André Pochon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pochon.
André Pochon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

André Pochon, né le [1] à Saint-Mayeux en Haute-Cornouaille, est un agriculteur breton. Il fut exploitant à Saint-Bihy, avant de prendre sa retraite en 1991. Il est connu pour être l'un des promoteurs de l'agriculture paysanne et de l'agriculture durable. Il a été distingué par l'Institut culturel de Bretagne pour son œuvre en faveur de la Bretagne en recevant en 2011 le collier de l'ordre de l'Hermine.

Critique de l'agriculture productiviste[modifier | modifier le code]

Dans ses différents livres, ainsi que dans ses nombreuses interventions publiques, André Pochon fait la critique de l'agriculture productiviste[2]. Il met notamment en avant les dégâts écologiques du productivisme, notamment à travers certaines pratiques telles que la culture du maïs ou les élevages hors-sol. Il souligne aussi que ce système économique pénalise avant tout les agriculteurs, mono-actifs, donc dépendants de leurs fournisseurs, et poussés à un endettement très fort. Il démontre aussi que le productivisme a fait perdre à l'Europe son indépendance alimentaire, contrairement aux idées reçues.

« Méthode Pochon »[modifier | modifier le code]

André Pochon propose des solutions alternatives à l'élevage intensif basées sur un élevage des vaches sur prairies (à base de trèfle blanc) et des porcs sur paille[3]. Le succès de ce modèle poussera l'INRA à développer quelques programmes de recherche sur le trèfle blanc dans les années 1980.

Pochon rappelle les vertus de la paille qui, mélangée aux excréments des animaux donne du fumier contrairement à l'élevage hors-sol qui produit du lisier. Or ce dernier a des propriétés agronomiques bien inférieures et pose des problèmes d'épandage.

Les fermes qui suivent cette méthode ont des résultats économiques égaux voire supérieurs aux fermes dîtes « conventionnelles » bien qu'elles perçoivent moins d'aide de la Politique agricole commune. Par ailleurs ces systèmes ont des performances écologiques bien supérieures : elles consomment beaucoup moins de produits phytosanitaires et d'engrais azotés.

Ces expériences démontrent la viabilité économique d'alternatives qui respectent l'environnement.

Cahier des charges[modifier | modifier le code]

- Respecter l'équilibre sol, plantes, animaux : une région agricole doit avoir suffisamment de cultures pour nourrir son bétail (il ne doit pas y avoir trop d'importations d'aliments) et suffisamment de bétail pour « recycler » les pailles sous forme de fumier.

- Un assolement (ou rotation culturale) basé sur la prairie (trois-quarts des parcelles) avec des plantes adaptées au climat.

- Élevage exclusivement sur paille : pas d'élevage hors-sol pour ne pas avoir de lisier et prendre en compte le bien-être animal.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Dans le but de promouvoir l'agriculture durable, André Pochon a fondé le CEDAPA en 1982, avec six autres collègues. Il milite également pour l'association briochine Vivarmor nature.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Du champ à la source : retrouver l'eau pure, Éditions Coop-Breizh, 1988
  • La prairie temporaire à base de trèfle blanc, Éditions CEDAPA-ITEB, 1996
  • Les Champs du possible. Plaidoyer pour une agriculture durable, Éditions Syros-Alternatives Economiques, 2e édition en 1999
  • Les Sillons de la colère, Éditions Syros-Alternatives Economiques, 2001
  • Agronomes et paysans : un dialogue fructueux, Éditions Quae, 2008
  • Le Scandale de l'agriculture folle, Éditions du Rocher, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]