable sur le site Persée du ministère de l'Éducation nationale et de la Recherche.
  5. D'après Jean Vuillemin, Arts et Métiers Magazine (2001), repris sur Grandes figures Gadzarts.
  6. Jacques Bonnet : Les relations de service de l'agglomération stéphanoise : l'exemple de la recherche. In « La région et la vie régionale », pp. 121-142, actes du Colloque sur la région et la vie régionale tenu à l'université de Saint-Étienne les 16, 17 et 18 novembre 1973. Université de Saint-Étienne, 1975. 294 pages.
  7. CNES Presse, novembre 2003.
  8. Le Monde, 10 juillet 1993.
  9. D'après Camerapedia.
  10. Denis Meynard, Angénieux conquiert de nouveaux marchés, Les Echos n° 17184, 9 juillet 1996, p. 9.
  11. Corinne Mérigaud, Photonis équipera 13 000 fantassins en vision nocturne, Usine Nouvelle, 22 septembre 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :